lundi 28 avril 2014

BLASPHÈMER ou RIRE


Ci-dessus, le rire abrasif et solaire de Démocrite l'expression d'un état d'esprit vidé de toute crainte et de toute superstition
Nietzsche nous dit, à la fin de '' Par delà le bien et le mal '' : « J’irais jusqu’à risquer un classement des philosophes suivant le rang de leur rire »
-
La liberté émancipation
[ Il y a de plus en plus besoin d'un athéisme mécréant, désacralisant et offensif - Mohamed Choukri ]
-
Pour, à peine, paraphraser Michel Onfray : '' un philosophe doit savoir comment il vit pour savoir ce qu'il écrit ''
La notion d'islamophobie fonde le système de désinformation porté, sur la place publique, par le MRAP sans autre but que de faire passer pour raciste toute personne qui dénonce le code antisocial ou l'idéologie anticulture du coran et de ses annexes incompatibles avec les '' droits de l'Homme '', '' les droits des femmes '', le respect des homosexuels et du droit de ne pas croire ou encore de changer de confessions
Se servant de faits divers : tags de mosquées, par exemples, qui ne valent pas mieux que les dégradations d'églises ou de cimetières commis par des individus isolés ou d'infimes minorités de crétins, cette association ne se cantonne plus, depuis longtemps, à '' l'objet antiraciste à l'origine de sa création '', cette association n'est plus laïque quand elle hurle à l'islamophobie - néanmoins anormalement continue à bénéficier d'une niche fiscale
-
'' Coran brûlé ''
J'ai apprécié particulièrement le distinguo fait par Mohamed Choukri, je le cite :
'' La montée du racisme en Alsace mérite d'être combattue fermement mais sans y mêler un pseudo délit de blasphème qui n'existe pas - Dieu soit loué - en France ! Un homme a incendié le Coran, et a uriné dessus. C'est un fait divers. Ce n'est qu'un blasphème qui désacralise ce livre. Rien de plus mais c'est quand même un acte qui a du sens ''
-
Ici, je reproduis un large extrait de l'article publié par Mediapart :
M Choukri, le racisme n'est pas le blasphème " Coran brûlé "
ISLAMOPHOBIE: NE PAS LUI EN FAIRE TROP DIRE !
M Choukri, le racisme n'est pas le blasphème " Coran brûlé "
Oui " on peut brûler un livre de Winnie l´ourson, comme le Coran '' ! répond à raison ce mécréant à M Choukri. Par contre, dans de précédents clips, pas celui du coran brûlé, le même homme s´en était pris à la communauté juive et à celle des gens du voyage ( selon lui ). Il y a donc un fait raciste qu'il faut distinguer du fait mécréant. Dans le premier les associations antiracistes peuvent et doivent agir dans le second cas il faut réagir contre l'instrumentalisation répétée de l'islamophobie (en ce cas) pour interdire le blasphème.
-
La montée du racisme en Alsace mérite d'être combattue fermement mais sans y mêler un pseudo délit de blasphème qui n'existe pas - Dieu soit loué - en France ! Un homme a incendié le Coran, et a uriné dessus. C'est un fait divers. Ce n'est qu'un blasphème qui désacralise ce livre. Rien de plus mais c'est quand même un acte qui a du sens.
-
Ce fait a suscité l'ire du délégué général de la Grande Mosquée de Strasbourg, Abelaziz Choukri . Il aurait même annoncé qu’il allait déposer plainte pour « racisme ». Diable ! Voilà qui dénature le combat antiraciste ! Voilà qui réhabilite la critique rongeuse des souris !
-
Si les femmes pouvaient pisser aussi aisément que les hommes je dirais pissons allègrement sur tous les livres sacrés : Coran, Bible, Torah, etc... Il faut ajouter que certains passages du Coran appellent ouvertement à la haine et à la violence contre les athées, les homosexuels, les juifs et les femmes. Cela devrait aider à abandonner comme le propose Michel Onfray un athéisme tranquille à la Deleuze ( 2 ). Il y a de plus en plus besoin d'un athéisme mécréant, désacralisant et offensif. Il y en a d'autant plus besoin que l'athéisme honteux - celui des athées " habermassiens " - fait le jeux conjoint des intégrismes et du racisme, d'un néoracisme ( 3 ).
-
A propos d'intégrisme, qu'est-il arrivé à l' imam qui a tenu des propos appelant à la guerre civile à Limoges ? Rien que je sache. Tant que cette liberté d'expression- là sera permise le blasphème sera pertinent. A chacun de trouver la forme qui convient à sa personnalité !
-
Enfin, n'oubliez pas le " doigt d'honneur " de la femme sur le CD du " devoir d'insolence " de ZEP. Il réhabilite à sa façon le blasphème. Il n'y a plus que l'outrage au drapeau tricolore national qui est sanctionné.
Article publié par : Christian Delarue
-
Au nom des valeurs de la République :
Il est incompréhensible que notre société féministe puisqu'elle reconnaît, affirme dans ses lois l'égalité femmes-hommes, donc démocratique puisque soucieuse de l'égalité des droits des citoyennes ou des citoyens n'exige pas que toute publication nouvelle du coran ne soit pas préfacée d'un avertissement à l'attention des jeunes générations ;
ce qui éviterait, de temps à autre, à certaines personnes d'en venir symboliquement à brûler un exemplaire de ce type de livre, pour le coran probablement le plus toxique des textes dits sacrés, pour essentiellement attirer l'attention de tous ceux qui ne l'ont pas lu
[ « Le temps est venu pour les femmes de se lever et de déclarer en toute confiance : Mes cheveux sont une couronne sur ma tête et non une source de tentation ! » ( Amani Fouad, féministe arabe - «  Je ne suis pas un sexe, publié le 11 mars 2014 » )]
Comprendre le primat de la pratique
C'est choisir, par exemple, celui de rire plus particulièrement des religions permet de libérer son esprit de toutes les contraintes que représentent les tabous, autant de prisons mentales dans lesquelles il convient de ne pas se laisser enfermer
Les croyances et les comportements religieux ne sont pas au-dessus de l’humour, ils ne sont pas au-dessus du rire ni de la caricature critique
En ce sens et genre, à titre personnel, je privilégie qu' il ne faut pas se priver de rire des armes d'endoctrinement, de tous les prêts à penser, dont disposent à foison les profiteurs de la crédulité des autres : coran, mollahs, apologistes de l'islam, bibles, papes, cardinaux et évêques ;
toutefois dans cette affaire particulière, brûler en public le coran, était une façon de faire, aussi sensée que d'autres*1, dans le but de mettre en échec et mat toutes les personnalités publiques civiles ou religieuses parasitaires, sorte de classe d'individus refusant que l'Homme s'en remette à lui-même et prenne ses décisions seul, dont le gagne-pain ou la relative notoriété est obtenue, au jour le jour, sur la crédulité ou le manque d'informations d'une grande partie de la population de notre pays
*1 : un croyant de « bonne foi » ( puisque croyant ) serait fondé à dire que le sexiste ( et +…/...) coran mérite bien les flammes indivisibles de l'Enfer - Crab - 27 Avril 2014
Suites :
http://laiciteetsociete.hautetfort.com/juifs-et-musulmans-si-loin-si-proches/
-
http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.