lundi 8 juillet 2019

Burqini – suite 3



Burkini : Marie-José Salat va demander «une position claire» au maire de Grenoble

Son texte commence ainsi : “Le fonctionnement de la société française est simple et clair. Les lois, normes et règles sont les mêmes pour tout le monde et sont faites pour être respectées par toutes et tous. Il n’y a pas de droits civiques selon le sexe, la communauté ou la catégorie de la population.”

Et il se termine par : “Parce que la laïcité est la clef de voûte du pacte républicain et qu’il faut lutter contre tout ce qui vise à l’affaiblir ou constitue un recul, Monsieur le maire, vous engagez-vous à dire fermement que vous ne réviserez pas le règlement intérieur des piscines, et de façon générale des équipements municipaux, pour céder aux pressions d’associations pour qui la liberté individuelle prime sur les principes de notre République ?”.

« Nous sommes en face d’une mouvance radicale »
Nous avons contacté l’élue qui nous a expliqué ses motivations : « Ce n’est pas la première fois que notre groupe s’exprime sur le sujet, mais il nous a semblé important de le faire aussi en conseil municipal. D’abord pour les agents qui sont confrontés à ces situations et que nous avons le devoir d’aider dans leur mission, ensuite pour un aspect beaucoup plus politique. L’action de l’Alliance citoyenne pourrait, à première vue, paraître sympathique à certains, puisque leurs revendications parlent de liberté et des femmes… Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg… Le reste est beaucoup plus dangereux ».
En rappelant au passage les différents messages anti-Charlie de la leader du mouvement du burkini, Marie-José Salat dit ensuite : « Nous sommes en face d’une mouvance radicale qui veut faire changer les règles communes en invoquant le fait religieux… Et ça, on ne peut et on ne doit pas l’accepter. On s’est battus pour se défaire du carcan catholique qui, dans le passé, obligeait les femmes à se vêtir de “pied en cap”… On s’est battu pour l’émancipation de la femme, ce n’est pas pour revenir en arrière aujourd’hui. »
Elle finit en fustigeant « les hésitations d’Éric Piolle ». « Si je demande aujourd’hui une position claire au maire, c’est parce que pendant l’affaire, on l’a vu hésiter à plusieurs reprises, tourner autour du pot. Il a même, une fois, osé relier les méfaits de l’exposition au soleil et les maillots de bain couvrants ! C’est pourquoi il est essentiel qu’en séance publique, il dissipe tous les doutes et nous assure qu’il n’acceptera pas que les principes qui font notre République soient remis en cause dans notre ville. »
Par Èv.M. | Publié le 08/07/2019

En clair :
Il convient de faire respecter le règlement sanitaire en vigueur contraignant, depuis plus de trente ans, les femmes et les hommes dans toutes les piscines de France.

D’autre part :
remémorer combien l'enfoulardement des fillettes, c'est de la maltraitance intellectuelle des enfants – nul ne peux défendre des femmes enfoulardées ni accoutrées d’un burkini quand nous voyons qu'elles voilent leurs fillettes.

Citation :
« Ces femmes voilées à qui on interdit d’étudier, travailler, de s’amuser, accompagner même leurs gamins dans les sorties scolaires etc.»
Zakia Meziani

Ce dire est le comble de la duplicité, ces femmes n’accompagnent pas leurs enfants, mais une classe.
Dans le cadre des sorties pédagogique de l'école, selon le DROIT ( nous sommes dans État de droit ) elles ne sont pas des usagers, mais des accompagnatrices - à savoir des exécutantes du service public.

Recentrer :
Le respect de la laïcité est hors sujet, l’enfoulardement ou le port du burqini par des musulmanes n’a rien à voir avec la religion, il est le reflet d’un manque de pudeur, c’est à dire un manque de retenue ou de discrétion, l’illustratif consommé des mentalités islamistes, lesquelles entendent en faire un symbole pour entretenir le maintient, sinon installer les inégalités entre femmes ou les inégalités entre femmes et hommes.

L’intégrisme diabolisé ?
Hors, bon nombre de personnalités connues du grand public parfois de bonne foi expliquent que le fait d’associer le port du burqini à l’intégrisme en fait du coup une revendication à laquelle les intégristes eux-même n’avait pas pensé en ajoutant que " pour cette seule raison il est préférable de ne pas l’interdire ".

En admettant la justesse de ce diagnostic, et alors... qu’importe, suis-je tenté de dire, et puis que les fanatiques reprennent le burqini à leur compte, de toutes les façons ils sont incurablesqu’est-ce que ça change, l’objectif, dans notre pays, n’est-il pas, avant tout, sans attendre, de protéger les enfants, donc de ne pas rendre banal le port des voiles ou du burqini, ce qui implique de ne rien céder ni de passer aucun accommodement même minimal avec des intégristes ?

Il n’y a guère que les naïfs ou les irresponsables patentés pour ne pas voir que la radicalisation silencieuse, laquelle passe par l’enfoulardement et le port du burqini est le terreau du terrorisme, ni omettre de rappeler l’inquisition islamique dont l’impact n’est plus à démontrer dans certains quartiers de nos banlieues...
Céder à ces gens là, dans tous les cas, reviendrait à nier l’irréductible vivant ( vitalisme ) pour laisser, dans notre société, la place à toutes les passions mortifères.

