jeudi 20 juin 2019

Vérité, dignité, espoir.



Je cause, tu causes, il cause.

« La “une” de Charlie va faire parler, je ne la montre pas, elle est censurée sur notre antenne pour le moment », a lancé sur CNews, l’animateur Pascal Praud, lequel revendique cependant un côté « anar ».

« C’est bizarre : les gens se réclament de la liberté d’expression, sauf quand ils se sentent concernés » Rappelle Riss le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo

Ouais, un côté Pascal Praud « anar » comme moi je suis curé, je me souviens, il n’y a pas si longtemps l’avoir vu et entendu pousser des cris de vierge effarouché à la lecture de l’excellent pamphlet de Michel Onfray dans le traitement qu’il avait réservé à l’impudique, arrogant et infantile Macron adorateur devant Brigitte de deux beaux corps aux torses bien luisants de deux charmants garçons aussi bien connus des services de police que son grand ami Benalla.

Bref, chacun l’aura compris, nul ne pourra confondre le curé Pascal Praud avec Jean Meslier sinon que deviendraient les Christophe Barbier ou Ruth Elkrief agitateurs politiques suffisamment pro-américanisés au point, à l’antenne, de laisser accroire cette idée saugrenue que les américains sont, en 44, venus libérer la France.

Mitterrand le chantre de l’espoir était un macronien avant l’heure, c’est lui le résistant de la 25e heure qui le premier fit des américains de grands sauveurs venus libérer notre pays, comme il doit, dans sa tombe, se frotter les mains quand dans le même temps le Général de Gaulle réaliste, pragmatique, drapé dans sa dignité de grand chef d’État menace de revenir rétablir l’Histoire dans sa plus réelle-vérité.... pour l’honneur de la France.
CRAB

Suite : L’édito de...

mardi 18 juin 2019

Bigarrure


Bigarrure, peinture acrylique - CRAB

Le vrai du faux.
Michel Serres faisait observer que depuis la nuit des temps dans toute l’histoire de l’humanité le temps de paix comptait pour moins de 10 %, que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale nous vivons une paix exceptionnelle sur l’ensemble de la planète dans la mesure où il y a peu de guerres.
Michel Serres rappelait, si la violence est certes une réalité, le tabac tue plus que le terrorisme les attentats meurtriers exécutés un peu partout dans le monde, c’est vrai.

La paix domine sur la planète au sens où, en effet, il y a peu de guerres ; cependant nuance de taille, nulle personne ne choisit le terrorisme pour mourir, alors qu’en connaissance de cause elle « choisit » de fumer – donc choisit sa mort.

Nous commençons à mourir peu à peu dès notre naissance, cependant, en tenant compte que la globalisation qui nous est vendue comme principe d’ouverture contre « les méchants partisans du repli » ne saurait dissimuler qu’idéologiquement nos sociétés libérales jacobines, c’est à dire non-communalistes, reposent sur la frustration, sans laquelle aucune politique libérale n’est rendue possible *1, ceci n’est pas sans conséquence sur la vie ou l’avenir de la plupart de nos compatriotes car il serait vain de masquer l’inégalité des conditions de plus en plus violemment ressenties par tout un chacun, ce n’est pas sans rendre insupportable, au quotidien, cette sorte de petite mort, la bigarrure tragique de notre époque. CRAB

*1 -


dimanche 16 juin 2019

Shoah - « concurrence des mémoires »


622 au XXe siècle

Shoah
Déplorant le discours consistant à refuser la concurrence des mémoires, Christine Angot a estimé que l'Holocauste ne pouvait être comparé à l'esclavage dont le but était selon elle de maintenir les individus en « bonne santé pour pouvoir les vendre ». Fin de citation.

La « concurrence des mémoires »
« en bonne santé », en effet les guillemets s’imposaient puisque plus de la moitié des populations transférées au-delà de l’Atlantique mourraient durant le voyage.

Hormis le fait que l’esclavage et la traite des esclaves est une pratique laquelle a toujours existé en Afrique, qu’elle perdure encore à notre époque, il faut rappeler que les musulmans ont été avec la complicité des roitelets noirs les pires esclavagistes et pendant de plus nombreux siècles que les européens.
( ni omettre de rappeler qu’à partir de 1848, la France a été la première nation à interdire l’esclavage dans ses colonies )

Ce drame aussi terrible soit-il pour les populations et leurs descendants victimes des esclavagistes ne peut en aucun cas être comparer à la Shoah.

Christine Angot, certes s’est exprimée maladroitement, mais l’histoire retiendra que l’holocauste visait à la disparition de l’ensemble des populations juives dont l’incinération in fine avait en réduisant les corps en cendres pour objet d’effacer jusqu’à leur culture.

