mardi 4 septembre 2018

Les cinq piliers de l’athéisme



Les cinq piliers de l’athéisme
La science, le matérialisme, la morale utilitaire ou le conséquencialisme, la Laïcité et le féminisme universel sont les cinq piliers de l’athéisme. - CRAB

Liminaire
Quand Dieu n’existait pas - Par Olivier ADAM
J’allume la télévision, la radio. Et ils sont là. Partout. Des religieux. De toutes confessions. Des durs. Des mous. Des excités. Des conciliants. Ils s’expriment. Au même titre que les élus, les chercheurs, les intellectuels. Ils formulent des analyses, émettent des préconisations. S’immiscent dans le débat public. Ils ont voix au chapitre. On les consulte. On écoute leurs recommandations. Leurs souhaits. Leurs exigences, même. Mariage et adoption pour tous. Fin de vie. Et même, depuis Charlie, fanatisme religieux (!), liberté d’expression (!!), laïcité (!!!). Ils sont là, partout, arpentent les plateaux. Et s’ils ne sont pas là, on parle d’eux. On tient compte de leur «sensibilité». On nous dit qu’il faut veiller à ne pas les heurter. Et tant pis si, par leurs incursions hors des lieux de culte, ils heurtent les athées et nuancent d’emblée une laïcité pourtant non négociable.

J’allume la télévision, la radio. Et me retrouve projeté dans des temps très lointains et très obscurs. Des temps que je n’ai pas connus. Et que je ne pensais pas connaître un jour. Parce qu’on se croyait délivrés. Affranchis. J’ai grandi en banlieue. Un écheveau de villes plus ou moins tranquilles, bien mélangées, avec leurs cités déjà sensibles, leurs lotissements et un reste de culture prolétaire à l’ancienne. J’avais des copains beurs, des copains blacks, la plupart vivaient dans les HLM. On ne parlait pas de musulmans. Ceux qui l’étaient ne s’en réclamaient jamais. Comme aurait dit Charb : ils faisaient le ramadan comme d’autres fêtaient Noël, par habitude et parce que ça rythmait l’année, rien de plus.
On ne savait pas si untel ou untel était juif ou autre. S’il était pratiquant ou non. D’ailleurs les racistes n’étaient pas «islamophobes». Ils se contentaient de détester les Arabes et les Noirs. Et on les emmerdait. Et l’antisémitisme était juste un truc immonde de très vieux cons, qui allait disparaître avec la dernière génération à l’avoir nourri. On avait grandi bercés par les disques de nos parents, Brel, Brassens et Ferré. On avait passé notre enfance à écouter Renaud, à regarder Coluche et Desproges, à s’endormir devant Polac et Cavanna. On chourait le Canard de nos pères pour dévorer les dessins de Cabu. Notre prof préféré nous faisait commenter les dessins de Charlie. On était tous un peu anars. On bouffait du religieux (curés imams rabbins tous dans le même sac), on se foutait des flics, de l’armée, de la nation, des fachos. Et l’internationale serait le genre humain. A nos yeux, la religion n’était qu’une vieille scorie déliquescente, un reste d’obscurantisme dont on avait mis des siècles à se délivrer mais ça y était, c’était fait, on tenait le bon bout. Il y avait bien quelques cathos de nos âges mais ils restaient entre eux dans leurs écoles privées, se retrouvaient au catéchisme, se côtoyaient chez les scouts. C’était juste des sujets de plaisanteries. Des types coincés et des filles pas futes-futes, dotés de parents bornés. Nous, les seules paroles du Christ qu’on se refilait c’étaient les dernières : un clou je glisse.
Au final, qu’on soit blanc, black ou beur, la religion, c’était juste un hobby bizarre, un truc du dimanche matin pour la plupart, qui nous faisait un peu froid dans le dos parce que ça ressemblait quand même à un genre de secte et franchement, quand on les voyait sur le parvis de l’église en rentrant de la boulangerie, ils ne faisaient pas envie. Ils étaient tous gris tous fermés tous coincés dans leurs croyances irrationnelles et leurs principes étriqués. Mais on les plaignait plus qu’autre chose : avec tout ça, ils allaient rater Téléfoot. Nos parents ne nous démentaient pas, ceux qui avaient été élevés dans la religion nous répétaient combien nous étions chanceux de nous construire en esprits libres, guidés par des enseignants soucieux de former des citoyens éclairés et non par des curés. Quant à ceux des cités, dont beaucoup étaient vaguement musulmans, jamais je n’ai entendu l’un d’eux invoquer le Prophète, ni même mentionner le Coran. C’étaient d’autres temps.

