lundi 21 juin 2021

AFFAIRE MILA

 

Rappel - " Le blasphème, c’est la quête de nouveau "

Ce jour lors de l’ouverture seulement treize prévenus choisis sur on ne sait trop quels critères ou comment alors que nous savons que 55 % des jeunes musulmans placent la sharia au-dessus des lois de la république, étonnant, non ! ?

.

« DÉBAT » SUR LES PLATEAUX TÉLÉS

Comme d’habitude, puis-je dire, les gentils chroniqueurs et leurs non-moins gentils invités visent l’éducation des enfants avec les mêmes prétentions depuis plus de vingt ans, c’est dire qu’il faudrait enseigner aux enfants la connaissance des religions et une compréhension de la religion de l’autre.

CLONAGE DES ESPRITS PAR LA RELIGION

Comme d’habitude, dirais-je encore, pour ces gentils citoyens très médiatisés, n’est même pas évoquée l’idée d’enseigner le fait athée ou les philosophies de l’athéisme, mais ne se disent-ils pas tous plus laïques les uns que les autres ?

CRAB

4 commentaires:

  1. Richard Malka, évoque un "lynchage numérique" qui n'a guère cessé depuis. "Jamais dans l'histoire de ce pays une jeune fille n'a reçu 100 000 messages haineux, avec évidemment une connotation sexiste, homophobe", a-t-il décrit à franceinfo, le jour de l'ouverture du procès. Fin de l'extrait
    .
    Et n'y que treize individus dans le box des accusés...

    RépondreSupprimer
  2. À «’attention de M ….El-K.......n, d’abord merci de me faire part de vos remarques, aussi vous répondrais-je que ma positon dans le débat public et plus particulièrement en matière de féminisme s’appuie, depuis toujours sur le concept " pas que féministe ", car avant tout autres considérations en tant que démocrate je ne perds jamais de vue contre le multculturel ou le communautarisme que la république laïque est une et indivisible
    En cela je m’approprie sans réserve la position d’Élisabeth Badinter femme de letrres, philosophe, vraie républicaine, féministe et profondément laïque ( donc pas que féministe ) qui dès 2003 dans son livre " Fausse route " écrivait : Non, les femmes ne sont pas toutes les victimes - passées, présentes ou à venir - des hommes.
    Non, les dissemblances entre les sexes ne sont pas plus grandes que leurs ressemblances.
    Non, insiste-t-elle, nous ne sommes pas une espèce fragile à protéger à grand renfort de quotas.
    Et de s'indigner contre l'imagerie doloriste dessinée par le lamento des féministes: " On s'intéresse moins à celle qui réalise des exploits qu'à la victime de la domination masculine, …. écrit-elle. – Fin de citation -

    RépondreSupprimer
  3. EXTRAITS
    Les réquisitions de la Justice dans le procès du harcèlement de Mila ont de quoi faire trembler de peur et rougir de honte tous les citoyens. Trembler de peur car si un de vos enfants est pris pour cible au nom de l’islam et se fait harceler par des fous furieux, c’est lui qui sera détruit et votre gouvernement comme la justice s’en laveront les mains. Rougir de honte parce que 6 mois avec sursis, c’est une peine symbolique et insignifiante pour la plupart d’entre eux. En revanche la destruction de la vie de Mila, elle, est réelle.
    D’autant que ces accusés (sauf un) restent persuadés d’avoir raison. Ils jugent leur acte légitime et ne voient pas pourquoi ils ont à en répondre. A leur yeux Mila est « raciste » donc elle mérite l’enfer sur terre et ils se chargent d’exécuter la sentence. Chacun apporte sa pierre pour mieux la lapiderChacun apporte sa pierre pour mieux la lapider mais comme c’est l’accumulation qui blesse et finit par tuer, ils expliquent benoîtement que leur pierre à eux n’est pas la plus importante. Ils sont définitivement aussi bas que lâches.
    Malgré le procès et la douleur de Mila et de sa famille, ils sont incapables de s’excuser et continuent leurs justifications minables. Le sursis, ils le vivent comme une manière de les excuser, comme si la société par la voix du procureur leur disait que finalement tout cela ce n’est pas si grave…
    Et ce message à été parfaitement reçu. Il faut dire que les harceleurs ont vite compris qu’ils ne craignaient pas grand chose. Le résultat ne s’est pas fait attendre : en plein procès, Mila a reçu une nouvelle salve de menaces.
    Quand on voit que la justice condamne le harceleur d’un youtubeur, Jeremstar, à de la prison ferme parce que l’empêcher de participer au tournage de Fort Boyard à force de tweets désagréables a été jugé comme « ayant pour effet une dégradation des conditions de vie”, on se pince face au ridicule des réquisitions du procureur. Céline Pina
    .
    INSUPPORTABLE, il faut repenser cette '' Justice '' sous-servitudes idéologique.
    Claude Bouvard

    RépondreSupprimer
  4. ÉDIT DE NANTES
    « La révocation de l'édit de Nantes sans le moindre prétexte et sans aucun besoin, et les diverses proscriptions plutôt que déclarations qui la suivirent (…) dépeupla un quart du royaume, qui ruina son commerce, qui l'affaiblit dans toutes ses parties, qui le mit si long temps au pillage public et avoué des dragons, qui autorisa les tourments et les supplices dans lesquels ils firent réellement mourir tant d'innocents de tout sexe par milliers, qui ruina un peuple si nombreux, qui déchira un monde de familles, qui arma les parents contre les parents pour avoir leur bien et les laisser mourir de faim, qui fit passer nos manufactures aux étrangers, fit fleurir et regorger leurs États aux dépens du nôtre et leur fit bâtir de nouvelles villes… ». On n’est pas loin des termes usés par le jeune Voltaire à propos de la Saint-Barthélemy[3].Saint-Simon ajoute, alors : « Telle fut l'abomination générale enfantée par la flatterie et par la cruauté[4]». Il n’épargne guère Louis XIV dont il écrit « Le Roi étoit devenu dévot, et dévot dans la dernière ignorance ».

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.