lundi 3 février 2020

Les deux Commères de la République


Humour et Satire
Qu’elle soit littéraire ou visuelle, la satire est un type particulier de caricature, dont les visées sont critiques et dénonciatrices.
Au-delà d’un simple effet humoristique ou moqueur, la satire affiche généralement un point de vue politique ou moral.
Caroline Guignard


« L’insulte à la religion, c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c’est grave » avait déclaré la Garde des Sceaux ou plutôt la Garde des sots sur Europe 1 à propos de l’affaire Mila.

Affaire Milales deux Commères de la République
La Belloubet nominée aux césariens de la police de la pensée, auteure de l’effarant commentaire " l'insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience " bafoue ignoblement le Droit - elle devrait être démissionné pour faute professionnelle lourde de toute urgence.

À propos pourquoi la classe politique ne propose pas au poste de Ministre de la Justice des personnalités qualifiées comme par exemple Richard Malika au lieu de se soumettre notamment à un féminisme à deux neurones du genre racisé, ou de osez le féminisme ou encore de l’intersectionnalité bien silencieux sur le fond de cette affaire, lequel féminisme non-universel par ailleurs exige sous le prétexte fallacieux de la parité quitte à laisser s’employer au gouvernement une femme dont le degré d’incompétence est, à ce jour, quasiment inégalé- du jamais vu au Ministère de la Justice en matière de méconnaissance du Droit ?
( Faut ajouter qu’autant de détournements sémantiques observés lors des débats, depuis plus de huit jours, n’a guère troublé non plus les grand défenseurs des Droits de l’Homme ainsi que l’association LGBT, étonnant, non ! )

La Ségolène jumelle spirituelle occasionnelle de la jupitérienne Belloubet s'inscrit royalement dans la tradition de la pire des lâchetés générées par les gauches depuis Mitterrand.
L’observatoire de la laïcité, auquel La Ségolène se réfère n’est autre, depuis longtemps, que l’enseigne de l’abattoir de la laïcité.

D’autre part, La Ségolène qui n’en manque jamais une se demande, citation :
C’est quand la parité !?
Fin de citation.
Chère madame, quand on enseignera, à l'école, le fait athée en contrepartie de l'enseignement du fait religieux.

Se souvenir, une omission de taille lors des débats à propos de l’expression favorite d’une majorité parmi les musulmans " Sale française " non sans rappeler l’expression " Sale juif " - c‘est sans nul doute ce qu’il y avait de plus grave dans l’affaire concernant cette courageuse jeune fille, pourtant ceci n’a guère intéressé les encloués de la police de la pensée, ce qui ne surprend pas vraiment tous ceux de nos compatriotes conscients de pas vivre dans une théocratie mais bien dans un pays où sans lien avec je ne sais quel racisme le droit de blasphémer est autorisé sans que n’existe pour autant un racisme d’État.

" Sale française ", n’est pas sans rappeler, en Allemagne, Erdogan à l’adresse de la population turque " Faites cinq enfants et sous peu vous serez majoritaire dans ce pays " - En France dors et déjà depuis longtemps nos compatriotes juifs ne peuvent plus scolariser " leurs sales juifs d’enfants " dans une école laïque - à quand le tour des petits français non-musulmans si toutefois prochainement subsiste encore une école laïque.
Merci à toutes les gauches plus jacobines ou plus robespierristes les unes que les autres, les français et les françaises républicains laïcs reconnaissants ne manqueront de vous enterrer définitivement sans demander votre avis.
CRAB

Mémorandum
L'enquête, ouverte à l'encontre de Mila pour « provocation à la haine à l’égard d’un groupe de personnes, à raison de leur appartenance à une race ou une religion déterminée », a été classée sans suite par le parquet de Vienne.

Citation - " Il vaut mieux avoir affaire à des ennemis qu’à des traîtres. " - Georges Mendel de son vrai nom Louis Rothschild, homme politique de premier plan et résistant ( introuvable dans la classe politique actuelle ), il fut assassiné le 7 Juillet 1944 par des miliciens.- à notre époque il serait assassiné par des islamistes.

