mercredi 28 août 2019

Henri Peña-Ruiz – 2019

Accueil fait à Henri Peña-Ruiz par les islamo-gauchistes
Les chiens n’ont pas manqué de se lâcher sur les écrans ou sur les réseaux sociaux, des militants délétères se revendiquant de l’antiracisme ou se présentant comme musulmans accusent le philosophe de faire la promotion de l’islamophobie.
.
Citation
On veut me faire passer pour raciste en tronquant une phrase que j’ai prononcée dans ma conférence sur le laïcité aux #AmFis. Voici la phrase complète: il n’est pas raciste de s’en prendre à une religion, mais il est raciste de s’en prendre à une personne du fait de sa religion.
Henri Pena-Ruiz (@HenriPenaRuiz) August 25, 2019
.
Après son intervention sur la laïcité à l’université d’été de la France Insoumise, les AMFiS 2019, le philosophe Henri Peña-Ruiz est l’objet d’une campagne de diffamation de la part de la frange indigéniste et islamo-gauchiste de ce parti, laquelle voyoucratie l’accuse de racisme.
.
Que lui reprochent ces chiens malades de la peste ?
D’avoir déclaré « on a le droit d’être islamophobe », ce qui comme il le dit lui-même ne prend son sens qu’avec le reste de la phrase : « il n’est pas raciste de s’en prendre à une religion, mais il est raciste de s’en prendre à une personne du fait de sa religion. »
.
Je suis fier d’être islamophobe parce que une religion n’est pas une personne, c’est une nécessité de combattre les idéaux mortifèresICI, fièrement, je tiens à apporter mon entier soutien à Henri Peña-Ruiz au regard des accusations mensongères, ignobles dont il a fait l’objet, lesquelles sont dues à des carriéristes ou à des militants de base des gauches pro-communautaristes exécuteurs sans scrupule de toutes les formes de clientélismes dans l’objectif de gagner des élections en entretenant une islamisation à la française.
.
Depuis bientôt une quarantaine d’années, autant de déclarations malveillantes, d’une incroyable hypocrisie quand ce n’est pas la pire des lâcheté à l’œuvre ;
au lieu de condamner sans réserve tous les assauts théocratiques contre la laïcité, contre l’égalité femmes-hommes, on ne compte plus depuis 1984, les accusations ou déclarations toutes plus absurdes les unes que les autres, le laisser faire dans certains des quartiers de nos villes attestant de la profonde malhonnêteté intellectuelle d’une grande partie des gauches, comprenant notamment des intellectuels dits des gauches comptant parmi les pires robespierristes, des indigénistes comme des islamistes auxquels il faut ajouter le soutien d’une classe platonicienne ou aristotélicienne, puis tous les idiots utiles, lesquels investissent le sacré avec empressement pour en faire un commerce.
.
Lors de la conférence, voici ce qu’avait dit Henri Peña-Ruiz :
«Le racisme, qu’est-ce que c’est ? Mise au point : c’est la mise en question des personnes pour ce qu’elles sont. Mais ce n’est pas la mise en question de la religion. On a le droit, disait le regretté Charb, disait mon ami Stéphane Charbonnier, assassiné par les frères Kouachi en janvier 2015. On a le droit d’être athéophobe comme on a le droit d’être islamophobe. En revanche, on n’a pas le droit de rejeter des hommes ou des femmes parce qu’ils sont musulmans. Le racisme, et ne dévions jamais de cette définition sinon nous affaiblirons la lutte antiraciste, le racisme c’est la mise en cause d’un peuple ou d’un homme ou d’une femme comme tel. Le racisme antimusulman est un délit. La critique de l’islam, la critique du catholicisme, la critique de l’humanisme athée n’en est pas un. On a le droit d’être athéophobe, comme on a le droit d’être islamophobe, comme on a le droit d’être cathophobe. En revanche, on n’a pas le droit d’être homophobe, pourquoi ? Parce que le rejet des homosexuels vise les personnes. On rejette des gens pour ce qu’ils sont, et là on n’a pas le droit de le faire. Le rejet ne peut porter que sur ce qu’on fait et non pas sur ce qu’on est.» Fin de citation.
.
Être c’est être perçu, mais tout dépend par qui
Il faut observer que le militant, lequel avait posté la phrase tronquée d’Henri Peña-Ruiz a supprimé son tweet avec la phrase isolée, estimant que « réduire une pensée nuancée en quelques mots est mission impossible, surtout sur un sujet glissant ».
Sans blague ! ?
.


