dimanche 19 janvier 2020

L’inculture, c’est quoi au juste ?



 
Quand la religion et l’écologie font bon ménage, ce qui ne manquera pas de faire plaisir au Hulot des villes comme au Hulot des champs.
 Le vivre ensemble, c’est la loi du plus fort. Les animaux vivent ensemble dans la jungle.

Tout ce qui fut laïque et qui n’est plus alors que tout le monde le sait, la fée Carabosse est affreuse, sale et méchante, et dans un passé récent, elle fut, n’en doutez plus, la ministre de l’éducation nationale.

Le temps séculier attendra des lendemains meilleurs.
En proportion des règles de bienséance de la police de la pensée dont, au gouvernement, le porte-parole fut [ hélas ] dans le temps boiteux Hollandais la socialiste Najat Vallaud-Belkacem, selon l’appétence des anti-laïques de toujours, jugeait impérieux de réintégrer dans l’enseignement une certaine idée de la « spiritualité ».

Nulle personne ne sera étonné de se rappeler qu’issue d’un milieu musulman, c’était pour la ministre de l‘Éducation Nationale de façon plus ou moins inconsciente de s’empresser d’oublier que, dans un pays laïque, les religions n’ont pas le monopole de cette quête de sens, qu’elles doivent partager avec les philosophies athées *1 libérées de toutes les moralines préjudiciables aux Droits et Devoirs de l’Homme, et pareillement avec les savoirs et l’art en général.
*1 – L’athéisme, c’est la recherche permanente de l’Éthique ou de la morale publique.

Dans un État laïque, la liberté religieuse n’est qu’un élément de la liberté de conscience.
Instaurer dans l’enseignement de base un cours distinct consacré aux seules religions, c’était les isoler sans raison et nier cette pluralité constitutive des États modernes.

Il faudrait de plus nous expliquer comment on peut sérieusement parler de l’islam ou de l’animisme à un enfant de six ans sans sombrer dans la morale à deux balles et la folklorisation des religions.

« C’est qui, le monsieur sur la croix ? »
Le prétexte pour introduire dans un cours séparé le fait religieux à l’École repose sur une interprétation des plus fallacieuses du constat de questions posées par des écoliers, entendues au Louvre devant les grands tableaux de la Renaissance italienne, dont entre-autres une question, laquelle revient souvent : « C’est qui, le monsieur sur la croix »
Des questions de ce genre n’étant pas exclusivement le fait d’enfants de parents musulmans.
Les professeurs qui arpentent le Musée du Louvre avec leurs élèves en savent quelque chose.
Ces questions viennent aussi le plus naturellement du monde de petits compatriotes d’autres confessions ou sans confession, lesquels ( et ce n’est pas une tare ) n’ont pour la plupart jamais mis les pieds dans une église.
ET ALORS.

Nul besoin de faire des cours séparés de religions
Les enseignant sont là, bien présents, pour répondre à leurs élèves – comment ai-je fais [ athée libertaire et non athée chrétien ] avec mon fils ?

Ce n’est pas difficile d’expliquer à un très jeune enfant que la descente de croix est représentative d’une croyance, que ce sujet représente un moment de la vie d’un personnage imaginaire comme dans un conte, puis d’enchaîner sur l’essentiel en mettant l’accent sur les aspects picturaux de l’œuvre ( quand ce n’est une croûte ) : la géométrie singulière de la composition, le rendu de la lumière révélée à travers un panel d’effets de couleurs appropriées à la scénographie, sans omettre de replacer le tableau dans le contexte de " son époque de création ", d’évoquer l’individualité du peintre, sa vision personnelle et ses choix, son sens de la vérité et de la beauté confrontés à l’esprit de création des autres artistes, ses contemporains - puis de prolonger à domicile en ouvrant un livre d’histoire de l’art.

