mardi 19 mars 2019

Contre l’antiracisme dévoyé


Penser pour être et non croire pour exister, - lire, s’informer, penser la complexité et nuancer c’est produire du bien

Vivre sans croire – Lettre à Delphine Horvilleur et Kamel Daoud
Nos actes sont la cause de notre avenir à condition que notre état d’esprit et notre entendement soit le psychophore de notre intacte volonté, sinon notre âme dominée par la religion* ( * psychotrope ) la volonté n’est plus ou profondément altérée
Athée libertaire, amoureux des arts, du chant lyrique, de la philosophie et des lettres, de la morale utilitaire ou du conséquentialisme, républicain girondin et non jacobin, donc pas-que féministe, je confirme que l'on peut parfaitement vivre sans croire à l'existence d'une divinité et sans l'aide d'une religion - Merci de votre bienveillante attention

Endoctriner des enfants dans la religion, c’est de la maltraitance intellectuelle
Il est bien de commencer par rappeler que l’islamophobie n’est pas une des modalités du racisme mais l’expression démocratique du rejet d’une religion foncièrement sectaire, athéophobe, sexiste, antisémite, homophobe et xénophobe – donc, par « nature » déshumanisante au possible, constituée de textes lesquels, à outrance, reprennent hyper-instrumentalisés toutes les inepties inventées par les phallocrates rédacteurs de l’Ancien ou du Nouveau Testament

Les tentatives plus ou moins théocratiques de diversion pour mieux diviser
Prôner qu’une société multiculturelle est la panacée de la diversité, en fait c’est sacraliser les différences pour installer le communautarisme par la déconstruction du statut de citoyen pour privilégier des minorités qui veulent imposer contre la loi commune les sexistes ou antidémocratiques.« lois divines »

L’esquive
S’enfoularder ou ne pas s'enfoularder - un interlocuteur me rétorquais « chacun fait ce qu’il veut » - je lui répondis que ce n’était pas un argument mais une esquive car dans une société : il y a ce qui est permis par la loi commune et ce qui ne l’est pas, ça s’appelle l’État de droit

La loi de 1905 ouvre le Droit à la liberté d’expression
On peut « être libre » de penser, par exemple, comme Savonarole, Hitler, Staline, Khomeini ou le prince héritier, mais, dans ce cas, cette manière de « penser » est sans commune mesure ni comparable avec LA liberté de la pensée

On ne peut pas réellement penser à l’ombre d’une chapelle ou d’un temple de la politique, d’où l’importance de la liberté d’expression permettant d’exposer ou de présentifier d’autres plus enrichissants, plus nettement nuancés points de vue sur le passé, notamment, plus particulièrement sur les textes infantiles et égoïstes profondément obsolètes des religions, lesquels sans vergogne prétendent sans modération à l’universel
Au regard des vieux textes totalitaires des monothéismes, la laïcité, une loi jeune est constitutive du droit de ne pas croire ou de croire sans que les convictions des uns s'imposent aux autres, donc une loi opposable à des théocraties ( forcément totalitaires ) ou à leurs équivalents régimes fascistes

Piqûre de rappel :

Féministes ou pas-que féministes ?
Le féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau, par conséquent, il ne peut-être confondu avec les luttes antiracistes ou la lutte de classe si chère aux championnes et champions de l’intersectionnalité qui tentent de raciser la cause des femmes - lesquelles en réalité s’efforcent de masquer tous les outils ( excision, mariages forcés, par exemples ) ou signes ostentatoires ( enfoulardement, par exemple ) grands marqueurs du maintient sous-servitudes des femmes dites d’origines non-occidentales ( même quand elles sont nées en France ) et bien souvent non-blanches ( en se référant puérilement à la lutte des classes )

Aucune religion n'est universelle, mais chrétiens et musulmans prétendent le contraire sans une once d’humilité, hors, le féminisme universel est justement universel - lequel ne réduit pas, à la manière des féminismes de boudoirs, victimistes ou racialistes de l’intersectionnalité, les femmes à des catégories ( blanches – noires – métissées ), mais retient que les femmes sont la moitié de l'Humanité

LA pensée, ne se résume pas ni ne se résout pas au droit de penser
En France, sans voile pour lui brouiller l’esprit, la beauté chorégraphie langoureuse, à pas glissés de Salomé conjuguée harmonieusement à l’optimisme lucide efficient de Judith n’est pas un risque - attendu que dans notre pays, LA pensée rempart ultime, citadelle imprenable contre les assauts théocratiques est la seule lumière
Au surplus, nous ne nous priverons pas d’être davantage irrévérencieux sans perdre le sens de l’honneur transmis par nos ancêtres gallo-romains lesquels étaient plus philosophes pragmatiques, réalistes et pratiques que les grecques perdus, noyés, écrasés par le ciel ou les arrière-mondes abstraits des idées « supérieures » [ rire ] principalement platoniciennes ou aristotéliciennes - sortes de moteurs au fuel des idéaux monothéistes pollueurs de jeunes cerveaux, complètement déconnectés des réalités de la condition humaine et son environnement naturel - pour nous Citoyens amoureux de l’ironie de défiance et de l’impertinence à la française c’est certain, les deux JUNON les plus françaises des canadiennes, c’est plus que certain on les entendra vraiment... de plus belle, on les aimera vraiment, pour notre plus grand bonheur CRAB
Suite :
https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/12/les-deux-junon.html