Islamophobie, définition : rejet ou peur d’une religion qui se veut sociétale et entend s’imposer à tous comme universelle par le refus violent des autres sensibilités spirituelles dont l’athéisme..

Les " Frères musulmans " fer de lance du fanatisme musulman ont inventé le terme de " islamophobie " pour tenter d’obtenir des pouvoirs publics l’interdiction de blasphémer, une façon déguisée d’interdire la critique des religions, lesquels veulent dans le même temps déconstruire le féminisme universel ( égalité femmes-hommes ) aidés par des personnes malveillantes anti-républicaines, lesquelles œuvrent ou participent activement au sein du parti robespierriste de la " France insoumise " pour faire passer la critique de l’islam ou de sa religion pour du racisme..

Cette voyoucratie est la pire ennemie de notre liberté dont la laïcité en est l’expression culturelle majeure – elle est l’ennemie de la liberté de la pensée, de la liberté de penser, lesquelles vont à l’unisson avec la bien dérangeante égalité femmes-hommes.

CRAB
.
Suite
.
Suite 2
.
Suite 3

14 commentaires:

  1. NOTE
    Lu dans la presse - L’islam, point trop n’en faut
    « Islamophobie », d’abord. Sans revenir sur Phobos, fils d’Arès, une phobie est une crainte irrationnelle relevant de la psychopathologie.
    Or, est-il irrationnel d’identifier comme dangereux certains courants de l’islam, lorsque l’on constate chaque jour les ravages commis en leur nom et conformément à leurs doctrines ?
    Attentats bien sûr, mais aussi atteintes permanentes aux libertés fondamentales (libertés de conscience, de pensée, d’expression) et aux droits des femmes…
    Depuis la destruction du sanctuaire de Taëf en 632 et la bataille des Chaînes (la conversion ou la mort, déjà), la liste est tragiquement longue. Dès lors, est-il irrationnel d’identifier aussi comme dangereux des individus qui adhèrent consciemment à ces courants de l’islam, et promeuvent leurs agendas hégémoniques et totalitaires ? Non, évidemment.
    Faut-il pour autant les craindre, c’est un autre débat, mais il est assurément parfaitement rationnel et logique de les considérer comme une menace.
    Fin de citation.

    RépondreSupprimer
  2. À l’attention de I..a B.......i ( qui se déclare musulmane )
    Je tiens à vous le dire, je l’ai souvent rappelé ces dernières années, lors de discussions durant l’année après l’attentat meurtrier à Charlie hebdo un seul arabe d’origine algérienne a condamné sans réserve les terroristes – il se déclarait athée, d’ailleurs il tenait beaucoup à le faire savoir.
    .
    Tous ceux parmi mes interlocuteurs nés en France (jeunes ou vieux) de parents originaires des pays dominés par des musulmans, tous ont voulu conclure la discussion par " il faut respecter les religions ".
    À vous de juger !

    RépondreSupprimer
  3. À l’attention de I..a B.......i ( qui se déclare musulmane )
    Puisque vous me dites que blasphémer est injure faite aux croyants , je vous répondrais que le blasphème est un élément de la critique des religions ou de la non-croyance dans une divinité, et formulé sur un plan universel, le blasphème c'est la quête de nouveau.

    RépondreSupprimer
  4. Laïcité – Blasphème - Euthanasie
    La laïcité, c’est le droit de ne pas croire ou de croire sans que les convictions intimes d’un groupe s’imposent aux autres
    Suite
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/11/laicite-blaspheme-euthanasie.html

    RépondreSupprimer
  5. Les premières victimes dans les pays dominés par des factions musulmanes sont les athées, les femmes non-enfoulardées ou non-complices de la sacralisation du patriarcat par la religion et les homosexuels.

