mercredi 22 janvier 2014

La haine du non-musulman

Une vieille histoire : quand l’identité religieuse prime sur l'identité nationale


Erdogan

Quand l’identité religieuse prime sur l'identité nationale, à son époque, avant l'entrée sur la scène publique de tous les Savonarole '' inter-confessionnels modernes '', déjà Platon décrivait les athées comme des corrupteurs de la jeunesse ( tous ceux qui adoraient autre chose que les dieux traditionnels, ou aucun dieu ), détruisant notoirement la société en poussant leurs concitoyens-nes à se poser des questions, à ne pas suivre tous les rituels religieux, par voie de conséquence de mettre en danger l'État
Platon sans le moindre scrupule, prescrivait la mort ou les camps - au fil des siècles, ses arguments ont été repris par la plupart des religions ;
en France, à d'autres époques, Robespierre animé d'idéaux contre révolutionnaires, ennemi des '' Lumières '', de l'athéisme, mais encore bien plus des athées '' réhabilite la notion de dieu '', dans la foulée institue la guillotine comme système de gouvernance contre tous ses opposants
Dans les actualités en Europe, inspiré par François, le pape des pauvres d'esprits, les Savonarole, fort heureusement très minoritaires dans notre pays, s'en prennent, sans succès, aux libertés individuelles* ( * IVG, contraceptions ou mariage pour tous )

Soupçonné d’athéisme, un poète en prison en Arabie saoudite
Rappel : L'islam « modéré » se limite à un rejet de la violence sans en combattre les causes ni les sources
Ceci explique les méthodes anti démocratiques d'un Erdogan en Turquie, mais aussi pourquoi les idéologies islamistes sont rejetées par de grands pans des populations d'Égypte ou du Maghreb, pays où «  l'islam modéré » à fait la preuve de sa véritable nature, montré ce qu'il est réellement ;
dans notre pays ou en Europe, « l'islam modéré » est une idéologie colportées par les chantres du communautarisme ou personnalités publiques parmi les plus inconscientes

La haine du non-musulman à notre époque
Reproduction d'un extrait de l'article publié par Global Voices Online 19/01/2014
Soupçonné d’athéisme et cheveux longs, un poète en prison en Arabie saoudite
Mona Kareem, traduit par Marie André
Le poète palestinien Ashraf Fayadh est emprisonné en Arabie Saoudite, pour avoir prôné l’athéisme – et porter les cheveux longs.
Le poète, élevé en Arabie Saoudite, a été arrêté il y a cinq mois, après le dépôt d’une plainte contre lui par un lecteur qui prétendait que ses poèmes contenaient des idées athéistes
Les accusions n’ayant pas été prouvées, il a été libéré pour être de nouveau arrêté le 1er janvier 2014.
Le cas de Fayadh a fait le tour des médias et des réseaux sociaux, et les écrivains arabes de toute la région condamnent sa détention. Certains ont écrit en ligne que la vraie raison de son arrestation pourrait être due à la vidéo qu’il a filmée il y a 5 mois sur la flagellation publique d’un jeune homme par la police religieuse à Abha.
Le poète est actuellement toujours en détention sans chef d’accusation et sans date de procès à venir.
Les réactions suivantes, traduites de l’arabe, sont sans équivoque et les écrivains saoudiens, les artistes, et beaucoup d’autres le soutiennent et condamnent sa détention - Fin de l'extrait

Athéophobie : regroupements d'articles à partir de la page :
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/05/observatoire-de-latheophobie.html

Ou sur :

Crab - 22 Janvier 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.