La citoyenneté, la liberté l’égalité la fraternité, et le combat qu’il fallait mener pour que ces belles paroles deviennent des réalités : c’était ça, le projet commun. Ce qui nous projetait ensemble vers l’avenir. La laïcité était un principe intangible. Et l’athéisme n’était pas une croyance parmi d’autres mais un idéal universel. On voulait bien admettre qu’il y ait encore quelques volontaires pour s’aveugler, on voulait bien apprendre à le tolérer, pourvu que tout ça reste dans le silence des églises, des synagogues et des mosquées. Que la religion demeure une occupation strictement privée et vaguement honteuse. Un genre d’hygiène personnelle. Comme le yoga, en plus sectaire. Ou les arts martiaux, en moins physique. Oui vraiment, c’était une autre époque. Une époque bénie. Olivier Adam

 
Suite :
http://laicite-moderne.blogspot.com/2018/09/maupertuis-la-morale-utilitaire.html

Notes - Le féministe universel ne connaît pas la couleur de la peau, il est le seul antidote efficace connu contre les pseudo-féminismes de l’intersectionnalité, victimiste ( doloriste ) ou encore racialistes

11 commentaires:

  1. Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. - Sénèque

    RépondreSupprimer
  2. Fausses sciences et sciences
    Catéchiser est un mode d’endoctrinement qui n'a rien à voir avec le métier de chercheur - science n'est pas croyance mais conscience qu'on ne sait que très peu de choses.
    .
    Le blasphème est forcément dérangeant dans la mesure où il est une expression de la quête de nouveau, il apparaît même que si le blasphème est apprécié par les athées libertaires il ne l'est pas forcément par les athées chrétiens - étonnant, non!
    .
    L’Athéisme est universel, il ne connaît pas la couleur de la peau – les religions du monothéisme sont tribales et l’expression du pire des sectarismes.
    .
    Le féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau ni le moindre arrangement ou accommodement avec les cultures générées par la sacralisation des patriarcats par la religion.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi craindre de dire, que " l'islam est un enfer pour les femmes insoumises et fières de l’être ? "

    RépondreSupprimer
  4. Réponse aux lecteurs :
    je n’ai pas besoin de dire " dieu n’existe pas " – en tant qu’athée je dis que les croyants n’apportent aucune preuve de l’existence de leur dieu, donc pour moi, les textes qui parlent de dieu ou présentés comme la parole de dieu sont des documents infantiles et égoïstes rédigés par des individus gravement mal dans leurs têtes.

    RépondreSupprimer
  5. Le féminisme universel des " pas-que féministes " était et est toujours un féminisme de conquête sans rapport avec le féminisme des pleurnicheurs victimistes ( doloriste ) ou de l’intersectionnalité qui en outre essentialisent les hommes et la femme blanche occidentale.
    .
    Le Féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau, il ne s’intéresse qu’à l’égalité entre femmes et à l’égalité femmes-hommes.
    .
    La catachrèse caractérise tous les mouvements féministes qui rejettent le féminisme universel, ils sont comme les tarentules avides de vengeances secrètes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'attention de Nadia B...." pas-que féministes ", signifie : libre de dire ce que j'ai envie de dire aussi souvent que je pourrai m'exprimer publiquement ou en privé.

      Supprimer
  6. « Il n’est toujours pas démontré qu’il existe ni à l'intérieur ni à l'extérieur de l'Univers quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à ce que les croyants appellent dieu »

    RépondreSupprimer
  7. Athéisme :
    Optimiste-lucide, l’athée se définit par son refus de tout clonage des esprits – Ce qui se traduit par la défense d'une société pro-choix - [ Laïque ]
    .
    Sans faire référence à une divinité, la spiritualité athée est une expression de plusieurs modes de pensées connexes à la recherche permanente de l’éthique.

    RépondreSupprimer
  8. À l'attention de Nadia B..... Les religions sont des fake news des temps très anciens,il faut changer le logiciel en se référant à la réalité-réelle.

    RépondreSupprimer

  9. Les femmes sont les pires ennemies des femmes.
    Olympe de Gouges - 1748-1793
    Moi, en homme du siècle, je dirais : ‘’ des femmes, encore trop nombreuses, sont les pires ennemies des femmes ‘’)
    Athée et féministe pour lequel prime la culture et la recherche scientifique, sans relâcher je soutiens les femmes du féminisme universel et non celles qui endoctrinent les enfants dans des religions monothéistes toutes plus phallocrates les unes que les autres.
    .
    Je suis de tout cœur avec la journaliste Zineb el-Rhazoui, laquelle considère que l’islam a figé les sociétés arabes en sacralisant des préceptes très anciens qui, sans la religion, auraient évolué.

    RépondreSupprimer
  10. À l’attention de N... ( algérienne )
    Les occidentales de culture française en ont rien à cirer de vos complexes d'ex-colonisés oublieux en passant très vite que votre monde à pratiqué le plus odieux des esclavages et des traites ( 11 millions hommes castrés parmi les esclaves ) - les françaises de culture françaises font ce qu'elles veulent quand elles veulent, ça ce nomme : Féminisme Universel.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.