mercredi 14 mars 2018

Le féminisme universel et les autres


Liminaire
Platon aurait dû entrer en psychanalyse, car l'esprit et le corps sont inséparables puisque nul n'a jamais entendu l'esprit d'une personne faire des commentaires sur l’existence ou non de dieu et des autres après son décès - mort physique = mort de l'esprit
Enseigner le fait athée à l'école en contrepartie du fait religieux, c'est respecter 63% de nos compatriotes sans religion, lesquels n'ont nul besoin de se référer à des textes infantilisant pour savoir comment se comporter envers eux-mêmes ou envers les autres

Condition humaine
( en réponse à une association musulmane d’enfoulardées qui défend le harcèlement sexuel dans la rue, lesquelles ont l’indignité ou la grossièreté de se déclarer féministes ) - Citation : Un féminisme qui n’est pas universel est une misogynie - Raphaël Enthoven

Le féminisme est envers et contre tout universel ainsi que tout bien pesé la laïcité sans adjectif

Aparté
Due à lindigence culturelle florissant dans certains « milieux branchés », désigner une femme par meuf, nest autre que la marque d’une sous-servitude nouvelle qui n’a pas, sur le fond, par l’usage de ce mot insipide, imbuvable d’autres perspectives que de dévaloriser les femmes

Féminisme blanc ?
C’est grotesque, de parler de féminisme blanc ( sous entendu raciste) ou de droits individuels blanc ( sous entendu colonisateurs ), alors que, dans notre pays, sans s’occuper de la couleur de la peau, les droits des femmes, mais aussi les droits individuels de la citoyenne et du citoyen ont tous été obtenus au nom du féminisme universel ou de l’égalité femmes-hommes devant la loi commune contre les religions monothéistes ou les pratiques culturelles criminelles* ( * - l’excision, le mariage forcé, la discrimination à l’encontre des homosexuels par exemples )

Piqûre de rappel :
À l’encontre du féminisme victimiste qui ne manque jamais une occasion de colporter une sorte de métaphysique désignant l’homme porteur de la culture du viol, il me paraît opportun de rappeler, une fois de plus qu’il n’y a pas de masculinité universelle, mais de multiples masculinités, comme il existe de multiples féminités. - Quand aux patriarcats sacralisés par la religion, hélas, ce sont majoritairement des femmes qui se chargent le plus souvent de le transmettre aux enfants, notamment, plus qu'ailleurs, dans les milieux musulmans

Le féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau.
Le voile ne peut pas être en même temps un instrument d’oppression en Iran et un outil de l’émancipation des femmes en France
Le voile n'est pas un signe ostensible religieux mais le symbole de l'abaissement du statut des femmes

Le voilage des femmes n’a rien à voir avec la religion *1, donc rien à voir avec la laïcité, et dans les sociétés occidentales, les tentatives de banaliser le voile islamique sont dues à des formations religieuses frustrées de ne pas détenir le pouvoir absolu sur les consciences

Le voile n’est pas une prescription religieuse
*1 - Citation : L'université al-Azhar du Caire a définitivement mis fin au débat autour de l'obligation religieuse de porter le voile islamique qui couvre la tête en concluant qu'il s'agirait plus d'une habitude enracinée que d'un devoir religieux dicté par Dieu – Fin de citation

C’est un fait parfaitement vérifiable par ceux qui en douteraient, les religions monothéistes sacralisent les patriarcats, la laïcité ne doit pas servir de cache-sexe destiné à pérenniser des inégalités d’origines religieuses et culturelles entre femmes et hommes - interdire le voile n'est pas interdire un signe ostensible religieux mais le symbole de l'abaissement du statut des femmes
Porter volontairement le voile en Occident et feindre de méconnaître les conséquences de ses actes, c'est politiquement irresponsable

Risque du retour de l’ordre moral ?
Les religions, en cimentant le patriarcat ont, pendant des siècles, justifier la domination masculine et la répression des minorités sexuelles – sont, depuis longtemps, autant d’idéologies rejetées par la majorité de nos compatriotes

Cependant, ce qui dérange les féministes victimistes depuis 2003* ( * - fausse route, le livre d’Élisabeth Badinter ) c’est que l’on puisse dire sans nier les violences subies par des femmes, dont les auteurs sont le plus souvent des hommes, que les femmes ne sont pas dans leur ensemble des victimes - un dire aux antipodes d’un féminisme victimiste qui regarde les femmes comme un bloc monolithique – pour générer une sorte de néo-métaphysique afin de faire oublier plus que toute autre chose que c’est par leur façon d’être qu’en occident, durant les pires périodes misogynes de l’histoire de l’humanité, des femmes insoumises ont enfreint toutes les interdictions et vécues librement

