dimanche 16 juin 2019

Shoah - « concurrence des mémoires »


622 au XXe siècle

Shoah
Déplorant le discours consistant à refuser la concurrence des mémoires, Christine Angot a estimé que l'Holocauste ne pouvait être comparé à l'esclavage dont le but était selon elle de maintenir les individus en « bonne santé pour pouvoir les vendre ». Fin de citation.

La « concurrence des mémoires »
« en bonne santé », en effet les guillemets s’imposaient puisque plus de la moitié des populations transférées au-delà de l’Atlantique mourraient durant le voyage.

Hormis le fait que l’esclavage et la traite des esclaves est une pratique laquelle a toujours existé en Afrique, qu’elle perdure encore à notre époque, il faut rappeler que les musulmans ont été avec la complicité des roitelets noirs les pires esclavagistes et pendant de plus nombreux siècles que les européens.
( ni omettre de rappeler qu’à partir de 1848, la France a été la première nation à interdire l’esclavage dans ses colonies )

Ce drame aussi terrible soit-il pour les populations et leurs descendants victimes des esclavagistes ne peut en aucun cas être comparer à la Shoah.

Christine Angot, certes s’est exprimée maladroitement, mais l’histoire retiendra que l’holocauste visait à la disparition de l’ensemble des populations juives dont l’incinération in fine avait en réduisant les corps en cendres pour objet d’effacer jusqu’à leur culture.

Hors les esclavagistes s’étaient donnés pour but de fournir à de grands propriétaires, pour la plupart terriens, une main d’œuvre corvéable à merci et non d’effacer de la surface de la terre les populations noires africaines – de ce fait, on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable.

Mais cette mise en concurrence imbécile ‘’ shoah et esclavagisme’’ est la conséquence, chaque fois qu’une personnalité politique entend remplacer les historiens, ici, en l’occurrence s’agissant des lois dites mémorielles Taubira, lesquelles laissent accroire cette idée écœurante que seul le blanc européen est un esclavagiste.

Piqûre de rappel : Rien de ce qui est humain nous est étranger. Térence - 2e siècle avant l’ère commune – Fin de citation

La repentance, c’est bon pour les crétins.
De grands comiques, en fait plus particulièrement revanchards racistes du même acabit que Obono et Consorts spécialistes d’une manipulation de l’histoire, réclament la repentance de la France pour sa période coloniale, quand la pratique de l'esclavage et de la traite des esclaves par les arabo-musulmans avec la complicité des monarques noirs s’étale sur plus de quinze siècles - Dont un code arabo-musulman de l'esclavage – et un syndicat des esclavagistes.

21 et 22 millions d'africain et des blancs réduits en esclavage par les arabo-musulman ou ottomans, soit trois plus que les occidentaux.
Trois fois plus longtemps que la traite des esclaves pratiquée par une petite minorité d'européens ( En France trois villes se sont rendues coupables.., pendant que la majorité des français, durant ces époques, n'avaient pas le droit d'exprimer leurs opinions )

Plus de deux millions d'esclaves, sont encore à notre époque, captifs dans certains des pays africains et pour les pays musulmans essentiellement ceux d'Orient.

Le rôle de la religion est sans équivalent, le coran est le seul '' livre sacré '' qui évoque sans scrupule l'esclavage, l'institutionnalise...
Voir dans le texte : (4:3) - (4:25) - (24:58) - (16:71)

Citation - « Le Coran n'étant pas contraignant, l'abolition relève de la seule initiative personnelle du maître.
Cette ambiguïté est constitutive de l'approche coranique : encourager ceux qui font le bien, mais ne pas alourdir la peine de ceux qui ne font rien.
Plusieurs versets entérinent au demeurant l'infériorité de l'esclave par rapport à son maître » - Malek Chebel

Vidéo : Esclavage et traite des esclaves.

Ayons toujours dans le viseur les idiots utiles de l’islamisation française.
Extrait d’un article de l’Express publié le 4 mai 2006
« Christiane Taubira [ ex-ministre de la Justice du gouvernement Hollande ] déclare sans ambages qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes.
Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé. (…) Roger Botte, chercheur au Centre d’études africaines du CNRS, constate qu’il privilégie également la traite transatlantique du fait de « la pression des représentants du monde arabe et des États africains ». (…)
La loi Taubira procède en effet d'une lecture partielle en n'évoquant que « la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe ».
.
D'une tragédie qui appartient à la longue histoire de l'humanité elle ne retient, sur une séquence courte, que les faits imputables aux seuls Blancs européens, laissant de côté la majorité des victimes de l'esclavage. Fin de citation.

Induration douce.
Pour conclure cette page, je dirais que Taubira l’ancienne datée du néolithique tardif et Obono la jeune générée par un nov-féminisme en voie de fossilisation forment une paire des plus toxiques qu’est susceptible de générer une république jacobine affectée des persistants relents nauséeux de tonalités robespierristes, dont, dans l’actualité, Emmanuel Macron assure à plomb le service après-vente. CRAB

Suite - Taubira Christiane

Suite 2 - Shéhérazade

2 commentaires:

  1. Brèves – réponses aux lecteurs.
    Athéisme :
    Optimiste-lucide, l’athée se définit par son refus de tout clonage des esprits – Ce qui se traduit par la défense d'une société pro-choix - [ Laïque ]
    .
    Sans faire référence à une divinité, la spiritualité athée est une expression de plusieurs modes de pensées connexes à la recherche permanente de l’éthique.
    .
    .
    Affaire Balkany et la Justice divine:
    Les Balkany, un couple qui dure sans jamais être chassés des meilleurs paradis.

    .
    La naissance de l’individu suivi de l’individualisme désespère les monothéistes, lesquels vivent dans l’illusion qu’avant les peuples avaient un sens plus prononcé de l’intérêt collectif – balivernes, suite :
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2016/11/lindividualisme.html
    .
    .
    Entre deux maux les grecs et les romains, c'étaient, loin de là, ce qu'il y avait moins de pire. La fin de l'empire romain, pas en tant que système politique, mais pour son apport civilisateur est tout autant regrettable pour la France et l'Afrique du Nord.

    RépondreSupprimer
  2. En 2005, Jacques Chirac décida que le 10 mai, jour de l'adoption de la loi Taubira, serait désormais célébré comme «la journée des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leur abolition». Ce singulier amnésique ramenait la culpabilité sur le seul Blanc. Un an plus tard, à la veille de la célébration, interrogée par un journaliste de l'Express sur son silence concernant la traite orientale, Christiane Taubira déclara qu'il était préférable de ne pas évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l'héritage des méfaits des Arabes[2]». Autrement dit, outre le mépris infantilisant de cette remarque, les enjeux du présent autorisent l'amnésie mémorielle.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.