lundi 23 juillet 2018

Les Femmes de Bettina Rheims


Cit : C’est dans les musées que j’ai appris le corps de femmes, plus nues, plus vrais, plus sensuels que partout ailleurs, et puis personne ne vous interdit de les regarder longuement. Maurice Rheims.

Bettina Rheims
.
Cit : Les femmes que je photographie, elles sont belles. Je crois que j’ai jamais photographié une femme laide. Peut-être que je les rends belles, je sais pas. Bettina Rheims
.
Nues ou à peine vêtues honi soit qui mal y pense
Vêtues pas vêtues, les images photographiques de « belles femmes » font enrager les « féministes » victimistes ( doloriste ) ou racialistes dotés d’un humour sans égal au point de ne faire pas faire la différence entre le travail photographique de Bettina Rheims et certaines des photos publiées dans " Lui " - hors, c’est une très bonne chose de savoir que les " hommes hétéros " et les " femmes hétéros " aimeront toujours voir des femmes dénudées, à peine vêtues...mais aussi vêtues, sans nécessairement passer par Chanel qui par moment était une drôle de Coco, parce qu’une femme qui se sait séduisante au combien sait s’habiller
.
Ce type d’images jamais vues auparavant, signées Bettina Rheims
842 de notre ère, date de naissance en Occident de la grande famille de la pudibonderie sans frontière plus que moins inspirée par la religion, hors depuis, d’un siècle à l’autre, bien que vigoureusement malmenée par les artistes, à notre époque, se livre encore à la plus perverse des résistances - voici à présent, au grand dam des apôtres porteurs de la peur du sexuel dans la société, qu’au cours de ces dernières décennies Bettina Rheims crée des images érotiques qu’on avait pas encore vues, : une femme se déshabille non pas devant un regard d’homme, mais devant un regard de femme, prenant parfois, au fil de la journée ou du temps, le droit, de casser ou de piétiner « son jouet », au point de rendre l’histoire d’allure de plus en plus trouble ;
un type d’images nouvelles dans l’art photographique obtenues avec l’appareil, certes, une sorte d’instrument de pouvoir qui resterait totalement inefficace, en tous cas peu sensible, privé de cette complicité perceptible entre femmes, mais que savent apprécier et soutenir passionnément les " hommes hétéros " ou les " femmes hétéros " qui aiment les femmes... mais la " Naissance de l’intime " une expression de la culture totalement inaudible dans certains des espaces de notre société pétrifiés par les dégâts collatéraux que cause l’inculture ou les idéologies imposées par le communautarisme, dont les thématiques hyper-asexuées sont reprises parfois par des associations « féministes » d’un infantilisme confondant ;
sont-ils en si grand nombre que ça les " hommes hétéros " et les " femmes hétéros " de toutes origines ethniques qui aiment vraiment les femmes... ?
En tout cas, pas vraiment dans un ensemble communautaire dominé par des populations malades du corps majoritairement installée dans un environnement islamisé ou fortement orthodoxe...
.
ELLE pose mais ne joue pas...c’est bien plus fort...
C’est une tradition plus ancienne que le féminin de vouloir déshabiller les femmes - cependant, ce n’est pas écrit dans l’Ancien Testament ni dans le Nouveau Testament ni dans le coran, mais, une personne avertie en vaut deux, ne comptez point sur le soutien des associations de « féministes » victimistes ( doloriste ) et/ou racialistes ethnicisant sans à propos...sinon peut-être, dans un futur lointain, si lointain de lointain... peut-être bien, rendu possible après un ad hoc décrassage de l’inconscient...qui sait vraiment...
.
Vidéo, Bettina Rheims - diffusé par Arte, extrait :
http://blvids.free.fr/Maurice_Rheims.mp4
CRAB

Camille Claudel
 
Suites : La vie en blanc et noir
http://laicite-moderne.blogspot.com/2018/07/la-vie-en-blanc-et-noir.html





2 commentaires:

  1. Croire en dieu et dans l'eau-delà est l'expression de la détestation de la vie. Croire ou vouloir une autre vie après la mort est une expression majeure du nihilisme.

    RépondreSupprimer
  2. La religion au même titre que la pudibonderie sans frontière, c'est le clonage des esprits. Les religions sont des Fake news d'un autre temps. La recherche de l'éthique doit-être permanente.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.