Quitte, sans réserve, à déplaire à Edwy Plenel le bien connu ouistiti-moustachu qui ne voit que ce que lui-seul voit, mais aussi à Emmanuel Todd, sans oublier Aymeric Ramadan ( Carron ), Caroline de Haas ni encore le corps sacré de Jean-Luc Mélenchon accompagné de ses petits soldats : qu’attend le Procureur de la République pour poursuivre Abdallah Zekri, lequel dans l’émission " Les Vraies Voix " sur Sud Radio estimait : « qui sème le vent récolte la tempête ». « Elle l’a cherché, elle assume » - ce qui par ricochet au regard de ce type d’allégations justifiait l’assassinat des journalistes ou dessinateurs de Charlie Hebdo le 7 Janvier 2015, lesquels humoristes grands satiristes sans dieu ne se privaient pas de blasphémer et dans l’actualité en disant cela urbi et orbi cet intégriste forcément sans éthique ni loi donne le signal et sa caution à tout ce qui compte de musulmans plus incultes les uns que les autres, lesquels publiquement menacent Mila de viol ou de mort ?

La charité qui se moque de l’hôpital
Dimanche dernier, le trompettiste Ibrahim Maalouf, lequel fut condamné à quatre mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur mineure, en 2014, non sans vergogne a fustigé les propos honteux selon lui tenus par Zineb El Rhazoui l’ex journaliste de Charlie Hebdo, et a en outre déclaré que les défenseurs de la lycéenne Mila ( donc, dont Richard Malika ) sont aussi coupables que ceux de Matzneff, une référence sans lien avec l’affaire Mila, mais typique des pratiques islamistes.
Sera t-il poursuivi par le Procureur de la République pour incitation à la haine, au viol et à l’assassinat des défenseurs de la liberté d’expression dont le droit de blasphémer ?

Souvenance - l'affaire Mila : l'adolescente, scolarisée en seconde dans un lycée de la région lyonnaise, échange avec ses abonnés le 19 janvier dernier.
L'un d'eux se met à l'insulter...
Suite


15 commentaires:

  1. À l’attention de Issa
    Le mythe, c’est l’oubli consenti de la vérité, mais sa nécessité, au détriment de l’histoire, « autorise » de mener une large partie d’une population par le bout du nez.

    RépondreSupprimer
  2. Odon Vallet comprend Boko haram

    Donc si vous tenez absolument à insulter une religion, ne touchez pas à Mahomet. Contentez-vous de dire par exemple que Jésus était pédé, que Moïse se tapait le pharaon et que Bouddha est un énorme tas graisseux. Vous pouvez y aller: les chrétiens, les juifs et les bouddhistes sont des gens que rien ne peut énerver. Ils ne tuent pas quand on insulte leur prophète.

    Si on avait quelque doute sur les penchants d’Odon Vallet, voici une phrase de lui à méditer. « Si je vivais au Nigéria et si j’avais 18 ans, je serais sans doute Boko Haram ». Hélas pour lui l’historien des religions n’a plus 18 ans et ne vit pas au Nigéria, ce qui le prive des joies ineffables du viol et l’égorgement. Source La Presse

    RépondreSupprimer
  3. Mila, la lycéenne iséroise de 16 ans a assuré lundi dernier sur TMC, sur le plateau de l’émission Quotidien, « pas regretter » ses propos, revendiquant son « droit au blasphème ».

    « Je ne regrette absolument pas mes propos, c’était vraiment ma pensée », a déclaré la jeune fille. « Je m’excuse un petit peu pour les personnes que j’ai pu blesser, qui pratiquent leur religion en paix, et je n’ai jamais voulu viser des êtres humains, j’ai voulu blasphémer, j’ai voulu parler d’une religion, dire ce que j’en pensais », a-t-elle cependant précisé.

