samedi 27 octobre 2012

Le Baiser de Marseille

Capture d'écran

Avoir des droits - c'est avoir le choix
À Marseille en s'embrassant, devant le parterre d'une manifestation contre l'ouverture des droits au mariage et à l'adoption des homosexuels, deux jeunes femmes ont expliqué qu'elles sont hétérosexuelles mais ont voulu marquer les esprits avec " un geste de solidarité pure et simple."

L'idéalisme façon Platon
Dans notre pays, notre vie sociale ne peut éternellement dépendre de l'idéalisme platonicien, son autoritarisme, son immobilisme indéracinable, son conservatisme profond, l'intolérance dont il témoigne envers une société, une république qu'il voudrait voir intégrer sa vision purement imaginaire des cieux constitutives de toutes les hiérarchies artificielles sur le mode des patriarcats
Enfin le goût très platonicien d'un '' ordre moral '', comme si cela allait de soi, rendent parfaitement compatible avec les options politiques de personnalités tant à droite qu'à gauche qui s'insurgent contre l'égalité des droits entre tous les citoyens

L 'eschatologie
Présenter le mariage entre homosexuels et l'adoption comme l'effondrement des valeurs de notre société, voire de provoquer la fin de la civilisation, frôle le ridicule, pourquoi ?

La dé-réalité comme modèle idéal
Est-ce que le modèle familial imposé à tous, n'a-t-il jamais empêché, dans toute l'histoire de l'humanité, toutes sortes de barbaries tant à l'intérieur d'un pays qu'entre États où les plus atroces sauvageries recensées dans la plupart des régions du monde ?

La réalité
Ce sont les pays où la notion de libertés individuelles est inexistante, pays où le mariage ( hétéro ) est obligatoire, les agressions sexuelles, la criminalité sexuelle y est la plus développée dans la population, certes essentiellement masculine
Là où l'État ( quand il y en a un ) participe à la violence en tolérant les mariages contraints ou encore à travers le cadre de l'institution surnommé '' codes de l'infamie ''
Dans l'actualité, ces atteintes au droits de l'Homme coïncident bien souvent avec l'état délétère dans lequel se trouve les pays où s'élaborent des lois confessionnelles, et où pour d'autres ne finissent jamais les guerre interconfessionnelles

Le refus de la modernité
C'est en ce sens que dans notre pays, le déni de la nature s'exprime dans le refus purement idéologique prônant la famille hétéro comme modèle unique d'organisation sociale, explique en outre la mansuétudes dont font preuve beaucoup de personnalités politiques des droites et des gauches à l'égard des valeurs patriarcales sacralisés véhiculées à travers les religions du monothéisme

L'ordre républicain
C'est une bonne définition, si les gouvernants de notre pays, comme ils viennent de le faire avec la contraception gratuite pour les mineures et l'IVG intégralement remboursée, se montrent capables de sortir du déni de la nature en menant à son terme le projet de loi d'ouverture au mariage et à l'adoption pour les homosexuels...et voté, car je compte bien que cessent dans cette avancée humaniste les références aux arrières-mondes et à l'irraisonné, de voir s'effacer le clivage des pour ou des contre tant de droite que de gauche quand le projet de loi sera mis à l'ordre du jour et débattu dans l'enceinte des deux Chambres - Crab - 27 Octobre 2012
Suite :

Michel Onfray et l'homophobie

-
Le triomphe de Vénus
-
La catho-sphère perd la boule

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.