lundi 1 juillet 2013

La loi islamique


Les anti-Morsi dans la rue

En Égypte la loi islamique n'est pas la loi de tous les égyptiens, est légitime la contestation des incroyants et des laïcs
Ce refus de la dictature par une religion se construit jours après jours pour rejeter le sectarisme des frères musulmans dans la seule sphère privée dont ils n'auraient jamais dû sortir

C'en est assez, tant en Égypte qu'en Tunisie, de ces islamistes qui veulent imposer des lois ne concernant pas tous les citoyens *
* :
C'étaient le cas en France, les kto avant la révolution et avant la loi de 1905 imposaient à tous leur vision religieuse de la société, s'appuyant essentiellement à travers l'école pour plus facilement endoctriner enfants en bas âge dans la religion sans, nul ne peut en douter, en contrepartie un enseignement des philosophies * non matérialistes de volonté de domination ( * : athéisme )
Depuis la loi de 1905 en quelques décennies par le biais du détournement de l'argent public pour financer en totalité le Concordat et en partie l'enseignement de la religion dans les écoles confessionnelles sur l'ensemble des territoires de la république ;
les religieux persistent à nier les lois civiles pour maintenir des privilèges
( Que les croyants financent de leurs deniers leurs écoles confessionnelles restent une priorité : il faut l'imposer car loin de leurs idées de respecter les lois civiles, en outre et en premier lieu la conscience des incroyants et des laïcs
Le rôle de l'école c'est de développer l'esprit critique naturel ( le questionnement...) chez tous les enfants et non de leur inculquer une croyance )

En Iran, les femmes ne font plus comme il y a de cela deux générations 6 ou 7 enfants mais deux, c'est le résultat '' normal '' de l'éducation, les étudiantes sont majoritaires à l'Université ;
partout dans le monde c'est le même constat qui va à l'encontre de ce que veulent les économistes qui eux ne cessent de décliner que la croissance démographique est une chance pour un pays
Cette décroissance démographique en Iran, se conjugue avec le refus des jeunes générations de la dictature religieuse, en Europe par la progression rapide de l'athéisme
L'éducation c'est le meilleur moyen de '' tuer '' le fanatisme religieux, c'est aussi le cas en Tunisie où les femmes sont plus hautement qualifiée que la plupart des hommes, ce que ne supportent pas les islamistes
Suite :


Brève :
Les journalistes ou présentateurs de JT ne cessent pas d'appeler le violeur et assassin d'Agnès Marin par son prénom, ce qui a pour effet d'en faire un familier ( un petit jeune-homme ) des lecteurs ou auditeurs, ce que pourtant nulle personne ne veut, au point que cela en est devenu insupportable

Le même procédé consistait, il n'y a pas si longtemps, à répéter inlassablement le nom du tueur et antisémite de Montauban et de Toulouse quand les noms des victimes n'étaient que très rarement citées
Ce n'est pas du nom des tueurs qu'il faut rappeler pour ne pas oublier les crimes commis contre l'humanité mais de citer les lieux et les noms des victimes - dire ce qu'elles étaient...
Est-ce si difficile de dire ou d'écrire : « le violeur et tueur d' …/...» ?
Crab - 01 Juillet 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.