samedi 22 septembre 2012

J'affabule - tu affabules - il affabule


[ " Si j'avais plus d'imagination, j'affabulerais des intrigues."
André Gide ]
 

La scène se passe ou se joue dans la cuisine de l'auberge espagnole '', quelque peu agité, dans un coin de la pièce, un gamin répondant au nom de Cohn-Bendit se livre à une affabulation, écoutons-le :

« Les dirigeants de Charlie Hebdo sont maso ! Ils doivent aimer se faire mal !
Ils se disent " on va frapper , comme ça on va avoir la police, on va avoir peur, ça va nous faire jouir " !
Ils peuvent le faire, je ne suis pas pour l’interdire… Ils répondent à des cons musulmans »

Soudain à l'extérieur, des crissements de graviers, le bruit des pas se rapproche - changement de ton :
Mais, « il ne faut pas me dire qu’il n’y pas de limite dans la provocation, ce n’est pas vrai » - Crab 22 09 2012

Suite page :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.