mercredi 10 octobre 2012

Rouge brun 




Néo-staliniens
Edouard Limonov plus stalinien que le néo-stalinien Poutine, tout aussi totalitaire que les principaux patriarches ou porte parole de l'église orthodoxe russe, bolchevique sur le retour d'âge, sorte de fossile d'un communisme récupéré sans discernement dans les poubelles de l'histoire des meilleures dictatures soviétique

Un néo-bolchevisme
Fondateur et à la tête du parti national-bolchévik ( sans rien partager des idéaux de ce parti je n'approuve pas pour autant son interdiction sur le sol russe ), un parti prônant des valeurs hybrides dans la grande tradition russe, prêt à tous les compromis d'alliances

'' La fin justifie les moyens ''
Peu importe les moyens pour parvenir à détrôner un Poutine où sur l'elliptique de la nocivité politique, il n'a vraiment rien à lui envier en matière de clientélisme ou de corruption de la vie politique en dépit de tout bon sens

Tsar d'une petite Russie
César veut prendre la place de César dans une Russie dont il contribue, sans différences notables, avec Poutine à la déliquescence de la démocratie

Rien de surprenant ni de nouveau dans ses dernières déclarations : «  La démarche des Pussy Riot n'a rien de politique »
« …/... »
« il ne s'agit que de filles sans talent qui mènent un combat d'arrière-garde en s'en prenant à l'Église orthodoxe russe — quelle vanité ! » 
« …/... » 
« Mais soyons clairs, la démarche de Pussy Riot n'a rien de politique ! Ni même de féministe ! Voilà une bande de jeunes punks provocatrices, un collectif d'imposteurs qui, par contre, créent de réelles dissensions dans les mouvements d'opposition »
« …/.. »
« Voilà une bande de jeunes punks provocatrices, un collectif d'imposteurs qui, par contre, créent de réelles dissensions dans les mouvements d'opposition — entre les pro-Pussy et les anti- »
« …/... »

Rouge brun
Je ne vois pas, ici, l'intérêt de restituer en son entier le délire verbal de ce personnage d'un autre temps

Mémoriel
Des propos qui ne sont pas sans rappeler, dans notre pays, '' la grande époque du P C F durant les années soixante , la définition même d'un parti totalitaire : « '' on '' ne peut critiquer le parti que de l'intérieur »

Un individu peu crédible,
dont on se souvient les images de Limonov discutant avec Radovan Karadžić, alors que les troupes serbes mitraillent Sarajevo, mérite amplement son surnom de « rouge brun »

La direction de l’État russe s’appuie sur l’Église pour renforcer sa légitimité
En Russie l’Église et l’État apparaissent comme deux piliers du pouvoir autoritaire actuel
Une légitimité bien chancelante du fait des fraudes électorales et de l’éviction de l’opposition démocratique du champ politique public, voilà la triste réalité d'un pays où les gouvernants et la hiérarchie de l'Église ne peuvent admettre d'être caricaturé '' crime supérieur '', en outre l'impensable, par quelques jeunes filles ou jeunes femmes atteinte suprême à l'idéologie patriarcale véhiculée par l'Église orthodoxe Russe et instrumentalisée dans le culte de la personnalité du néo-stalinien Poutine

Les membres du groupe punk Pussy Riot ont refusé de plaider coupables pour des faits de hooliganisme dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, mais elles ont tenu à s’excuser auprès des croyants orthodoxes. Leur intention n’était pas de les offusquer, a rapporté l’agence d’information des tribunaux russes

Elles ont bien fait, cette concession faite, compte tenu de la crétinerie ambiante dans leur pays n'échappera à personne, peut-être leur permettra de sortir de prison et c'est bien là l'essentiel - Crab - 10 Octobre 2012

Suite :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.