jeudi 6 juin 2019

Quand le dé n’est pas pipé


Démocrite

Sur Facebook, il se passe toujours quelque chose
Quand Einstein donnait une conférence dans les nombreuses universités des États-Unis, la question récurrente que lui faisaient les étudiants était :
Vous, Monsieur Einstein. .. croyez-vous en Dieu ?
Ce à quoi il répondait toujours :

- Je crois au Dieu de Spinoza.
Seuls ceux qui avait lu Spinoza comprenaient ...
J'espère que cette perle de l'histoire vous servira autant que moi. C'est grâce à elle que je suis parti lire sur Le Dieu selon Spinoza.
Spinoza avait passé sa vie à étudier les livres saints et la philosophie.
Un jour il écrivit :
"Je ne sais pas si Dieu a réellement parlé mais s'il le faisait , voici ce que je crois qu'il dirait au croyant :
Arrête de prier et de te frapper à la poitrine !
Ce que je veux que tu fasses, c'est que tu sortes dans le monde pour profiter de ta vie.
Je veux que tu t'amuses, que tu chantes, que tu t'instruises... que tu profites de tout ce que j'ai fait pour toi.
Arrête d'aller dans ces temples sombres et froids que tu as construit toi-même et dont tu dis que c'est ma maison !
Ma maison est dans les montagnes, dans les bois, les rivières, les lacs, les rivières. C'est là où je vis avec toi et que j'exprime mon amour pour toi.
Arrête de m'accuser de ta vie misérable ; je ne t'ai jamais dit qu'il y avait quelque chose de mal en toi , que tu étais un pécheur, que ta sexualité ou ta joie étaient une mauvaise chose ! Alors ne me blâme pas pour tout ce qu'ils t'ont dit de croire.
Arrête de ressasser des lectures sacrées qui n'ont rien à voir avec moi. Si tu ne peux pas me lire à l'aube, dans un paysage, dans le regard de ton ami, de ta femme , de ton homme, dans les yeux de ton fils...Tu ne me trouveras pas dans un livre !
Arrête de te faire peur. Je ne te juge pas, je ne te critique pas, je ne rentre pas en colère et je ne punis pas. Je suis pur amour... je t'ai rempli de passions, de limitations, de plaisirs, de sentiments, de besoins, d'incohérences...et je t'ai donné le libre arbitre... Comment puis-je te blâmer si tu réponds à quelque chose que j'ai mis en toi ? Comment puis-je te punir d'être ce que tu es, si je suis celui qui t'ai fait ? Tu penses réellement que je pourrais créer un endroit pour brûler tous mes enfants qui se comportent mal, pour le reste de l'éternité ?
Quel genre de Dieu peut faire ça ? Si j'étais ainsi, je ne mériterais pas d'être respecté . Si je voulais juste être vénéré, je n'aurais peuplé la terre que de chiens. ..
Respecte tes semblables et ne fais pas ce que tu ne veux pas pour toi. Tout ce que je te demande, c'est que tu fasses attention à ta vie, que ton libre arbitre soit ton guide. Toi et la nature vous constituez une seule entité ....alors ne crois pas que tu as un pouvoir sur elle. Tu fais partie d'elle. Prends-soin d’elle et elle prendra soin de toi. J'y ai mis et rendu accessible tout ce qu'il y a de bien pour toi et j'ai rendu difficile d'accès ce qui ne l'est pas. Ne mets pas ton génie à y chercher ce qui est mauvais pour cet équilibre. A toi de garder intact cet équilibre. La nature elle , sait très bien le garder, juste ne la trouble pas !
Je t'ai rendu absolument libre.
Tu es absolument libre de créer dans ta vie un paradis ou un enfer.
Je ne peux pas te dire s'il y a quelque chose après cette vie, mais je peux te donner un conseil : arrête de croire en moi de cette façon ; croire, c'est supposer, deviner, imaginer. Je ne veux pas que tu crois en moi, je veux que tu me sentes en toi. Que tu me sentes en toi quand tu t'occupes de tes moutons , quand tu abordes ta petite fille, quand tu caresses ton chien, quand tu te baignes dans la rivière.... Exprime ta joie et habitue-toi à prendre juste ce dont tu as besoin !
La seule chose sûre, c'est que tu es là, que tu es vivant, que ce monde est plein de merveilles...et que dans toutes ces merveilles tu es capable de savoir exactement ce dont tu as vraiment besoin.
Ne me cherche pas en dehors, tu ne me trouveras pas.... Je suis là ...La nature, le cosmos...c'est moi. "
Baruch SPINOZA.

