dimanche 14 octobre 2018

Khatia Buniatishvili – Octobre 2018


Khatia Buniatishvili



Au-delà de soi
Citation - Je soutiens les jeunes musiciens quand je croie en eux. Ceux qui n’ont pas assez de talent je ne leur conseille pas forcément de continuer à s’accrocher mais je leur dis pas non plus d’arrêter car j’estime qu’il faut vivre ses passions à fond – mais c’est tellement dur d’être musicien concertiste, ça demande un travail énorme avant de monter sur scène et une fois qu’on y est, c’est beaucoup de stress parce qu’on a une lourde responsabilité. Ceux qui n’ont pas assez de talent risque de gâcher leur vie. Khatia Buniatishvili


48 heures en Géorgie avec Khatia Buniatishvili et Zubin Mehta
Jeune soliste géorgienne, Khatia Buniatishvili pianiste d’un immense talent joue ( sauf devant Poutine ) partout en Europe et dans le monde occidental

Pas seulement pianiste, femme émancipée débarrassée de tout ressentiment, lucide et optimiste Khatia Buniatishvili se montre fermement anti-Poutine quand elle joue en Ukraine par défi Rachmaninov...
Cette immense artiste n’est pas seulement une pianiste virtuose, c’est avec une grandeur à la fois touchante et virile qu’elle fait la démonstration que le souverainisme, l’identité d’un pays est incompatible avec non seulement le nov-stalinisme de Poutine ou encore dramatiquement discordant avec une Europe libérale, voire autoritaire qui plaît tant aux principaux médias de notre pays - une construction subie, depuis plusieurs décennies, par la majorité des peuples qui revendiquent ou exigent un changement radical des politiques européennes
Une Europe qui absurdement vise une croissance éternelle que ne cesse de présenter comme incontournable nos « grands économistes » ( bien payés, à l’aise... ) grands partisans de la mobilité ( pour les autres ) mais invariablement toujours présents dans les grands médias – chercher l’erreur...

Je ne finirai pas ma vie atteint de la maladie d’Alzheimer parce que je sais que Khatia Buniatishvili est inoubliable
La défaite du religieux dans la culture est consommée - mais résiste encore et toujours un reliquat surestimé de féministes victimistes bien trop médiatisé s’illustrant dans la pratique du déni de l’identité féminine
Selon les dogmatiques gourous du féminisme victimiste, faire partie de l’élite on doit-être exemplaire et, en concert, signifie se présenter devant le public des mélomanes entièrement désexuée... par exemple en bleu de chauffe - vive Mao – ou dans le « pudique » uniforme des lycéennes de Sainte-Marie des grandes tarentules, c’est encore mieux - et mieux que mieux ce n’est pas Mahomet qui se plaindrait ravi de voir que de grands couturiers habitués à habiller des porte-manteaux revisitent la burqa avec la bénédiction de nos féministes de boudoirs entre-autres chantres patentés de l’écriture inclusive destinée à sacraliser le bien parler bégayé

" Miroir, mon beau miroir, dis-moi pourquoi je suis toujours moins belle, moins intelligente, moins artiste, moins libre de ressentiment qu’elle ? "

À titre personnel j’ai eu à débattre, plutôt maille à partir sur Facebook avec quelques connasses égéries du féminisme victimiste ( doloriste ), je ne m’excuse pas de l’expression puisqu’il s’agissait de cinq femmes dont d’eux d’entre-elles non seulement appuyaient mais en outre déclaraient que je n’étais pas qualifié ( je cite ) pour contredire ni penser autrement que trois féministes internationales dont je ne partageais pas les assauts théocratiques, particulièrement méprisants balancés sur la toile pour dénigrer une des robes jugée comme trop déshabillée portée, en concert, par Khatia Buniatishvili - cinq « féministes » du niveau de collégiennes première année ( et encore... ), lesquelles voyaient dans les choix vestimentaires de Khatia Buniatishvili rien de plus que le choix d’une meuf *1 qui, en public, sort ses seins...
*1 - Meuf, un terme que je refuse d’employer...

C’est donc en toute humilité, que, filmés en Géorgie, je vous propose de partager un moment piano et orchestre, d’entretiens d’excellences inoubliables entre Khatia Buniatishvili et Zubin Mehta – itou, le pas-que féministe suis-je, lyricomane, fou d’amour de la musique, vous invite à vous procurer le documentaire diffusé ce Dimanche 14 - 10 - 2018 sur Arte " 48 heures en Géorgie avec Khatia Buniatishvili et Zubin Mehta " – CRAB ( Claude Bouvard )

Suites - Une aventure musicale
https://laicite-moderne.blogspot.com/search?q=Khatia+Buniatishvili


Suites 2 - Khatia Buniatishvili
https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/05/khatia-buniatishvili.html

Suites 3 - Les femmes qui comptent
http://laicite-moderne.blogspot.com/search?q=Les+femmes+qui+comptent&updated-max=2018-02-05T01:56:00-08:00&max-results=20&start=2&by-date=false

Brève féministe appropriée -
François, pape des pauvres d’esprits canonise Paul VI
Fanatisme sans frontière : Paul VI, digne émule de ses prédécesseurs était un pape anti-femmes émancipées ( contre l’IVG ) - avec François, rien de nouveau, dénué de toute morale, tout va bien dans le meilleur des mondes d’un phallocrate laquelle foi papale abonde et poignarde dans le dos, une fois de plus comme une vis sans fin, les femmes émancipées très justement attachées à maintenir les Droits des femmesCRAB -



5 commentaires:

  1. Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a jamais eu qu’un seul miracle – la musique.

    RépondreSupprimer
  2. Le féminisme universel des " pas-que féministes " était et est toujours un féminisme de conquête sans rapport avec le féminisme des pleurnicheurs victimistes ( doloriste ) ou de l’intersectionnalité qui en outre essentialisent les hommes et la femme blanche occidentale.
    .
    Le Féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau, il ne s’intéresse qu’à l’égalité entre femmes et à l’égalité femmes-hommes.

    RépondreSupprimer
  3. La catachrèse caractérise tous les mouvements féministes qui rejettent le féminisme universel, ils sont comme les tarentules avides de vengeances secrètes.

    RépondreSupprimer
  4. Réponse aux lecteurs : N'en déplaise, je persiste et signe : le féminisme universel est un féminisme de conquête, le féminisme victimiste est le féminisme des pleurnicheurs, le féminisme de l’intersectionnalité ( doloriste ) est le féminisme de l’occidentalophobie.

    RépondreSupprimer
  5. La grandeur de l’Occident
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/11/la-grandeur-de-loccident.html

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.