mardi 5 juin 2018

Bécassine


FILM :
Bécassine naît dans une modeste ferme bretonne, un jour où des bécasses survolent le village. Devenue adulte, sa naïveté d’enfant reste intacte. Elle rêve de rejoindre Paris mais sa rencontre avec Loulotte, petit bébé adopté par la marquise de Grand-Air va bouleverser sa vie. Elle en devient la nourrice et une grande complicité s’installe entre elles. Un souffle joyeux règne dans le château. Mais pour combien de temps ?
Les dettes s’accumulent et l’arrivée d’un marionnettiste grec peu fiable ne va rien arranger.
Mais c’est sans compter sur Bécassine qui va prouver une nouvelle fois qu’elle est la femme de la situation.

Source ALLOCINE

Faut pas rêver
Bécassine à peut-être été de Bretagne ou d’ailleurs, mais de notre temps Bécassine milite dans le mouvement féministe victimiste qui est au féminisme universel ce qu’une théocratie est à la démocratie. CRAB

Suites : Les femmes qui comptent - déroulé d’articles -
http://laicite-moderne.blogspot.com/search?q=Les+femmes+qui+comptent



2 commentaires:

  1. Le chantage au racisme dévoyé ne passera pas
    L’intersectionnalité ou la crétinerie sans frontière des indigénistes d’opéra bouffe : « prend en compte d’autres rapports de domination » et croise les discriminations liées au sexe, à la race ou à la classe. On retrouve là ce qui oppose le féminisme universaliste d’une Frédérique Calandra ou d’une Elisabeth Badinter, à celui des indigénistes qui le partitionnent en féminisme blanc et bourgeois, noir, racisé, musulman…fin de citation.
    .
    [ Le féminisme racialiste ou différentialiste ( anti-blanc ) marqueurs de l’intersectionalité est au féminisme universel ce qu'une théocratie est à la démocratie. 
    Le féminisme racialiste ou le différentialiste ( anti-blanc ) marqueur des indigénistes est au féminisme universel ce qu'une théocratie est à la démocratie. 

    RépondreSupprimer
  2. Ras le bol du féminisme victimiste, quand une vraie femme ne veut pas servir de bonniche à un mec, elle ne devient sa bonniche.
    Les féministes universels, donc pas-que féministes sont de bons mangeurs de cerises sur le gâteau, ils laissent volontiers les queues aux féministes victimistes ou racialistes du genre le ‘’indigènes de la république’’.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.