samedi 4 juin 2011

PSYCHÉ et AMOUR


Psyché et Amour – Genest -

Liminaire
De retour des enfers, Psyché est à nouveau perdue par sa curiosité; elle débouche le flacon, une fumée noire se répand et se dépose sur son visage qui devient hideux

En se regardant dans un miroir Psyché s'évanouit. Cependant, Éros ne l'a pas oubliée, il l'éveille d'une piqûre de ses flèches et lui rend sa beauté première

Courrier

Avant propos
Pourquoi les religions détestent les belles femmes ?
Reprocher à Psyché d'être trop belle et de plus sans le chercher, c'est lui faire un procès d'intention, tout ça pour ça, elle attire les désirs au point que les Autels de Vénus ne sont plus honorés

Bonjour Prodicos

Je cite le dernier message que vous m'avez adressé :
« Bonjour Crab, vous me dites : "L'amour n'existe qu'avec une attirance et le consentement mutuel entre personnes, ce qui ne peut se confondre avec  la notion '' d'affection ''
Donc, comme je l'ai souvent rapporté dans quelques-uns de mes textes le '' aimez-vous les uns les autres '' est la négation même de l'amour"

Pour ajouter
« Déjà je conteste votre interprétation que "aimez-vous les uns les autres" serait une négation de l'amour. La phrase complète est d'ailleurs "aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés". L'amour "divin" n'exige rien, il n'y a pas de chantage ni d'exigence de réciprocité, il excuse tout. »
L'amour ?
L'amour divin, ce n'est pas l'amour, c'est une expression religieuse, en l'occurrence fusionne dans la problématique catholique avec la notion dominante du pardon
D'ailleurs, ne dites-vous pas « ... n'exige rien, il n'y a pas de chantage ni d'exigence de réciprocité, il excuse tout »

L'affection - L'amour
Hors au cours de mon propos, j'avais fait une distinction, l'affection pour les autres, n'est possible que dans la mesure où '' ces autres '' sont des personnes estimables...rarement tous les autres, vous en conviendrez...

La Justice
Vous savez qu'en tant qu'incroyant je ne reconnais que la Justice des citoyens [ '' des hommes '' ]
Donc reconnaître que nos actes sont la cause de notre avenir c'est justement ne pas pardonner mais mettre l'accent fortement sur la responsabilité des personnes, d'une collectivité ou d'une nation

L'irresponsabilité
Hors les religions de façon différentes, comme vous m'avez souvent lu, vous savez ce que j'entends par l'irresponsabilité générique que prône le catholicisme par rapport à l'irresponsabilité du comportement individuel induit par la musulmane
Dans les deux cas prime la notion d'irresponsabilité, plus marquée dans la musulmane où la philosophie est quasiment absente au profit d'un code impératif

Vous poursuivez !
« Je vous remets un morceau de 1 Corinthiens
13.4 La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n'est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil,
13.5 elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal,
13.6 elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité;
13.7 elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout
. »

Seul prime l'amour de la justice
La charité n'est pas l'amour, et si je veux faire une distinction, l'amour de la justice exige, n'excuse rien, bien au contraire, c'est la volonté affirmée d'expédier un Mladic devant le Tribunal pour y être jugé
En suivant vous me dites :
« Donc il n'y a pas besoin nécessairement d'attirance et de consentement mutuel. J'utilisais aussi le terme "affection", parce que les humains ont besoin d'affection (j'espère que vous n'allez pas le contester), et en face il y a un Dieu créateur qui propose (pas qui impose) de l'affection, comme le père du fils prodigue qui ne reproche rien à son fils qui a fait toutes les bêtises possibles mais tue le "veau gras" ce qui fait râler de jalousie l'autre fils. »

Le consentement mutuel
Des propos que j'ai pus tenir, rien n'indique que je conteste l'affection ressentie comme vitale par la grande majorité des humains, mais perçue aussi à travers l'observation des comportements d'autres espèces animales
« Donc il n'y a pas besoin nécessairement d'attirance et de consentement mutuel. » Ajoutez-vous !
Hors l'attirance et le consentement mutuel constitue cette singularité de l'être humain qui fait et doit faire primer l'amour sur la barbarie
Par exemple :

Cher Prodicos vous concluez en me disant
« Vous pouvez me dire que ce sont des sentiments étrangers aux humains qui veulent du concret. Eh bien, regardez dans la littérature (Cyrano de Bergerac), la belle Roxane est aimée de Cyrano, du comte de Guiche et de Christian, et n'aime (croit-elle) que ce dernier. Cyrano l'aime cependant, sans le dire et sans espoir de retour, puisqu'il a mis son talent au service dudit Christian.
Et dans Carmen:
"Si tu me m'aimes pas je t'aime..." 
»

L'universel
Ce n'est pas en contradiction avec mon propos, '' l'amour divin n'est qu'une invention '', l'amour n'est pas mécanique, matérialiste comme dans la religion, il ne ne connait pas de loi, il est inhérent à la vie de la conscience, emprunt de spiritualité, [ + le petit '' je ne sais trop quoi'', comme la petite madeleine de Proust, par exemple ], l'amour est singulier
Carmen est parfaitement fondée de dire ''Si tu me m'aimes pas je t'aime...", elle pressent chez Don José l'archaïsme du mâle '' propriétaire '' et non l'aimant

Bonne fin de semaine et à bientôt de vous lire
Crab – 04 Juin 2011
 
Charon prend l'argent de la bouche de Psyché -
John Roddam Spencer Stanhope -


Précédents textes à partir de la page :
Partita 1 - Suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.