lundi 9 mars 2015

La fin des idéaux


Manuel Valls : Premier ministre – Mars 2015
°
La méprise
La religion n'a rien à voir avec la pauvreté, la pauvreté ne conditionne pas l'engagement dans la religion, la France n'est pas le Mexique d'un 19e siècle où n'existait d'autres choix, pour le peuple des « petits », que de devenir prêtre, bandit ou militaire
Tenant la religion pour quantité négligeable, la gauche, au fil des saisons, s'en vînt, comme dans la fable, à, en premium, ne voir qu'à travers le prisme de la pauvreté l'exclusive cause des menaces djihadistes qui pèsent sur notre société : pourtant les manifestations contre le mariage pour tous, la position homophobe des hiérarchies monothéistes auraient dû servir d'avertisseurs à nos gouvernants pour enfin comprendre que, usée, l'institutionnalisation de la moraline de gauche n'est plus désormais qu'une expression allégorique de la crise morale du monde moderne
L’érosion de la moraline de gauche, est désormais un fait, pour avoir tenu pour quantité négligeable les religions, sans faire l'effort de comprendre que la pauvreté n'a rien avoir avec le fanatisme religieux, encore moins avec le djihadisme ni même avec les assauts théocratiques émanant de musulmans contre la laïcité
La gauche, tant sur la réalité de la pauvreté que de la laïcité, bloquée, embourbée, empêtrée, arque-boutée sur le principe erroné de l'association '' pauvreté et antiracisme '', connaît, subit l'érosion de sa quasi religieuse moraline, s'étonne de voir le Front national « défendre la laïcité », prétendre se mettre au service des populations les plus précarisées – la gauche, incapable de se montrer lucide sur sa propre désaffection, pour, dans l'actualité, dans les médias, à travers le premier ministre ( capitaine Fracasse ) étaler sa peur de se voir distancer, au sortir des élections départementales*1, par le parti de la très catholique, en vérité si peu laïque Marine Le Pen
( *1 : départements qu'il aurait dû supprimer )
La fin des idéaux ?
C'est l'histoire de ce monde qui ne s'accorde pas à ses désirs, si ce n'est, enfin, pour la gauche la fin des idéaux, de son pathos, sinon elle finira par récolter son salaire de la peur à cause de son son refus de défendre, de rétablir la laïcité au nom d'un « antiracisme » complètement dévoyé, erroné, l'expression de la perte des notions de liberté et de justice que revendique toute une frange de la population refusant l'asservissement de tous les citoyens par la religion, et face au chômage de masse, essentiellement dû, aussi, à son laxisme, à son manque de volonté, de pragmatisme de faire, sans passer par des demi-mesures, les réformes structurelles économiques, sociétales*2 ( *2 : retraites – assurance maladie, par exemple ), et territoriales que le pays attend depuis plus de trente ans ; inévitablement, c'est certains la gauche, peu après l'an prochain, disparaîtra du paysage politique - Crab - 10 Mars 2015
Suites :
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/03/le-bianco-d-onfray.html
ou sur :
http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/03/09/le-bianco-d-onfray-5575772.html



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.