mercredi 18 juillet 2012

Moncef Marzouki


Durant la conférence de presse, ce matin, avec le Président François Hollande aucun ni aucune journaliste n'a interpellé le Président tunisien sur le sort d'un incroyant condamné à sept ans prison, pas un mot sur la censure du film '' Persepolis '', de '' laïcité in chah allah '' ni à propos d'une amende d'environ 1200 euros, pour chacun des accusés, infligée au patron de la chaîne de télévision Nessma, au responsable de la production et à un technicien de la chaîne
Suite :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.