vendredi 19 janvier 2018

Ni dieu - ni maître


Les textes malveillants
J’ai dû souvent, bien trop souvent, en rapport avec l’actualité mortifère, rappeler que l’invention monothéiste est la racine du pire des sectarisme

Aux antipodes de l’idée religieuse de la soumission ou à la « morale » due à un présupposé être supérieur, désobéir est le propre de l’artiste ou du caricaturiste, la représentation fait sens car, quoiqu’en dise le théologien, une image vaut mille mots


L’idolâtrie ou l’iconolâtrie est particulièrement redoutée par bon nombre de théologiens des trois religions abrahamiques, et pour les plus fanatiques d’entre les religieux de la condamner en recourant aux pires violences, le plus souvent dans les pays dits islamistes

Hors bien mesurée l’idolâtrie ou l’iconolâtrie n’est que la conséquence de l’illustration de livres malveillants parce qu’il est possible, selon l’époque ou l’actualité, de modeler les « textes sacrés » à loisir pour exercer un certains pouvoir sur les personnes ou populations crédules

À notre époque, afin de se livrer à ce jeu de dupes, rabbins, évêques, pasteurs, imams ou théologiens avec ou sans poil s’en donnent à cœur joie, en profitant de l’offre de médiatisation pour corrompre la société sans jamais devoir, mis au pied du mur, débattre avec des contradicteurs éclairés et connus pour leur efficacité à déconstruire les pommes de la discorde à l’origine des haines intra-religieuses sans oublier la persécution des non-croyants ou des apostats*1 car la religion n’est qu’un instrument de pouvoir
*1 – essentiellement dans les mondes dominés par des musulmans

Le monde des religions a tenté de confisquer " l’âme ", cependant « l’aboutissement n’est pas pour autant le commencement », et ce n’est point pour autant la fin de l’histoire car pour le plus grand désarroi de « nos apôtres » Psyché est sans religion, sa beauté est si déconcertante que les hommes viennent l’admirer, l’aduler mais aucun d’eux n’osent demander la merveilleuse demoiselle en mariage - preuve s’il en faut qu’Éros, l’auteur du plus célèbre des actes manqués de toute l’histoire de l’humanité, à sa vue tombe instantanément amoureux de cette belle désobéissante et intemporelle héroïne, cette « garce » qui n’accomplit jamais ce qui est attendu d’elle - mais in fine pour l’éternité, grâce à son incomparable façon d’être, tenace, curieuse, animée d’un esprit de contradiction inébranlable Psyché ne manquera pas de faire don à la multitude les plus délicieuses voluptés qu’engendrent les amours - lesquels ne se font jour que pour mieux transgresser toutes les interdictions - CRAB -

Suites : Textes de références, plus particulièrement pousse-au-crime
http://laicite-moderne.blogspot.fr/search/label/musique?updated-max=2015-01-10T06%3A11%3A00-08%3A00&max-results=20&start=11&by-date=false

Suite 2 : Science et morales
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/science-et-morales.html

Suite 3 : Éros
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/12/eros-reedition.html



9 commentaires:

  1. J.......e B....n, vous me demandez : pourquoi avez-vous choisi le sacrifice d’Abraham, pour illustrer votre propos ?
    J’ai pris pour sujet les religions abrahamiques, et ce qui est marquant pour chacune des trois religions c’est l’épreuve de la foi - que ce soit dans la Genèse un ordre de dieu, ce sacrifice la préfiguration de la crucifixion dans le Nouveau Testament quand dans le coran il ne s’agit plus d’un ordre divin, Abraham rêve qu’il va immoler son fils
    Dans la Genèse et le coran dieu, au dernier moment, arrête la main d’Abraham, et dans le Nouveau Testament dieu n’intervient pas pour sauver son fils, mais ce ne sont pas ces différences qui m’intéresse - pas vraiment
    .
    Le plus important est d’observer que c’est le fils de l’homme Abraham, un garçonnet ou un adolescent et un jeune homme fils d’un dieu masculinisé qui sont proposés à être sacrifiés parce que dans ces trois religions l’homme est donné supérieur à la femme
    Dans cette scénographie misogyne le garçonnet ou l’adolescent est infiniment plus important que la fillette ou l’adolescente, c’est faire d’une pierre deux coups : montrer que la foi doit-être inébranlable puisque l’homme le chef de la femme, donc le chef de famille n’hésite pas à immoler ce qu’il a de plus cher, son fils - c’est ainsi que s’est construit la sacralisation des patriarcats pour asseoir la domination des hommes sur les femmes
    .
    Si j’écris dieu sans mettre un D majuscule, c’est parce que le sus-nommé n’est rien de plus qu’une invention...
    Mes meilleures salutations

