dimanche 24 juin 2018

Lumière de la mer


Adila Bendimerad, la « femme-méduse »

Kindil el bahr ou la revanche de la « femme-méduse », c’est un film de Damien Ounouri, Algérie 2016 et diffusé par arte
- " Kindil el bahr ", le titre de ce court métrage algérien, signifie " la méduse ", littéralement " lumière de la mer " -

Cit - " L'hypocrisie et les bigots sont la ruine du monde. " - Christine de Suède - ( 1682 )
Une idéologie déshumanisante, sans égale, sans cesse répétée à l’encontre de femmes saines d’esprits, Damien Ounouri en ce début du XXIe siècle, relate la monstruosité impensable et sans limite subie par les femmes dans une société dominée par le plus nuisible des patriarcats jamais observé dans toute l’histoire de l’humanité

Un film réalisé par un cinéaste courageux en compagnie d’acteurs courageux qui ne craint pas d’aborder ni de bien nommer et de décrire avec beaucoup de justesse un fait de société reflétant le monstrueux et la monstruosité comme l’absence de limite ou la mise en péril de la frontière dans l’actuelle Algérie marquée par une culture dominante sadique comptant parmi les idéologies les plus immondes

La pruderie est l’hypocrisie de la pudeur puisque l'hypocrisie est toujours négative contrairement au mensonge qui peut parfois être pour une bonne cause
Dans une Algérie où les mentalités portées par une majorité de femmes et d’hommes ne diffèrent pas du reste du monde musulman attendu qu’au quotidien les islamistes ( femmes et hommes ) entretiennent la haine du corps de la femme, nient l’identité de la femme en la voilant, parfois même de pieds en cape ou encore parfois « volontairement » aller jusqu’à se présenter, sur les plages, affublée d’un grotesque burkini

Le sadisme pour l’exemple
Dans les milieux où régions du monde dominés par des musulmans c’est la règle non pas d’or mais du « croissant d'or », comme dans le film, de réunir toutes les conditions pour effacer des lieux publics ou de terrasser sans scrupule une femme jugée « coupable » uniquement à cause de sa manière d’être au point de lui interdire le droit de vivre quitte à l’assassiner pour l’exemple avec l’assentiment et le complice silence sadique de la populace islamisée

Dans le film de Damien Ounouri, Nfissa est une jeune femme espérant passer une bonne journée sur la plage en bordure de la mer avec ses deux enfants et en compagnie de sa mère - non voilée, vêtue d’une robe simple et relativement longue, elle est agressée et sauvagement noyée par un groupe d’abrutis parce qu’elle n’est pas affublée d’une tenue islamique, mais surtout parce qu’elle a eu cette « audace » de nager seule au large - pour la populace islamique, majoritaire en Algérie, à cause de sa tenue de baignade ( nager avec sa robe ), elle a mérité le sort mortifère qui lui a réservé de jeunes et bons musulmans baigneurs en maillot de bains une pièce... bien méritants...n’en doutez pas...puisque ce sont des garçons...

Peu après, sur cette même plage, tous les baigneurs meurent subitement...pour ma part durant ces moments du film, c’est certains, je n’ai pas versé une larme...même que, j’avoue avoir été un peu déçu que la méduse n’aie pas eu le temps d’en faire plus avant de se faire massacrer... c’est ainsi, franchement, pas désolé du tout si cela déplait, ma rage, et j’en suis fier, ne se reconnaît pas dans celle des 100 quartiers *1 plus ou moins islamisé...sensibles, dit-on [ ??? ]
Extrait du film - vidéo :
http://blvids.free.fr/Kindil_el_bahr_extrait.mp4

Nier l’identité féminine c’est haïr la France
*1 - Il en est ainsi des mentalités musulmanes, y compris dans nos villes, dans une bonne centaine de quartiers fortement islamisés, alors qu’à longueur d’années nos « bien pensants » au lieu de se concentrer sur l’accueil des réfugiés femmes et hommes insoumis laissant loin derrière eux les mondes musulmans, sans relâche, rabâchent que tous les migrants ( sans distinction ) sont les bienvenus et qu’ils sont une chance pour la France – hors, ce n’est pas du tout ce que pense la grande majorité de nos compatriotes car ils n’ont pas les yeux dans leur poche et n’entendent pas, dans notre pays, laisser s’installer l’inquisition musulmane

En France " mode islamique " est-un oxymore "
Cit - " Le faux honneur est un scrupule de l'hypocrisie" - François Gaston de Lévis. ( 1812 )
Rappel - porter « volontairement » le voile*2 ou couverte de pieds en cape, prétendre sacraliser le port du pire des signes de l’infériorisation ou de l’abaissement du statut des femmes - au nom d’un communautarisme dont le sexisme et le sectarisme sont sans égal n’est pas seulement le révélateur de l'état mental malsain d'une population donnée ou le reflet d’un comportement de femme sous-servitude, c’est aussi le propre de l’impudeur et le comble d’une hypocrisie ou d’une mauvaise foi comptant parmi les plus infantiles et égoïstes inhérentes à l’espèce humaine
*2 - L’Université d’Alazhar a finalement statué que le voile n’est pas une obligation islamique, c’est donc qu’il reste le symbole de l’ordre moral de la société raciste et sexiste des mâles bronzés - CRAB

Suite : Féminité
http://laicite-moderne.blogspot.com/2017/08/feminite.html

Suite 2 : Police de la vertu islamiste
http://laicite-moderne.blogspot.com/2016/09/police-de-la-vertu-islamiste.html

Suite 3 : WALLÂDA DE CORDOUE
http://laicite-moderne.blogspot.com/2018/05/wallada-de-cordoue-de-et-de-lante-islam.html

Suite 4 : Les indéfendables
http://laicite-moderne.blogspot.com/2017/10/les-indefendables.html


2 commentaires:

  1. Réponse à S.....n G.....n
    "Les demandeurs d’asile sont des musulmans qui fuient les musulmans de Daech "– m’écrivez-vous.
    Et alors pourquoi venir en France ou en Europe dont-ils ne partagent pas les valeurs, notamment : la liberté d’expression ni le féminisme universel quand ils peuvent demander l’asile à plus d’une trentaine de pays dominés par des musulmans.
    .
    Seuls les insoumis ( athées et les femmes qui refusent de se soumettre au patriarcat des mâles bronzés ) méritent d’être accueillis dans notre pays parce qu’ils sont discriminés, persécutés, assassinés ou emprisonnés.

    RépondreSupprimer
  2. Voiles islamiques
    Porter volontairement le voile, c'est poignarder dans le dos les autres femmes - ce n'est pas '' vivre en bonne intelligence avec les autres '', car, à notre époque, nulle personne ne peut ignorer que le voile est le pire des signes d'infériorisation et de l'abaissement du statut des femmes, c'est bien pour ça que l'homme musulman ne le porte pas.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.