Inférence
Sans exclure, cette fois, dans le cours d’histoire générale la nécessité de l’apprentissage des faits politiques liés aux religions ( dont les guerres ) - cest plutôt de cours d’histoire de l’art profane ou sacré dont les jeunes enfants ont besoin pour se réaliser citoyen étant donné qu’il n’est rien de pire que l’inculture ou l’enfermement dans la religion pour qu’un voile brouille l’esprit des plus influençables - que l’on retrouvera plus tard dans leur vie militants au sein d’associations alibis censées « défendre des minorités » : activistes genrés antiracistes à géométrie variable ou au service du prophète, féministes à deux neurones ennemis farouches du féminisme universel, hyper-totalitaires, au point de ne plus supporter ou tenter de faire interdire d’expression publique ( souvent judiciairement ) toute personne, lesquelles ont le tord de penser autrement qu’elles. CRAB

SUITES


Il ne se souciait guère du " qu’en-dira-t-on "

Lire le coran rend musulman, le comprendre rend athée ou fait profondément sentir, ressentir que c’est un bonheur sans pareil d’être athée.

6 commentaires:

  1. À l’attention de Coline D
    Ne me dites pas que dans les médias lors de « débat » qui n’en sont pas vous n’avez jamais entendu dire " Oui, je vous interrompe parce que je sais ce que vous allez dire"
    .
    Si j’ai déjà eu l’occasion d’écrire que je ne partage pas environ 60 % des analyses ou propositions alléguées sur la place publique par E. Zemmour, cependant à l’exception d’une minorité qui intelligemment recherche à débattre avec lui, une majorité de petits censeurs parmi les autres voudraient l’empêcher de s’exprimer – lesquels censeurs ont tellement fait preuve d’irresponsabilité, de lâcheté depuis près de quarante ans chaque fois qu’il était indispensable de ne rien concéder aux idéologies islamistes que je ne saurais, en aucun cas, m’aligner sur ces hordes totalitaires que le principe du débat contradictoire pourtant la règle dans une démocratie dérange au point de plus savoir débattre avec les gens qui ne pensent pas comme eux...
    .

    RépondreSupprimer
  2. À l’attention de Caroline
    Le vivre ensemble, c’est la loi du plus fort, les animaux vivent ensemble dans la jungle.
    Dans une société ou le dieu des croyants ne fait plus la loi, alors, le conséquencialisme en s’appuyant sur la réalité-réelle est à la racine de la recherche permanente de l’Éthique.
    .
    À l'attention de Géraldine
    Victor Hugo n'était qu'un sombre déiste qui n'a rien compris à l'Évolution des espèces, il pensait et ne se privait pas de dire que Darwin quasiment était un fou...ou quelque chose sensiblement dans le même genre.
    .
    Amira, puisque vous insistez : " La grande interdiction ", devrait vous plaire – vous voulez savoir, eh bien figurez-vous que dans Burkhan Khaldun en Mongolie une montagne prétendument sacrée est interdite aux étrangers, aux femmes et aux chiens – vous et vos copines enfoulardées, ce magnifique pays devrait vous plaire, non ?

    RépondreSupprimer
  3. RAPPEL ; https://laicite-moderne.blogspot.com/2017/11/lecriture-inclusive.html

    RépondreSupprimer
  4. Culture religieuse : Ce que j’aime bien dans l’Ancien Testament, c’est quand la mer rouge s’ouvre devant les hébreux, ils découvrent un fond marin tapissé de canettes de bières vides et de sacs en plastiques de toutes les couleurs.
    .

    RépondreSupprimer

  5. Plus fort que le CoronaVirus, voici le monde libre, da Nord a Sud (Isole comprese) è plebiscito per l'Italia!
    https://twitter.com/i/status/1238559616792956929
    .
    https://twitter.com/i/status/1238526250479648768
    .
    https://twitter.com/i/status/1238516030697332736
    .

    RépondreSupprimer
  6. .
    Covid19 ou l’expérience de décroissance
    ….la mondialisation est une interdépendance sans solidarité. Le mouvement de globalisation a certes produit l’unification techno-économique de la planète, mais il n’a pas fait progresser la compréhension entre les peuples.
    https://laicite-moderne.blogspot.com/2020/03/covid19-ou-lexperience-de-decroissance.html

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.