    RépondreSupprimer
  2. Alors que l’invention du monothéisme s’était limitée à sacraliser la misogynie, la civilisation s’est fondée sur le mythe de Psyché et d’Éros

    RépondreSupprimer
  3. Psyché (Gr. Ψυχη) épouse d'Eros (Cupidon), est la personnification de l'âme représentée avec des ailes d'un papillon. Psyché est l'une des trois filles d'un roi, si belle que tous les habitants du royaume l'adoraient et qu'Aphrodite en était jalouse au point de vouloir tramer sa perte.
    .
    Elle envoya Eros avec comme mission de lui inspirer l'amour pour l'être le plus hideux de la terre. Mais tel est pris (épris?) qui croyait prendre: Eros tombe lui aussi sous le charme de Psyché. Il demanda à Apollon de donner un oracle au roi lui prescrivant d'exposer sa fille sur un rocher. Là vêtue de noir, soumise, elle attend la venue du monstre mais c'est le souffle léger de Zéphyr qui l'emporte vers un palais mystérieux. Elle est la seule habitante de ce palais merveilleux où les portes sont ornées de pierres précieuses et où le dallage du sol est d'or pur.
    Jamais elle ne peut voir le maître de céans mais il lui rend visite toutes les nuits, et lui promet que leur bonheur durera toujours, à la condition qu'elle ne cherche pas à voir le visage de son amant.
    Mais les sœurs de Psyché la persuadent qu'elle est aimée d'un monstre. Une nuit, elle allume une lampe. Tandis qu'elle contemple avec ravissement la beauté de son amant, une goutte d'huile tombe sur lui. Il se réveille et s'enfuit, alors disparaît le palais enchanté.
    .
    Commence pour Psyché une série d'épreuves, dont elle se tire grâce à l'appui secret d'Amour et la ténacité de son amour.
    Chassée de toutes parts, elle arrive finalement dans la demeure de sa rivale : Aphrodite.
    Cette dernière l'accable de mille tourments, la retient comme esclave et lui impose quatre épreuves réputées impossibles. Mais à chaque fois quelqu'un sera là pour l'aider.
    Ainsi, elle trie des graines mélangées de toutes espèces à l'aide de fourmis,
    elle rapporte la laine d'or de moutons féroces grâce à un roseau qui lui indique le bon chemin pour traverser la rivière
    elle puise l'eau inaccessible du Styx avec l'aide de l'aigle de Zeus.
    Pour la dernière épreuve, Psyché doit se rendre aux enfers demander à Perséphone un précieux flacon contenant une lotion de beauté; persuadée de ne pas pouvoir y parvenir elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand la tour se met à lui parler et lui indique la marche à suivre; il lui est recommandé de ne pas l'ouvrir et de ne pas partager le repas de Perséphone.
    .
    Normalement, nul mortel ne pouvait se rendre aux enfers sous peine d'être dévoré par son terrible gardien : Cerbère. Pour passer la porte des enfers sans dommage, Psyché donne au monstre un gâteau trempé dans du vin drogué qui l'endormit.
    Elle n'avait pas oublié de prendre deux pièces de monnaie pour payer Charon à l'aller et au retour.
    .
    Mais au retour alors que s'est bien passé, Psyché est à nouveau perdue par sa curiosité; elle débouche le flacon, une fumée noire se répand et se dépose sur son visage qui devient hideux. En se regardant dans un miroir Psyché s'évanouit. Cependant, Eros ne l'a pas oubliée, il l'éveille d'une piqûre de ses flèches et lui rend sa beauté première.
    Enfin, Zeus intervient et Aphrodite pardonne:
    Zeus accorde son pardon à Éros et convoque les dieux pour célébrer l'immortalité de Psyché et le mariage du couple.
    Les jeunes mariés auront une fille : Hêdonê en grec ou Volupté pour les Romains. Fin de citation

    RépondreSupprimer

  4. Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)
    .
    Les Amours de Psyché - Éloge de l'Amour
    Tout l'Univers obéit à l'Amour ;
    Belle Psyché, soumettez-lui votre âme.
    Les autres dieux à ce dieu font la cour,
    Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme.
    Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
    Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.