    Bien sûr Baruch Spinoza est infiniment plus important que la bible, le Nouveau Testament ou le coran réunis, mais il existe d'autres lignées, notamment dans l’antiquité, celle des philosophes ou poètes athées connus de Démocrite jusqu'à Lucrèce.

    À titre personnel,en référence aux témoignages de personnes proches alors qu'elles faisaient encore parties des vivants, dans la lignée familiale nous sommes incroyants et sans religion depuis le dernier quart du XIXe siècle ( avant, pour en savoir plus, il aurait fallu que je trouve des documents écrits ).
    .
    Ceci-dit, la réalité-réelle me va très bien, laquelle me permet d'autant plus facilement et avantageusement de rester debout, je n'ai nul besoin ni de prier, ni de demander à un dieu d'intercéder en ma faveur puisque si je fais bien ou mal, je ne serai ni récompensé ni puni parce que la mort est absence de sensation.
Exactement, je suis du même avis en ce qui s'agit de religions, je n'y crois pas, mais disons que je crois en une force où bien une entité qui est présente en chacun de nous et partout dans la nature, une sorte d'entité qu'on peut résumer à Dieu.

    '' La force vitale '' que s’efforce de présentifier Nietzsche n'est pas sans nous rappeler que l'Homme est la nature et en même temps une petite partie de la nature.
    . Citation : Ce qu'il y a de grand dans l'homme, c'est qu'il est un pont et non un but. Nietzsche.
    Zarathoustra cependant regardait le peuple et s’étonnait. Puis il dit :

    L’homme est une corde tendue entre la bête et le Surhumain, — une corde sur l’abîme.

    Il est dangereux de passer au-delà, dangereux de rester en route, dangereux de regarder en arrière, frisson et arrêt dangereux.

    Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin.
    .
    J’aime ceux qui ne savent vivre autrement que pour disparaître, car ils passent au-delà.
    Nota : Nietzsche rappelle que nous mourrons vite et serons oubliés. Ce qui compte, c'est ce que nous aurons apporté à l'humanité. Il l'emprunte à Hölderlin, lui-même influencé par Spinoza."

Yacine Tighilt Très bien dit ! Nous sommes effectivement que passagers sur terre et nous laisserons rien d'autres que quelques traces de nos actes qu'ils soient biens au mauvais, c'est pour cela que je pense que nous devons vivre librement et essayer de se faire plaisir tout en tachant de faire le bien là où on le peut, après le reste viendra tout seul
    - Jouir sans se nuire ni nuire à autrui. Épicure ( prélèvement, dans la perspective du philosophe, la moins ascète.)
Absolument, tout réside dans cet équilibre ! Très belle citation en tout cas je tâcherai de m'en souvenir

Fiche Einstein :
Extrait de presse : Une lettre d’Albert Einstein sur Dieu mise aux enchères début décembre.
Dans cette lettre estimée entre 1 et 1,5 million de dollars, le physicien écrit que les religions sont « l’incarnation d’une superstition primitive ».