    RépondreSupprimer
  6. Cit : « La spiritualité, c’est la vie de l’esprit, la vie de la conscience humaine qui s’affranchit de l’immédiat. .../..
    .
    La religion est une forme de spiritualité, mais il y en a d’autres.
    .
    Un artiste qui crée des œuvres qui dépassent les limites du vécu immédiat, de l’utilité immédiate, fait œuvre spirituelle.
    .
    Un savant qui élucide les lois du réel ou un philosophe qui réfléchit sur les principes de la lucidité et de la sagesse font aussi œuvre spirituelle ». Henri Pena-Ruiz

    RépondreSupprimer
  7. La spiritualité athée, c'est la recherche permanente de l'éthique.

    RépondreSupprimer
  8. Cit : " La piété, ce n'est point se montrer à tout instant, couvert d'un voile et tourné vers une pierre, et s'approcher de tous les autels; ce n'est point se pencher jusqu'à terre en se prosternant, et tenir la paume de ses mains ouvertes en face des sanctuaires divins; ce n'est point inonder les autels du sang des animaux, ou lier sans cesse des voeux à d'autres voeux; mais c'est plutôt pouvoir tout regarder d'un esprit que rien ne trouble " – Lucrèce, V, 1198-1203 - ( premier siècle avant notre ère )

    RépondreSupprimer
  9. Le droit d’expression athée.
    .
    Ne jamais perdre de vue que les religions sont des Fake news d'un autre temps, ô combien lointain.
    Dans toute l’histoire de la vie spirituelle de l’humanité, il n’y a jamais eu qu’un seul miracle : la musique. CRAB
    .
    " Dieu ne s’est pas créé lui-même, il est le fils de l’orgueil humain. Dieu nie le monde, et moi je nie Dieu ! " - Albert CAMUS
    .
    Religions et pudibonderie sans frontière sont les deux mamelles des sociétés patriarcales. CRAB
    .
    Nul ne peut néantiser ce qui est advenu, seul le passé est éternel. CRAB
    .
    Sachant que la mort est absence de sensation, du coup, à mon grand regret, je ne peux même pas envisager de mourir de rire.. CRAB
    .
    Dans toute l'histoire de la vie spirituelle de l'humanité, l'invention du monothéisme est la racine du pire des sectarismes - L’athéisme, c’est la recherche permanente de l’éthique. CRAB

    RépondreSupprimer
  10. Le saviez-vous ?
    À l’ère d’abondant fake news, de l’essentialisme régnant et de l’étiquetage minute,
    Robespierre s’est lui-même ressuscité - à présent il a pris le sobriquet Rokhaya Diallo.
    .
    Morale - elle n'a pu être autre chose qu'une chose, et qui plus est des plus malveillantes.

    RépondreSupprimer
  11. Changer la société
    À l’attention de S...a W......n
    Oui je cite souvent Nietzsche ou Michel Onfray – ce qui ne m’empêche pas de penser à mon tour, en dépit du conservatisme des élites du monde politicien ou de la société civile, lesquels se présentent progressistes en faisant des sauts de cabris ‘’ l’Europe, l’Europe, l’Europe ‘’, que, malgré ceux-là, la fin de la civilisation chrétienne est dors et déjà consommée ; sans se lancer dans une religion nouvelle, le remplacement de la civilisation chrétienne se réalise certes trop lentement par la recherche permanente de l’éthique.
    Comprendre qu’il n’y a ni au-delà ( arrière-mondes ), ni âme ou esprits séparé du corps, c’est prendre conscience que notre corps pense – c’est sentir en profondeur la multiplicité de ses pulsions ;
    En cela, si les féministes comprenaient vraiment Nietzsche, ils s’attaqueraient à toutes les religions du monothéisme, lesquelles sacralisent les patriarcats d’Orient comme d’Occident, dans cette configuration de fortes mobilisations anti-religions nos sociétés s’humaniseraient à pas de géants.

    RépondreSupprimer
  12. À Goussainville, Abdelaziz Hamida fiché S va mener une liste sans étiquette pour les élections municipales de 2020, il avait été élu sur la liste d'Alain Louis, le maire divers gauche actuel. MERCI la gauche.