    Sans cet Amour, tant d'objets ravissants,
    Lambris dorés, bois, jardins, et fontaines,
    N'ont point d'appâts qui ne soient languissants,
    Et leurs plaisirs sont moins doux que ses peines.
    Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
    Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.
    .
    Les Amours de Psyché - Éloge de la Volupté
    Ô douce Volupté, sans qui, dès notre enfance,
    Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux ;
    Aimant universel de tous les animaux,
    Que tu sais attirer avecque violence !
    Par toi tout se meut ici-bas.
    C'est pour toi, c'est pour tes appâts,
    Que nous courons après la peine :
    Il n'est soldat, ni capitaine,
    Ni ministre d'État, ni prince, ni sujet,
    Qui ne t'ait pour unique objet.
    Nous autres nourrissons, si pour fruit de nos veilles
    Un bruit délicieux ne charmait nos oreilles,
    Si nous ne nous sentions chatouillés de ce son,
    Ferions-nous un mot de chanson ?
    Ce qu'on appelle gloire en termes magnifiques,
    Ce qui servait de prix dans les jeux olympiques,
    N'est que toi proprement, divine Volupté.
    Et le plaisir des sens n'est-il de rien compté ?
    Pour quoi sont faits les dons de Flore,
    Le Soleil couchant et l'Aurore,
    Pomone et ses mets délicats,
    Bacchus, l'âme des bons repas,
    Les forêts, les eaux, les prairies,
    Mères des douces rêveries ?
    Pour quoi tant de beaux arts, qui tous sont tes enfants ?
    Mais pour quoi les Chloris aux appâts triomphants,
    Que pour maintenir ton commerce ?
    J'entends innocemment : sur son propre désir
    Quelque rigueur que l'on exerce,
    Encore y prend-on du plaisir.
    Volupté, Volupté, qui fus jadis maîtresse
    Du plus bel esprit de la Grèce,
    Ne me dédaigne pas, viens-t'en loger chez moi ;
    Tu n'y seras pas sans emploi.
    J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,
    La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien
    Qui ne me soit souverain bien,
    Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique.
    Viens donc ; et de ce bien, ô douce Volupté,
    Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine ?
    Il m'en faut tout au moins un siècle bien compté ;
    Car trente ans, ce n'est pas la peine.
    Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

    RépondreSupprimer
  5. À l'attention de R....e S.....n : Un athée chrétien est un athée qui s'il n'est plus croyant reste impacté par les '' valeurs '' dites chrétiennes - un athée libertaire est la plupart du temps éduqué en dehors des religions et vit plutôt dans un environnement social où la pensée critique est bien ancrée.

    RépondreSupprimer
  6. Pour Macron la Tunisie qui emprisonne les athées est une démocratie [ ? ]

    RépondreSupprimer
  7. La démocratie – elle avance chaque fois que la raison et non la morale peut créer du consensus

    RépondreSupprimer
  8. Osons la science pour préparer notre avenir !
    [ … ]
    La télévision publique s’honorerait en faisant intervenir à des heures de grande écoute soit des journalistes de qualité soit des scientifiques ayant du charisme pour traiter de la science et de ses côtés ludiques, pratiques et essentiels.
    [ … ]
    Je n’aime pas ceux qui ont des certitudes. Avec l’imagination, le doute et l’humilité devraient être les principales qualités d’un chercheur. - André Brahic
    I
    « Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler " religieux " ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler. »
    « Le mot Dieu n’évoque, pour moi, rien d’autre que l’expression et le résultat de la faiblesse humaine, et la Bible, une collection de légendes honorables, mais primitives et assez naïves. » - Albert Einstein
    .

    RépondreSupprimer
  9. En occident prédomine la joie de vivre et non la religion – c’est plus particulièrement vrai en France car 63% des français sont sans religion et 64% des 16 à 29 ans se déclarent non-croyants.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.