vendredi 11 novembre 2011

Salafistes

Cercle magique


John-William Waterhouse

Le Caire

Une manifestation salafiste devant l'ambassade de France

Des groupes jihadistes ont appelé les musulmans en Égypte, en Libye et en Tunisie à manifester pour réclamer à leurs dirigeants de rompre leurs relations avec la France, demander que le blasphème soit " condamné par la loi ", selon le service de surveillance des sites Internet jihadistes

Ce n'est pas vraiment nouveau, ces fanatiques ne peuvent supporter de vérités autres que leurs idéologies non critiquées – Charia-hebdo, n'est qu'un prétexte...de plus...

Cela se passe en Égypte, mais à force de ne pas voir nos élites réagir sur le fond des textes islamiques, savons-nous seulement combien de mosquées en France sont à présent noyautées par des salafistes ?

Les déclarations, certes saines qui vont de Claude Guéant à Delanoë ne suffisent plus à défendre la liberté d'expression dans le monde libre et particulièrement dans notre pays

Il faut utiliser tous les supports médias pour démontrer, sans craindre de se se faire traiter de raciste, pour dénoncer avec forces arguments ces théories ou codes religieux d'un autre âge

Avec ces gens là dont nous ne devons rien attendre de positif, nous ne pouvons pas faire comme si nous ne savions pas que ce sont nos valeurs, l'égalité femmes-hommes et toutes nos libertés individuelles qui leurs sont insupportables

Femme au foyer
Absurde en 2011, d'en être encore à combattre des idées reçues, en réponse à un prosélytisme constant diffusé dans la population par le biais de textes '' divins '' corroborés à l'aide de prétendues analyses sociétales publiées sur des supports médias, essentiellement sur internet, un moyen de répandre l'anticulture islamique, que tentent d'importer dans notre pays les derniers reliquats de la phallocratie...

Lu sur des sites '' modérés '' et islamistes
« La femme qui ne travaille pas est plus libre que celle qui travaille, dans la maison c'est elle qui fait la loi, elle a tout les droits, elle fait tout ce qu'elle veut, c'est elle qui décide pour toute la famille, donc de conclure que dans l'islam la femme est l'égale de l'homme »

Femme libre ! ?
Cela dépend de ce que l'on définit par '' femme libre '', une femme libre ne signifie pas forcément qu'elle doit travailler ou pas c'est une femme qui a la liberté de décision , de s'assumer ou de prendre des risques, autant dire de faire des choix

Supprimer cette dimension, c'est aussi supprimer la possibilité d'être différent d'un autre

Mais de lire aussi :
«....logiquement une femme qui ne travaille pas elle est plus libre qu'une femme qui travaille car cette dernière est cloué pendant des heures jusqu'à son fin de service. »

Curieux point de vue !
L'homme qui travaille, ne serait-donc pas lui tributaire d'heures de présence sur son lieu de travail ?

Une femme peut être libre en choisissant d'élever ses enfants - pourquoi pas l'homme ?
Pour élever ses enfants, un homme qui ne travaillerait pas ne serait pas dans ce cas lui aussi un homme libre ?
Pourquoi la question '' être libre '' devrait-elle se poser exclusivement quand il s'agit des femmes ?

D'autant que l'absence d'un père trop préoccupé par son travail n'est pas sans effets négatifs sur ses enfants – cette dernière remarque vaut autant pour l'homme que pour la femme

Ajoutons que dans notre société le modèle familial, le mariage n'est plus la règle, s'ajoute dans la pratique l'autorisation de divorcer qui permet à une femme ou un homme de poursuivre sa vie en prenant '' une autre route ''

Quand il y a des enfants, la tribu [ famille élargie ] se substitue au cercle par trop étriqué du modèle familial non plus désormais qualifié de traditionnel mais plutôt d'un autre temps – La diversité des parcours familiaux est désormais acquis
Les mentalités ont suivi l’évolution de la société concernant le couple : vivre en union libre, divorcer sont entrés et dans les mœurs, dans les mentalités...

Il n'y a que des théologiens ou des anti-prochoix pour trouver à y redire, sans autre but que de maintenir, d'asseoir leur propre pouvoir sur des populations, les maintenir ou les endoctriner dans l'idée que la suprématie de l'homme sur la femme est d'inspiration divine, que le rôle de la femme doit se cantonner et s'exercer exclusivement dans le cadre du domicile conjugal

Croire en une divinité n'implique pas obligatoirement l'appartenance à une confession, d'autant qu'aucune religion ne s'est montrée capable de se hausser à la hauteur de l'éthique

Pourquoi se référer à la religion pour ce comporter en civilisé, sinon pour rémunérer l’ego de quelques théologiens ou imams avec ou sans poils ?

L'éthique reconnaît les même droits et devoirs pour les femmes ou les hommes, pour toute personne quelque soit, par rapport à l'autre, sa différence sexuelle ?

Point n'est besoin de religion pour l'admettre et valoriser la condition humaine ! - Crab – 11 Novembre 2011

Suite à partir de la page :

Accueil :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.