lundi 12 décembre 2016

La femme de Loth



LUI ( de ) ; ce qui n'est pas lui...


Sodome et Gomorrhe (1)



Dans l’Ancien Testament, le roman historique, et non le récit de l’histoire, de la destruction de Sodome et Gomorrhe reflète le sectarisme ainsi que la justification sacralisée de la pire violence destructrice d'autres populations émanant de la volonté et de la toute puissance d’un dieu totalitaire qui par la suite caractérisera tous les monothéismes chrétiens et musulmans ;

le « texte sacré » raconte l’histoire, que l’on pourrait qualifier aisément, d’une idée profondément sectaire qui possède l’esprit d’une tribu et de ses chefs
Préambule

Sodome et Gomorrhe, deux villes situées en plein milieu du territoire de Canaan ;

deux agglomérations représentant un enjeu stratégique et militaire pour les futurs occupants de la région

Mais...

[…]
Yahvé dit; "Puis-je cacher à Abraham ce que je vais faire ? "

[…]

Yahvé dit : " la clameur comme elle est grave, le péché comme il est grand,

" Je vais descendre " et voir s'ils ont

agit en tout suivant la clameur qui est venue jusqu'à moi, s'il

n'en est pas ainsi, je le saurai "



Première remarque
'' il descend d'en haut '' - Donc il vient d'en haut ??? A pied ou à cheval ??? 
...il vient voir, cela indique clairement que '' d'en haut '' il ne voit pas tout ni n'entend pas tout et ne peut savoir tout - il doit descendre pour voir de près.
Dans ce cas, comment pourrait-il être la pensée universelle ???
Pourquoi '' auxquels cas les rumeurs qui circulent sont fondées '' est-il obligé '' pour se renseigner de descendre lui-même pour évaluer la situation de près '' ???
Donc, '' d'en haut '' il ne voit ni n'entends pas tout...
D’autre part, pourquoi a-t-il créé un homme aussi nettement '' imparfait '' ???

I 
La justification

Là, émerge l'idée destinée à justifier la destruction des deux villes qui par leur situation bloquait l'installation des cohortes venues d'Égypte pour s'établir en pays de Canaan

I
Prétexte ou alibi
Abraham dit à Yahvé - « Est-ce que vraiment tu feras périr le juste avec le méchant...» - « S'il n'y avait que deux justes, épargnerais-tu la ville ...»

I
Pas assez de justes, le compte n'y est pas, et ce sera la destruction de Sodome et Gomorrhe

Que peut bien signifier '' trouver deux justes '', quand '' on '' sait qu'en général les habitants d'une ville sont en moyenne pour moitié des enfants???

Ce dieu, si bon, si juste, qui voit tout, sait tout, « ce grand créateur » ignorait que les enfants par définition sont innocents

Les adultes habitants de Sodome et Gomorrhe étaient-ils tous des clones ??? ou encore tous immoraux, du moins selon la moraline attribuée à Yahvé [ ...sous-entendu '' moraline de scribes '' ]

En fait il s'agit, ni plus ni moins, de justifier à l'époque de la conquête un nettoyage ethnique, d'un génocide organisé sous le fallacieux prétexte d'une différence de mœurs, dans le but guerrier de spolier des cananéens de leur territoire – peu importe que ce soit la réalité historique ou non ce qui est à retenir c'est la signification de ce passage de la bible -
Ce n'était pas, dans l'histoire de l'humanité, vraiment nouveau, sauf que là, d’un siècle à l’autre cet événement est présenté aux croyants comme l’acte d’un dieu juste...et bon
Comment ce '' si bon '' dieu a t-il pu inventer Satan ??

I
Yahvé aime-t-il les femmes ?
Mais-il se fait que ce dieu est juge juge et partie... ( Et puis une femme; qu'est-ce que ça peut bien valoir ??? )
Donc, ce dieu plein d'amour est tellement bon, pensez donc, et parce que la femme de Loth ( 2 ) avait eu le courage de lui désobéir ( elle laisse derrière elle sa maison ainsi que ses filles aînées ) ;
la femme de Loth pressent l'horreur du drame qui va se jouer, elle '' se retourne '' - '' ou peut-être veut-elle s'en retourner '', dans le premier cas elle est pétrifiée, dans le deuxième cas victime des radiations il n'en restait qu'un petit tas de sel
Que peut valoir l'avenir ( son avenir ) quand la femme de Loth voit son passé brûler ???
I

Un récit aux sources de l'humanisme
Il ne fait-aucun doute que l’on doit croire et obéir aveuglément à son dieu, hors la femme de Lot, un personnage né très probablement de la mauvaise conscience d'un des idéologues parmi les rédacteurs de la bible d’autant que pour l'idéologue pur et dur, très normalement elle doit périr
I
Ainsi que tous les dieux des principales religions du monothéisme, ce dieu du Sinaï est une construction fondée sur le principe simpliste du fonctionnement mental de n'importe quel primaire qui se veut à la fois juge et partie ;
dans le jardin d’Éden Ève voulait se connaître au plus profond d’elle-même pour plus forte accéder aux savoirs, elle est punie, la femme de Loth atrocement châtiée à mort parce qu’elle ne voulait pas perdre ni renier tout ce qui avait fait son identité
I
À l’encontre de la visée totalitaire voulue par les idéologues rédacteurs ou scribes, à leur insu, selon l’interprétation qui en est faite, l’histoire de ces deux femmes par leur volonté de savoir, de connaître, voire de transmettre, par leurs actes, éclairent de leurs lumières et porte les valeurs de l'humanisme, de l’Homme pensant...

La femme de Loth, c'est l'autre regard porté sur l'Homme - une vision non binaire des natures des êtres humains
I
(1) Pourquoi un texte de plus sur Sodome et Gomorrhe?

Simple remarque; sur les sites christicole '' fleurissent des textes '' dont l'objet est de maintenir le croyant de base dans l'idée que l'invention dieu ''est celle d'un un être'' qui ne peut en cas être considéré mauvais ni injuste
Sodome et Gomorrhe étaient deux des villes d'une pintapole, soit un groupe de cinq villes qui se trouvent en plein milieu du territoire de Canaan
I
(2) Son « grand tort », c'est d'avoir souffert que ses filles puissent-être sacrifiées au nom d'une idéologie, celle de Lot et de la plupart des nomades '' au nom de l'hospitalité '' - recevriez-vous chez vous Ben Laden ? Cette négation de la réalité constitue toujours la base des idéologies eth-no-religieuse et particulières générées par les principaux monothéismes
Noter qu’elle n'est pas nommée par son prénom, mais comme la femme de...
I
Dans les religions monothéistes misogynes et sexistes les femmes sont toujours '' la femme de ''
[ noter au passage que le coran aggrave les idéologies sexistes contenues dans les textes monothéistes le précédant en ne parlant des femmes qu'à la troisième personne ]
I
Piqûre de rappel, rappeler que l'univers n'est pas une création, l'univers à une histoire et son histoire se poursuit ( expansion de l'univers...) - faute de création il ne peut y avoir de créateur, donc pas de dieu car la fin d’un processus est toujours le début d’un autre, et puis nous savons qu’il ne peut y avoir ni de Paradis ni d’Enfer puisque la mort est absence de sensation
I
Pour mémoire, l'Évolution n'est pas une théorie mais un FAIT, l'être humain est la nature et en même temps une toute petite partie de la nature ou de l'univers

I
Suite :
http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/
CRAB, publié le 22.04.2009 et mis à jour le 12.12.2016






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.