jeudi 9 octobre 2014

Shéhérazade - SUITE


Joumana Haddad
°
Un lecteur musulman m'écrit que je ne connais rien à « la femme musulmane* » ( * sans doute une race nouvelle [ ? ] ), et me « prie » de lire Shéhérazade ;
me dit en suivant, Malek Chebel, auteur du '' Dictionnaire amoureux des Mille et une nuits '' parle des mille et Une Nuits '' comme d'un chef d’œuvre universel '' ;
ajoute, que c'est un monument de la littérature islamique, dont il me dit que l'héroïne est un exemple de la femme musulmane et un exemple pour toutes les femmes
°
Cher lecteur, au vu des analyses produites à propos de ce soit disant chef d’œuvre par les auteurs imprégnés des idéologies phallocrates que vous m'avez cités, Malek Chébel '' Les Mille et Une Nuits '', le Voltaire de Zadig, idem pour le Diderot des Bijoux indiscrets, mais encore Shakespeare, je vous propose de prendre connaissance du '' J'ai tué Shéhérazade '' de l'arabe Joumana Haddad*1 ( poète, spécialisée dans la littérature et les arts du Corps ), une interprétation qui ne doit plus rien à une vision des rapports inégalitaires entre femmes-hommes : une vision de la société phallocrate, patriarcale sacralisée par la religion musulmane
*1 : Cette femme arabe a obtenu de nombreux prix internationaux pour ses engagements ou en rapport avec la nature de ses activités professionnelles
En 2010, j'écrivais, à propos de Shéhérazade : VIRGINITÉ - Malek Chebel
Suites :
Cher et islamophile lecteur, permettez-moi de vous souhaiter une bonne et vivifiante lecture anti-phallocrate, Crab – 09 Octobre 2014


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.