« Le mot Dieu n’est pour moi rien d’autre que l’expression et le produit des faiblesses humaines, et la Bible un recueil de légendes vénérables mais malgré tout assez primitives. » Écrits depuis l’université de Princeton dans le New Jersey, ces mots sont signés Albert Einstein, un an avant sa mort en avril 1955.
Ils sont tirés d’une lettre manuscrite du célèbre physicien touchant à sa conception de Dieu, de la religion et du sens de la vie qui va être mise aux enchères à New York début décembre par Christie’s. Son montant est estimé entre 1 et 1,5 million de dollars.
Dans cette lettre de 1954, écrite en allemand à l’adresse du philosophe Eric Gutkind, le plus grand physicien du XXe siècle, qui était d’origine juive et avait fui l’Allemagne à l’avènement d’Hitler, réfute toute croyance religieuse. « Aucune interprétation, aussi subtile soit-elle, n’y changera rien (pour moi) », ajoute-t-il dans cette missive d’une page et demie*1.

Suite : "on n'en a pas besoin!"
.
*1 : Les Fake news passent, les écrits de première-main restent



8 commentaires:

  1. Michel Serres avait raison de dire que, dans notre pays, la plus grave menace pour les jeunes générations, c'est la montée de la pudibonderie qui nous vient en ligne direct d'outre-atlantique. ( essentiellement les États-Unis et le Canada ). Jeunes gens, filles et garçons ne vous faites pas avoir, restez français.
    .
    Florent Chazarra
    Et dire qu'il n'y a pas si longtemps on pouvait bronzer seins nus à la plage ... bon courage !!
    .
    Maryse Dubois
    Ben oui si tu veux cancer du sein...
    .
    Claude Bouvard Maryse Dubois -
    Exemple parfait de l'utilisation de la nature pour éviter de dire que l'on considère les seins des femmes [ à l'air ] indécent. C'était sensiblement la même méthode ou le même masque qu'utilisaient face à Élisabeth Badinter*1 ( *1féminisme universel ) les pro-allaitement maternel ou les anti-IVG.

    RépondreSupprimer
  2. Restez française, vous ne le regretterez jamais.
    Dans notre pays, la coquetterie a pour habitude de narguer les canons religieux, pas de s’y conformer. En France, mode islamique est un oxymore.
    La mini-jupe parle d’échange informulé, de désir inassouvi, le voile culpabilise le désir.
    .
    Ce ne sont pas les religions qui ont inventé le féminisme universel ni l’athéisme chrétien mais la spiritualité athée libertine-libertaire.

    RépondreSupprimer
  3. Athéisme et civilisation
    L’athéisme est l’expression de la volonté de ne jamais cesser de penser.
    Suite :
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/11/atheisme-et-civilisation.html

    RépondreSupprimer
  4. Les trois piliers de la perte de sens démocratique sont l’islamo-gauchisme, salafistes et autres, l’extrême droite avec sont noyau antisémite, anti-arabes et l’essentialisation des hommes par les tenants anti-fraternité de la sororité.

    RépondreSupprimer
  5. On ne pas défendre des femmes enfoulardées ni accoutrées d’un burkini quand on sait qu'elles voilent leurs fillettes.

    RépondreSupprimer
  6. À l'attention de Géraldine
    Victor Hugo n'était qu'un sombre déiste qui n'a rien compris à l'Évolution des espèces, il pensait et ne se privait pas de dire que Darwin quasiment était un fou...ou quelque chose sensiblement dans le même genre.

    RépondreSupprimer
  7. À l’attention de Caroline
    Le vivre ensemble, c’est la loi du plus fort, les animaux vivent ensemble dans la jungle.
    Dans une société ou le dieu des croyants ne fait plus la loi, alors, le conséquencialisme en s’appuyant sur la réalité-réelle est à la racine de la recherche permanente de l’Éthique.

    RépondreSupprimer
  8. L’espérance nourrit une chimère et la vie s’écoule
    Penser, c'est élaborer son affect, une personne qui ne lit plus, donc ne pense plus, toute sa violence, tout son déni de la réalité-réelle ou " commune "s'exprime dans la haine de celui qui ne croie pas ou pense autrement.
    .
    La France laïque fait du rire solaire de Démocrite l’expression majeure de sa culture tout en garantissant le libre exercice des cultes.
    .
    Jouir sans nuire ni nuire à autrui, pour toute morale devrait-être gravé sur le frontispice de nos institutions..

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.