Hors les esclavagistes s’étaient donnés pour but de fournir à de grands propriétaires, pour la plupart terriens, une main d’œuvre corvéable à merci et non d’effacer de la surface de la terre les populations noires africaines – de ce fait, on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable.

Mais cette mise en concurrence imbécile ‘’ shoah et esclavagisme’’ est la conséquence, chaque fois qu’une personnalité politique entend remplacer les historiens, ici, en l’occurrence s’agissant des lois dites mémorielles Taubira, lesquelles laissent accroire cette idée écœurante que seul le blanc européen est un esclavagiste.

Piqûre de rappel : Rien de ce qui est humain nous est étranger. Térence - 2e siècle avant l’ère commune – Fin de citation

La repentance, c’est bon pour les crétins.
De grands comiques, en fait plus particulièrement revanchards racistes du même acabit que Obono et Consorts spécialistes d’une manipulation de l’histoire, réclament la repentance de la France pour sa période coloniale, quand la pratique de l'esclavage et de la traite des esclaves par les arabo-musulmans avec la complicité des monarques noirs s’étale sur plus de quinze siècles - Dont un code arabo-musulman de l'esclavage – et un syndicat des esclavagistes.

21 et 22 millions d'africain et des blancs réduits en esclavage par les arabo-musulman ou ottomans, soit trois plus que les occidentaux.
Trois fois plus longtemps que la traite des esclaves pratiquée par une petite minorité d'européens ( En France trois villes se sont rendues coupables.., pendant que la majorité des français, durant ces époques, n'avaient pas le droit d'exprimer leurs opinions )

Plus de deux millions d'esclaves, sont encore à notre époque, captifs dans certains des pays africains et pour les pays musulmans essentiellement ceux d'Orient.

Le rôle de la religion est sans équivalent, le coran est le seul '' livre sacré '' qui évoque sans scrupule l'esclavage, l'institutionnalise...
Voir dans le texte : (4:3) - (4:25) - (24:58) - (16:71)

Citation - « Le Coran n'étant pas contraignant, l'abolition relève de la seule initiative personnelle du maître.
Cette ambiguïté est constitutive de l'approche coranique : encourager ceux qui font le bien, mais ne pas alourdir la peine de ceux qui ne font rien.
Plusieurs versets entérinent au demeurant l'infériorité de l'esclave par rapport à son maître » - Malek Chebel

Vidéo : Esclavage et traite des esclaves.

Ayons toujours dans le viseur les idiots utiles de l’islamisation française.
Extrait d’un article de l’Express publié le 4 mai 2006
« Christiane Taubira [ ex-ministre de la Justice du gouvernement Hollande ] déclare sans ambages qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes.
Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé. (…) Roger Botte, chercheur au Centre d’études africaines du CNRS, constate qu’il privilégie également la traite transatlantique du fait de « la pression des représentants du monde arabe et des États africains ». (…)
La loi Taubira procède en effet d'une lecture partielle en n'évoquant que « la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe ».
.
D'une tragédie qui appartient à la longue histoire de l'humanité elle ne retient, sur une séquence courte, que les faits imputables aux seuls Blancs européens, laissant de côté la majorité des victimes de l'esclavage. Fin de citation.

Induration douce.
Pour conclure cette page, je dirais que Taubira l’ancienne datée du néolithique tardif et Obono la jeune générée par un nov-féminisme en voie de fossilisation forment une paire des plus toxiques qu’est susceptible de générer une république jacobine affectée des persistants relents nauséeux de tonalités robespierristes, dont, dans l’actualité, Emmanuel Macron assure à plomb le service après-vente. CRAB

Suite - Taubira Christiane

Suite 2 - Shéhérazade

vendredi 14 juin 2019

Immigrations - sans langue de bois.



Migrants :
Les pro-immigration, creusent à la fois le tombeau d’une bonne partie des migrants et dans la plupart des cas nuisent au juste combat, entrepris par notre pays depuis plusieurs décennies, pour mener à bonnes fins l’égalité femmes-hommes.

Équité :
Le droit des migrants, c'est de pouvoir vivre dans leurs pays, donc pour la France de pratiquer une autre politique étrangère pour faciliter le développement des régions de départs.

Féminisme :
En accueillant le moins possible de migrants musulmans les relations entre femmes et hommes en seront améliorées plus rapidement car nous avons autre chose à faire que de former des populations à l'égalité femmes-hommes.