Mais revenons plus précisément sur le sexuel dans la société car, si l’on n’y prend pas suffisamment garde, l’idéal totalitaire dont le cache-sexe est l’amour n’a pas d’autre réalité que de hypocritement masquer la volonté de femmes et d’hommes d’être propriétaires du corps de l’autre au lieu de l’accepter tel qu’il ou telle qu’elle est ( donc, même infidèle ) ce qui est à la fois nuisible pour l’individu car la jalousie non-critiquée, non-combattue n’est pas sans conséquences dans la plupart des autres domaines de la société – ce refus de l’altérité, le principal marqueur du patriarcat ou de la pudibonderie laquelle caractérise le féminisme victimiste pourrait jouer contre la liberté sexuelle des femmes obtenue par les femmes dans les années trente du siècle dernier cependant dans l’actualité, au regard des assauts « culturels » dérivant vers l’idée saugrenue, purement idéologique, plus particulièrement intolérante émanant de la minorité doloriste de prétendre changer les seuls hommes il faut avant tout rester vigilant, attendu que dans notre pays, de la sauvegarde des droits individuels des femmes et des droits individuels partagés selon la loi commune en dépend la citoyenneté : notre culture, notre urbanité ainsi que notre humanité - CRAB

Suites : Sous le soleil exactement
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/03/sous-le-soleil-exactement.html

Suite 2 : Cosi fan tutte

https://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/cosi-fan-tutte.html



8 commentaires:

  1. Après avoir dénoncé le port du voile symbole de l’abaissement du statut de la femme :
    " Le port du voile intégral piétine littéralement le principe de liberté, d’égalité et de fraternité." - Élisabeth Badinter
    .
    Défense de la laïcité
    " il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe qui a été pendant pas mal d’années le stop absolu, l’interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité." - Élisabeth Badinter
    .
    Une GPA " éthique " , ( une position et une proposition qui fait beaucoup piailler les féministes victimistes )
    "J’admets moralement qu’on puisse demander à une femme qui est volontaire pour faire ça de le faire. J’admets évidemment aussi que ça doit être encadré." -Élisabeth Badinter

    RépondreSupprimer
  2. Réponse à A...e et S....a
    Le voile n'a rien à voir avec la laïcité puisqu'il n'est pas une prescription religieuse – il est le pire des signes de l’infériorisation des femmes et le porter volontairement, c’est poignarder les autres femmes dans le dos
    .
    L'ensemble vestimentaire d’une bonne sœur, au même titre, que le vêtement d'un curé ou d'un évêque est un uniforme – donc il n’y pas de discrimination sexuelle - hors le voile islamique n’est pas porté par lies hommes, là c’est une discrimination faites aux femmes musulmanes pour des raisons plus sordides les unes que les autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans notre pays, la coquetterie a pour habitude de narguer les canons religieux, pas de s’y conformer. En France, mode islamique est un oxymore.
      La mini-jupe parle d’échange informulé, de désir inassouvi, le voile culpabilise le désir.

      Supprimer
  3. Clonage
    La religion c'est le clonage des esprits dans la haine du sexuel dans la société, la haine de l'athéisme et surtout des athées.
    Pour l'athéisme, nos actes sont la cause de notre avenir, d'où par le biais du questionnement la recherche permanente de l'Éthique en ayant présent à l’esprit que dans une société démocratique le plaisir est la racine de la morale.

    RépondreSupprimer
  4. Féminisme et laïcité
    S’il existe de multiple masculinités comme il existe de multiple féminités, il est avéré que le féminisme qui ne connaît pas la couleur de la peau est envers et contre tout universel ainsi que tout bien pesé la laïcité sans adjectif

    RépondreSupprimer
  5. À l’attention de V......e
    OUI, il existe un sexisme imbécile qui refuse d’admettre qu’il y a de multiples masculinités comme il y a de multiples féminités* et qui ne se privent pas d’enlever aux hommes leur humanité. ( voir l’odieuse campagne affichée, ces jours-ci, dans le métro parisien ).
    * - qu’ont-elles à envier à certains des hommes les Christine Boutin, les Ludivine De La Rochère ou des Frigide-Barjot et j’en passe car il y a pléiade...dont à présent ce néo-féminisme qui n’est rien de plus qu’une idéologie de basse zone.
    Certains parmi les analystes parlent de néo-féminisme, mais qu’il faut associer à un féminisme victimiste, doloriste aux antipodes du féminisme universel qui en outre pour ce dernier au moins ne connaît pas la couleur de la peau.

    RépondreSupprimer
  6. " Stephen Hawking [ athée ] est un génie. Il est l'une des rares personnes à avoir réussi à expliquer des formules mathématiques très compliquées.
    J'ai connu tous les aspects de la violence envers la femme, mais je reste confuse sur cette question. D'un côté les femmes doivent apprendre à parler de leur traumatisme, de l'autre il ne faut pas s'enfermer dans le rôle de victime."Asli Erdogan
    Physicienne atomiste, romancière et journaliste turque – Asli Erdogan exilée à Francfort, elle est accusée de " propagande terroriste " et encourt la " réclusion aggravée " en Turquie.

    RépondreSupprimer
  7. «Quant au féminisme, il est vraiment coupé en deux, et depuis les années 1980, le féminisme naturaliste, différentialiste, victimaire, s'est peu à peu imposé à la société occidentale. Le thème de l'indépendance économique des femmes n'est plus tenu. Et le féminisme de conquête, celui qui défend l'égalité, est en sommeil». Elisabeth Badinter

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.