Suite 2 : déroulé d’articles
https://laicite-moderne.blogspot.com/search/label/f%C3%A9minisme_universel




8 commentaires:

  1. Nourdine Saidoune
    L’'être humain existe dans la nature pour vivre et sentir la vie là nature humaine n'as pas de nation ni couleurs ni frentier nous sommes tous des passages sur terre la nature humaine avec toutes ses valeurs morales est orizental. Fin du commentaire.
    .
    Réponse
    Non nous ne sommes pas de passage sur terre, mais un temps sur terre puisque la mort est absence de sensation, ce qui signifie qu'on n'a une deuxième vie quand on n'a compris qu'on n'en n'a qu'une. (on n'a jamais vu un cadavre donner une conférence de presse ni se plaindre de l'autopsie. ) - CRAB

    RépondreSupprimer
  2. Réponse à N...a
    Ce n’est pas écorner ni compromettre le talent de l’excellent Montaigne appréciable ou apprécié dans de nombreux domaines où il invente l’ethnologie, l’anthropologie, la laïcité, le féminisme et l’antispécisme, que de dire sur la notion de la grâce telle qu’il l’a définie dans ses " Essais " est ni plus ni moins une esquive ou une béquille faute de pouvoir par la raison faire la preuve de la réalité d’un dieu.
    Hors, que demande la Raison ? Des preuves tangibles de l’existence d’un dieu et d’arrière-mondes, donc pourquoi s’entêter à croire ?

    RépondreSupprimer
  3. Comment, en quelques minutes, changer le monde. suite :
    http://blvids.free.fr/L_orange_et_le_citron.mp4

    RépondreSupprimer
  4. « On ne libère pas les femmes malgré elles », rappelle un collectif de féministes antiracistes et décoloniales.
    .
    Féministes et antiracistes », sans rire ?
    Qui parle de libérer les « les femmes malgré-elles » - c’est le respect et l’application des lois de la République qui doit-être rappelé.
    .
    La prison pour les parents qui font exciser leurs fillettes ou marient forcées leur filles.
    .
    L’enfoulardement des femmes doit-être critiqué en permanence car il est le symbole de la pire des incultures portant atteinte à l’égalité entre femmes et entre femmes et hommes.

    RépondreSupprimer
  5. L'être humain est la nature et en même temps une petite partie de la nature. La poésie dit l'essentiel avant que la philosophie ne s'en mêle.
    Dans toute l'histoire de la vie spirituelle de l'humanité il n'y a jamais qu'un seul créateur, le poète, et un seul miracle, la musique.
    Nous ne sommes pas de '' passage '' sur terre, mais un temps sur terre, on n'a une deuxième vie quand on n'a compris qu'on n'en qu'une puisque la mort est absence de sensation.
    Nos ancêtres gallo-romains avaient le sens de l’honneur, la question qu’ils n’auraient pas manquer de poser urbi et orbi : Pourquoi un cadavre n’a jamais donné de conférence de presse ni ne s’est jamais plaint de l’autopsie ?

    RépondreSupprimer
  6. Opposer la réalité-réelle au monde des idées.

    Ne pas confondre " un passage " avec " de passage"
    Citation :
    Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin.
    J’aime ceux qui ne savent vivre autrement que pour disparaître, car ils passent au-delà. NIETZSCHE
    ( Ainsi parlait Zarathoustra ) Fin de citation.
    .
    L’immanent
    La mort est absence de sensation, nous ne sommes pas de passage mais un temps sur terre, et à l’exception d’incurables monothéistes nous savons que nous avons une deuxième vie quand on n'a compris qu'on en n'a qu'une.
    Enfin, il nous appartient de ne pas ignorer que le présent s’apprécie présentement puisque ce moment ne revient jamais. CRAB

    RépondreSupprimer
  7. “Sans religion, l'homme risque de se perdre” dixit le Cardinal Parolin ( 29.04.2019 ).
    .
    Ce bouffon de dieu affecte d’ignorer que la spiritualité athée est scellée par la recherche permanente de l’éthique à travers le refus de cesser de penser.
    Nuire à la bêtise ou déconstruire les religions, c’est le meilleur des passe-temps sans se dispenser de poursuivre ses propres recherches. CRAB

    RépondreSupprimer
  8. Réponse à N....e
    Dégager le sens du langage courant des personnes qui ont fait leur scolarité dans une école confessionnelle.
    .
    Religieux : Cet homme pourra-t-il exercer son libre arbitre ?
    .
    Laïque : Cet homme pourra-t-il exercer selon son entendement ?
    Où encore, " en toute conscience " ?
    .
    Quand la mythologie et l’éthique se conjuguent pour former un grand corps joyeux.
    C’est sous le regard amusé de Dionysos accompagné du rire solaire de Démocrite, qu’au son de la flûte du non-conformiste « dieu Pan », lequel ne voulut jamais sexuellement contraindre Syrinx, que les monothéistes sont pris de panique de savoir toujours de plus en plus nombreuses les femmes qui se sont affranchies du patriarcat.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.