Rappel - Mode islamique est un oxymore.
Toute ma vie, j'ai vu des femmes vêtues d'un short et d'un débardeur. Il n'y a que d'ignobles crétins pour s'en plaindre.
Plus on encourage la femme à se cacher, plus ça attise la curiosité un peu malsaine de certains parmi les garçons. En première ligne, les toxiques barbus.
CRAB

Suite - Les idiots utiles de l’islamisation

Suite 2 - Accompagnateurs des sorties scolaires

Suite 3 - Éphémère

Nota – je ne suis ni des gauches - ni des centres - ni des droites

jeudi 13 juin 2019

Féminisme : Dionysos romanisé n’est pas suédois



À la recherche du temps où les dieux de la Grèce demandaient à Rome l’asile politique.
Les romains en fins politiques adoptaient tous les dieux grecs qui franchissaient leurs frontières – cependant au regard de l’histoire de l’écart ou des rapports entre les idées et la pratique leur inclination pour Dionysos était sans équivoque... sans égale.

« Le pudor féminin » liée au corps et à la sexualité.
Il était une fois une princesse danoise que même Ovide, c’est pas peu dire, n’aurait pas reniée, laquelle en grande romaine affirma avec honneur son identité de femme devant un parterre de puissants du monde musulman grand corps malade que caractérise la peur du sexuel dans la société dont, plus spécialement, la sexualité des femmes, alors qu’inspirées par les « bonnes matrones d’un autre âge » les « féministes » du gouvernement suédois fidèles à la règle platonicienne ou aristotélicienne s’étant, avant leur départ contentées de faire de la rhétorique sur le féminisme pour, en définitive, dans le concret, en Iran, sans mettre réellement en question les rapports du vrai et du faux grâce à une pratique grossière de la vraisemblance, sans pudeur s’illustraient islamisées devant de vulgaires mollahs qui n’attendaient que ça.

Morale : Admirées, adorées des féministes anglo-saxonnes, des victimistes du genre Caroline De Haas*1 et Consorts ( pas tous les jours ), en ce qui concerne ces dominas suédoises, « le pudor féminin » ne serait bon que pour une partie de la gent féminine. Voilà, ne dirait-on pas, une bien curieuse afféterie de métamorphoser le féminisme universel en l’exécrable caricature d’un « féminisme » digne de la plus déshonorante intersectionnalité. CRAB
.
*1 - Caroline De Haas « grande féministe » devant Allah, est une spécialiste de l’élargissement des trottoirs urbains dans les quartiers dominés par des musulmans.

Suite : Éphémère

Suite 2 : Les idiots utiles de l’islamisation

dimanche 9 juin 2019

Culture homophobe


.
Citations.
    .../...
Ce que révèle l’agression homophobe lors de la manif anti-Bouteflika.
Le mouvement de contestation algérien présenté jusqu’ici comme exemplaire montre aujourd’hui une face obscure. Comme le relate le quotidien El Watan, des femmes venues manifester pacifiquement près de la place Maurice Audin, comme chaque vendredi à Alger, ont été agressées par des hommes exigeant qu’elles se voilent, vociférant que «l’égalité elle ne l’aurait jamais car que c’est contre l’islam». À Paris c’est Julia, transsexuelle qui subit la haine de ces hommes certes jeunes mais incarnant un archaïsme qu’on pensait relégué dans les oubliettes de l’histoire.