    Sa vie « clairement en pause »
    Depuis la publication le 18 janvier de sa vidéo controversée, devenue virale sur les réseaux sociaux, la lycéenne a dû être déscolarisée et explique qu’aujourd’hui sa vie est « clairement en pause ». « L’Éducation nationale fait le maximum pour m’aider, me trouver un endroit où je serai en sécurité mais ce n’est pas évident », a-t-elle expliqué.

    RépondreSupprimer
  4. À l'attention de K...
    On ne se débarrassera pas du fanatisme ou des fanatiques religieux sans à l’école enseigner le fait athée en contrepartie du fait religieux.
    Ne pas confondre la spiritualité athée avec les philosophies des lumières – l’athéisme, c’est le refus de cesser de penser, puis, en s’appuyant sur l’immanent *1, se livrer à la recherche permanente de l’éthique.
    *1- la réalité-réelle et non se référer à ce que racontent les livres.

    RépondreSupprimer
  5. Les religions sont des fake news de temps révolus où la méconnaissance scientifique était presque générale. Rares étaient les penseurs, par exemple : lire Lucrèce un penseur du 1er siècle avant l'ère commune.

    RépondreSupprimer
  6. Hyper crétin qui n’en manque jamais une, de son vrai nom Cyril Hanouna a lancé avec fermeté que Mila avait eu des "mots inadmissibles". Et d'ajouter : "je ne supporte pas ce genre d'insultes. J'aime pas trop qu'on rigole ou qu'on insulte des religions. Je sais que c'est le droit au blasphème, mais elle ferait mieux de se calmer et rester dans son coin pour que tout rentre dans l'ordre".
    .
    Comment se fait-il qu’on ne voit jamais sur les plateaux face à ce genre d’illuminé un des humoristes de Charlie Hebdo parfaitement qualifié pour déconstruire les bouffées de délires de ce minable ?

    RépondreSupprimer
  7. Autrefois dans la plupart des pays chrétiens c'était à peu près aussi tragique que dans les pays ( à notre époque ) dominés par des musulmans, depuis le féminisme universel ( qui ne déteste pas les hommes en général ni en particulier les blancs) a fait et fait toujours œuvre d'humanité, autant dire : [ aussi ] fait œuvre de laïcité et de citoyenneté non soumise à la loi que les croyants nomment '' dieu '' puisque toutes les libertés individuelles ont toutes été obtenues contre la moraline de chacun des monothéismes. Dans l'actualité le problème majeur, c'est de rappeler, sans relâche, que l'islam n'est pas un mode de vie, mais une modalité d'existence perverse et mortifère dépourvu de toute humanité.

    RépondreSupprimer
  8. Le féminisme universel
    À l’attention de M.....e D......u - ( qui se dit conservatrice )
    Je vous le dis tout de suite, je ne me considère pas responsable et je me contrefiche de l’ex-colonisation.
    Quand à l’esclavage et la traite des esclaves, c’est dans les pays à population majoritairement noire ou les pays dominés par des musulmans que cette pratique sordide se perpétue.
    Noter que la France avait interdit l’esclavage ou la traite des esclaves dans ses colonies et protectorats, qu’en est-il à présent ? Faut-il vous faire un dessin ?
    Le féminisme universel ne finira jamais de vous déranger, je vous le promets.
    Suite
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/07/la-vie-en-blanc-et-noir-suite.html

    RépondreSupprimer
  9. Mila va pouvoir reprendre les cours. La jeune lycéenne, qui est la cible de menaces après des propos sur l'islam, a retrouvé un établissement. C'est ce qu'a annoncé le ministre de l'Education nationale, jeudi 6 février. "Nous avons trouvé une solution, avec la famille. Par définition je ne dis pas laquelle, elle est bonne et dans l'intérêt de la jeune fille", a expliqué Jean-Michel Blanquer, sans donner plus de précisions. "La première priorité, a poursuivi le ministre, c'est évidemment la protection et la rescolarisation de cette jeune fille, c'est ce à quoi nous avons travaillé avec la famille depuis le début."
    Une "solution" saluée par Richard Malka, l'avocat de la famille de Mila. "Pour la première fois depuis deux semaines, il existe une piste très sérieuse qui paraît envisageable", s'est-il félicité auprès de l'AFP.