Le critère de dangerosité est fondamental.
Contre volonté de prosélytisme, faire confiance à l’intelligence des gens puisque nous connaissons la réponse adaptée, dans la mesure ou le principe de base de tous les micro-fascismes, c’est le consentement, c’est perdre le sens de soi-même, l’enfoulardement ou le port du burqini même volontairement n’est donc qu’acceptation de la servitude qu’imposent les dominants au nom d’une religion, laquelle globalement sexiste, hyper-sexualise, chosifie les femmes – ce qu’une société équitable et fraternelle ne peut encourager ni insidieusement laisser s’installer dans les mœurs des jeunes générations.

Alors, contrairement ou à l’inverse de ce que l’on entend dire parfois - une interdiction par la loi commune s’adresse bien plus à l’intelligence des gens que ce laxisme lénifiant ou rebutant dont font preuve « nos intellectuels bien-pensants », lesquels en réalité peu vigilants ne pensent pas, ou, étrange coïncidence, par paresse se gardent bien de penser pour laisser se développer un laxisme approuvé, soutenu par nos gouvernants depuis 1983 par madame Mitterrand *1 ( groupie de fidèle Castro ) qui osa accuser Élisabeth Badinter " d’ethnocentrisme ", sinon pour des raisons clientélistes bien connues ou résultante de la frilosité des pouvoirs publics depuis bientôt près de quarante ans.
*1 – la plupart des gauches n’ont toujours pas compris pourquoi, elles disparaissent du paysage politique de notre pays.
CRAB

Suite : BURQINI - 2019 – SUITE 2

8 commentaires:

  1. Comme le souligne Ghaled Bencheikh, président de la Fondation pour l’islam de France, « faire porter le voile à des fillettes innocentes revient à érotiser leur corps. Comment cautionner de telles pratiques ? Au nom de quelle injonction canonique ? Tout cela est très grave et relève de la maltraitance ». Extrait de l’article publié par le ‘’ Printemps républicain ‘’

    RépondreSupprimer
  2. Ma critique des mouvements « féministes » victimistes ou de l’intersectionnalité n’a pas pour finalité de nuire aux femmes dans la mesure où dans ces obédiences sectaires il n’y a pas que des femmes pour distiller sur la place publique une idéologie duelle nuisible à la cause - un ensemble d’allégations, sans autre objet, qu’une tentative qui restera vaine de déconstruire le bien dérangeant féminisme universel.

    RépondreSupprimer
  3. L’enfoulardement est une expression de la culture de l’humiliation des femmes.
    .
    Le nu ( femme ou homme ), c'est l'animal humain dans sa plus belle robe. Poser nue c'est authentifier l'identité féminine ou masculine - alors que L’enfoulardement des femmes n'est pas seulement une discrimination sexuelle, c’est, avant tout, une expression de la culture de l’humiliation des femmes.
    .
    En outre l’enfoulardement des femmes est le pire des signes de l’infériorisation et de l’abaissement du statut des femmes – en fait revient à nier qu’une femme, avant tout, naît sujet de droit.

    RépondreSupprimer
  4. L’Université d’Alazhar a statué : Le voile n’est pas une obligation islamique.

    RépondreSupprimer
  5. On ne peut évoquer les femmes enfoulardées volontaires sans parler des fillettes voilées, donc chosifiées.....
    .
    Restez française, vous ne le regretterez jamais.
    Dans notre pays, la coquetterie a pour habitude de narguer les canons religieux, pas de s’y conformer. En France, mode islamique est un oxymore.
    La mini-jupe parle d’échange informulé, de désir inassouvi,le voile culpabilise le désir.
    .
    LA PUDEUR : Courez le risque d'être différents, mais apprenez à le faire sans attirer l'attention. Paulo Coelho
    Suite :
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2017/10/la-pudeur.html

    RépondreSupprimer
  6. Le sens des priorités n'est pas la tasse de thé du féminisme à deux neurones.
    .
    Les podiums du tour de France :
    L’enfoulardement ou le port du burqini est une expression de la culture de l’humiliation des femmes.
    .
    Ce rôle féminin sur les podiums du tour de France n’est certes pas génial, mais il permet à quelques femmes de gagner un peu d’argent dans une société où dans les faits les emplois occupés par les hommes sont nettement plus nombreux.
    .
    Alors que l’enfoulardement ou le port du burqini est une expression de la culture de l’humiliation des femmes hyper chosifiées, un phénomène inquisitorial infiniment plus nuisible à la cause des femmes, lesquelles tentent d’imposer l’égalité femmes-homme.

    RépondreSupprimer
  7. Un collectif de militantes accumule des témoignages sur la violence conjugale, très répandue en Iran, pour pousser le Parlement à agir
    Suite
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2019/07/les-iraniennes-emmerde.html

    RépondreSupprimer
  8. Les méduses sont la preuve que, même sans cerveau, une espèce peut survivre cinq cents millions d’années !
    .
    Une chance pour le féminisme universel, nous savons que Christine Boutin, Danièle Obono, Ludivine de la Rochère, Pascal Boniface, Edwy Plenel, Aymeric Carron et quelques autres ont un cerveau.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.