Tout le monde pense évidemment aux agressions subies par les femmes place Tahir au Caire pendant le Printemps arabe. Alors que l’on espérait voir se lever un vent de liberté pour tous, des femmes furent nombreuses à être victimes de harcèlements sexuels collectifs virant parfois au viol en réunion. Il aura fallu que des journalistes étrangères subissent ces assauts pour que perce la vérité sur la triste condition des Égyptiennes au quotidien.
.../...
Que faut-il faire pour combattre l’installation de ces violences sur notre territoire?
Les dénégations suivies de minimisations sociologiques qui accompagnent systématiquement les agressions homophobes ont bon dos. Il faut que ça cesse. Pour moi, de telles agressions sont un motif suffisant pour refuser tout accès à la nationalité française et justifient une expulsion du territoire national. Aucun compromis ne devrait être accepté sur nos valeurs et nos principes. Nous devrons accueillir non pas les oppresseurs mais les victimes de cette haine de la différence.
.../....
Jeannette Bougrab. Source – Le Figaro
.
Citation - Dans cette culture, l’homosexualité est « une tare, une honte, une déviance, un outrage aux lois de Dieu ».
.../...
Ce qui vient de se produire doit être rapproché des viols que des hommes principalement de culture musulmane ont commis à Cologne lors du Nouvel An en 2015. Et l’analyse de Kamel Daoud demeure la grille de lecture pour tenter de comprendre l’incompréhensible. Il écrit justement: «En Occident, le réfugié ou l’immigré sauvera son corps mais ne va pas négocier sa culture avec autant de facilité, et cela, on l’oublie avec dédain. Sa culture est ce qui lui reste face au déracinement et au choc des nouvelles terres.»
Dans cette culture, l’homosexualité est «une tare, une honte, une déviance, un outrage aux lois de Dieu». Il faudra sans doute encore bien du temps avant que nos bonnes âmes finissent par admettre que ce sont des hommes immigrés qui ont agressé Julia parce qu’elle est transsexuelle ; admettre qu’elle encourait aussi le risque de se faire agresser dans une rue d’un quelconque pays musulman. Combien de vidéos insoutenables circulent sur le Net montrant des couples se faisant lyncher par la foule, comme à Beni Mellal en mars 2016, ou encore à Fès où un homme est roué de coups de poing et de pied car présenté comme gay?
Il n’y a pas d’ailleurs pas de justice pour ces victimes: ce sont elles que les tribunaux poursuivent. En Tunisie, un jeune infirmier de 25 ans victime d’un viol chez lui a été traduit devant la Cour d’assises avec son violeur, le premier sous le chef d’inculpation de sodomie, le deuxième sous le chef d’inculpation de viol. Où est la justice? - Jeannette Bougrab. Source – Le Figaro

La vie sauvage des amantes réprouvées.
Colette ( 1873-1954 ) noue des amitiés féminines scandaleuses et en 1907, fait scandale en se produisant au Moulin Rouge aux côtés de Mathilde de Morny, surnommée Missy, déguisée en homme.

Citation - « Femme j’étais et femelle je me retrouve pour en souffrir et pour en jouir...[…]
Que faire ? […] écrire, brièvement, car l’heure presse, et mentir… »
Colette, La Vagabonde

« Je laisse, à chaque lieu de mes désirs errants, mille et une ombres à ma ressemblance, effeuillées de moi, celle-ci sur la pierre chaude et bleue des combes de mon pays, celle-là au creux moite d’un vallon sans soleil, et cette autre qui suit l’oiseau, la voile, le vent et la vague. Tu gardes la plus tenace : une ombre nue, onduleuse, que le plaisir agite comme une herbe dans le ruisseau… Mais le temps la dissoudra comme les autres, et tu ne sauras plus rien de moi, jusqu’au jour où mes pas s’arrêteront et où s’envolera de moi une dernière petite ombre… »
Colette - Excipit de La Vagabonde
Après ce petit bout de lecture, pourriez-vous prétendre lire jusqu’à la fin un livre aussi mal écrit que le coran sans se forcer, ou encore sans se faire une violence inouïe continuellement ?

L’universel ne peut se mettre au pluriel.
La religion, c'est le clonage des esprits : dans les milieux en France ou dans les régions du monde dominés par des musulmans, l’homophobie y prend des proportions insoutenables.
Cette homophobie parfaitement partagée, ( ce qui ne dérange les pseudo-féministes de l’intersectionnalité ), entre hommes et femmes, laquelle est majoritaire dans le milieu musulman - cette haine de la différence se trouve renforcée et justifiée par le plus insidieux refus de l’égalité quelque soit l’orientation sexuelle des personnes par les enfoulardées volontaires, lesquelles de leur coté apportent leur caution à la sacralisation de l’abaissement du statut des femmes...sans oublier ces horribles mégères, lesquelles dans certains pays font parties de la police des mœurs...

Jeannette Bougrab à raison d’insister sur l’aspect toxique, asocial d’une religion à la source d’une culture de toutes les inégalités.

Pour ma part je ne compte plus le nombre de fois où, durant ces vingt dernières années, j’ai écrit qu’il fallait mettre un terme à l’accueil indistinct de migrants venus de pays dominés par des musulmans, de cesser d’accueillir tout venant de mondes qui ne veulent pas entendre parler d’autres lois que la loi d’un infantile, mesquin, sadique et si petit dieu.

    Restez françaises, vous ne le regretterez jamais.
Dans notre pays, la coquetterie a pour habitude de narguer les canons religieux, pas de s’y conformer. En France, mode islamique est un oxymore.
La mini-jupe parle d’échange informulé, de désir inassouvi, le voile culpabilise le désir.

Ce ne sont pas les religions qui ont inventé le féminisme universel ni l’athéisme chrétien mais la spiritualité athée libertine-libertaire. CRAB

Suite : Les idiots utiles de l’islamisation