    RépondreSupprimer
  10. Extrait de Radio-Paris ment
    Bien sûr, Abdallah Zekri, le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui, poète, a proclamé sur Sud-Radio: "Qui sème le vent récolte la tempête." Et puis ceci, qui sent le sang: "Elle l’a cherché, elle assume." Autrement dit quelque chose qui ressemble à ceci: "Elle aura fait ce qu’il fallait pour se faire égorger et si la chose devait arriver, je ne m’en formaliserais pas!" Je parie sans trop risquer de me tromper que cet homme ne sera pas poursuivi, lui, pour incitation à la haine ou pour provocation au crime.
    Michel Onfray
    .
    NAVRANT, cette irresponsabilité des pouvoirs publics est insupportable....
    .

    RépondreSupprimer
  11. 2ième - Extrait de Radio-Paris ment
    Bien sûr, Caroline de Haas, qui, rappelons-le, estime que, pour lutter contre les agressions sexuelles dans des quartiers perdus de la République, il n’y a qu’une seule solution, élargir les trottoirs. Elle n’a pas eu un seul mot de soutien pour cette jeune fille menacée de mort, déscolarisée, protégée par la police pour avoir dit qu’elle récusait l’islam qui la récuse elle-même en tant que lesbienne, ce qui, au-delà du langage et de la forme, est tout de même le fond du problème… C’est cette même Caroline de Haas qui, lors des viols commis par des migrants un soir de 31 décembre, avait écrit: "Ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues à l’arrivée des migrants: allez déverser votre merde raciste ailleurs."
    Michel Onfray
    .
    Ne rien attendre de ce féminisme à deux neurones, lequel avec les racisés ou de l’intersectionnalité n’ont jamais rien compris au féminisme universel.

    RépondreSupprimer
  12. Observatoire de la laïcité
    Ce n'est pas un observatoire mais un abattoir de la laïcité et de la liberté d'expression.
    J'écris souvent que les religions sont des fake news et que la mahométane est la religion la plus perverse du monothéisme, soit, aucune différence sur le fond avec les propos tenus par Mila.

    RépondreSupprimer
  13. ENFIN, IL ÉTAIT TEMPS !

    Affaire Mila : Nicole Belloubet regrette ses propos sur le droit au blasphème
    La ministre de la Justice est revenue ce samedi 8 février sur les propos qu'elle avait tenus fin janvier sur le droit au blasphème et l'affaire Mila.

    Nicole Belloubet a regretté ce samedi 8 février, dans une tribune signée dans Le Monde, les propos "inexacts" qu'elle a tenus sur la critique de la religion, fin janvier, en réaction à l'affaire Mila.

    "Dans une démocratie, la menace de mort est inacceptable (...). L'insulte à la religion, c'est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c'est grave, mais ça n'a pas à voir avec la menace (de mort)", avait déclaré la ministre de la Justice le 29 janvier sur Europe 1.
    "J'ai eu une expression qui était non seulement maladroite, ce qui est regrettable, mais surtout inexacte", a-t-elle commenté. "L'insulte à la religion n'existe heureusement pas dans notre République. Seules sont réprimées les injures faites à autrui en raison de son appartenance à une religion déterminée."

    Nicole Belloubet a insisté sur le fait que le droit au blasphème existe en France : "Dans notre pays, chacun est libre de blasphémer. C'est l'évidence même. La France n'est pas une terre de fatwas".

    RépondreSupprimer
  14. Amira, puisque vous insistez : " La grande interdiction ", devrait vous plaire – vous voulez savoir, eh bien figurez-vous que dans Burkhan Khaldun en Mongolie une montagne prétendument sacrée est interdite aux étrangers, aux femmes et aux chiens – vous et vos copines enfoulardées, ce magnifique pays devrait vous plaire, non ?

    RépondreSupprimer
  15. Affaire Mila
    http://crab.painter.free.fr/textes/2.%20Affaire_Mila_E_Badinter.pdf
    .

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.