    RépondreSupprimer
  13. LES MONOTHÉISMES
    Non-existence d’un dieu - « Rien n’est éternel, parce que rien ne demeure toujours dans le même état.»
    Démocrite
    .
    Le monothéisme est la racine du pire des sectarismes et une idéologie barbare qui nie le temps bien trop court de la vie des humains pour inventer et ne se préoccuper que d'un imaginaire au-delà présentifier comme éternel. La mort est absence de sensation, tant que l'on est en vie on a des sensation - en vie on est - mort on est plus. Nul n'a jamais vu ni entendu un cadavre donner une conférence de presse ni se plaindre de l'autopsie. Le croyant a une deuxième vie lorsqu'il a compris qu'il en qu'une.
    .
    L'endoctrinement dans la religion dès la petite enfance
    Pour vous donner un exemple de non-endoctrinement : j'ai entendu parler de religion à l'école communale pour la première fois en cours d'histoire ( guerres de religions ), et je n'y ai vu que de l'Histoire de France.
    C'est seulement quand j'ai constaté que les religieux étaient contre la contraception et l'IVG que je me suis intéressé aux religions et compris aussitôt le décalage inouï avec les connaissances scientifiques - c'est à cette période que j'ai entrepris de déconstruire ces idéologies barbares, mortifères sans autre objet que de dévaloriser le transcendantal au profit d'une fiction méprisante du plus ou moins court temps de vie de chacun d’entre nous.
    .
    Le vivre ensemble est inadapté à une saine vie en société, c'est la loi du plus fort, les animaux vivent ensemble dans la jungle.
    .
    Construire ensemble une société avec en perspective un projet de civilisation '' égalité femmes-hommes '' pour le principal à l’encontre de l’actuelle prédominance de la doxa ;
    puis dans le cadre d'un régime politique démocratique, lequel justement ne permet pas à chacun de faire ce qu'il veut puisque la fonction d'une démocratie c'est d’empêcher - exemples ; empêcher par la loi de tuer, de violer de toucher les enfants, de voler autrui, de condamner toutes tentatives d'empêcher les filles de s'instruire, etc. etc...

    RépondreSupprimer
  14. LES MONOTHÉISMES
    Non-existence d’un dieu - « Rien n’est éternel, parce que rien ne demeure toujours dans le même état.»
    Démocrite
    .
    Le monothéisme est la racine du pire des sectarismes et une idéologie barbare qui nie le temps bien trop court de la vie des humains pour inventer et ne se préoccuper que d'un imaginaire au-delà présentifier comme éternel. La mort est absence de sensation, tant que l'on est en vie on a des sensation - en vie on est - mort on est plus. Nul n'a jamais vu ni entendu un cadavre donner une conférence de presse ni se plaindre de l'autopsie. Le croyant a une deuxième vie lorsqu'il a compris qu'il en qu'une.
    .
    L'endoctrinement dans la religion dès la petite enfance
    Pour vous donner un exemple de non-endoctrinement : j'ai entendu parler de religion à l'école communale pour la première fois en cours d'histoire ( guerres de religions ), et je n'y ai vu que de l'Histoire de France.
    C'est seulement quand j'ai constaté que les religieux étaient contre la contraception et l'IVG que je me suis intéressé aux religions et compris aussitôt le décalage inouï avec les connaissances scientifiques - c'est à cette période que j'ai entrepris de déconstruire ces idéologies barbares, mortifères sans autre objet que de dévaloriser le transcendantal au profit d'une fiction méprisante du plus ou moins court temps de vie de chacun d’entre nous.
    .
    Le vivre ensemble est inadapté à une saine vie en société, c'est la loi du plus fort, les animaux vivent ensemble dans la jungle.
    .
    Construire ensemble une société avec en perspective un projet de civilisation '' égalité femmes-hommes '' pour le principal à l’encontre de l’actuelle prédominance de la doxa ;
    puis dans le cadre d'un régime politique démocratique, lequel justement ne permet pas à chacun de faire ce qu'il veut puisque la fonction d'une démocratie c'est d’empêcher - exemples ; empêcher par la loi de tuer, de violer de toucher les enfants, de voler autrui, de condamner toutes tentatives d'empêcher les filles de s'instruire, etc. etc...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.