lundi 23 novembre 2020

LUCRÈCE ET LES POURCEAUX D’EPICURE

 

SUR L’ESPRIT : « Rien n’arrive à l’existence sans cause, mais tout à une raison déterminée et est dû à la nécessité ».

LEUCIPPE

460-370 av. L’ère commune


TROUBLES DE L’ENTENDEMENT

Le pourceau craint, il fuit,

l’odeur des marjolaines ;

Les parfums les plus doux sont

pour lui des poisons,

Ces parfums par lesquels

souvent nous renaissons.

La fange est à nos yeux une

exécrable ordure ;

Elle semble au pourceau plus nette que l’eau pure ;

Il s’y lave, il s’y vautre

insatiablement.

LUCRÈCE

98-55 av. l’ère commune.


LE FOSSOYEUR, LE CARRIÉRISTE ET LE MANIPULATEUR

Quand des intellectuels de boudoirs ou des dessinateurs péteux de bandes dessinées renoncent désormais à accorder une raison universelle propre à l’espèce humaine, au profit du particulier et du contingent, alors la Une de Charlie Hebdo avec ses trois caricatures agit sur les esprits en ultime rempart de la vie de la conscience, celles d' Edwy Plenel, Jean-Luc Mélenchon et Tariq Ramadan pour rappeler que la carte de journaliste ne fait pas toujours le journaliste, que souvent elle masque un militant sans conscience, que la corruption se cache toujours par électoralisme derrière la façade policée du meilleur ami de Robespierre ou de son hyper-hystérisé clientélisme, que le double discours du " Saint Jérôme musulman " caractérisera toujours le modèle du religieux despotique et manipulateur, violeur de femmes à l’occasion, qui n’a même pas la décence d’assumer ses velléités inquisitoriales comme le fît, en d’autres temps, un Savonarole ;

finalement, un triumvirat qui au sein des médias n’est pas « l’air de rien » à une " intelligence près avec l’inquisiteur mahométan ".


LA NÉANTISATION DE LA CULTURE

RAPPEL

La France laïque à fait du rire solaire de Démocrite l’expression majeure de sa culture tout en garantissant le libre exercice des cultes.


PHILOSOPHER, C’EST APPRENDRE À VIVRE

Descartes soulignait que l’enfance est le lieu du préjugé. Épicure, quant à lui, est de ceux qui soulignaient, comme Montaigne, qu’on peut et qu’on gagne à philosopher dès la nourrice !


Dans la philosophie antique le terme « spiritualité » n’avait pas la connotation religieuse que l’actuelle inquisition religieuse avec ou sans poil tente de lui consacrer.


LA CATASTROPHIQUE TRAHISON DES CLERCS

Les religions n’ont pas le monopole de la spiritualité mais plutôt le monopole des obsessions sexuelles, alors de là à penser que les enfants sont inaptes à se demander et comprendre pourquoi ce Dieu si parfait n’a pas fait tous les hommes à son image ?.


À l’évidence il faut croire que non, de nos jours nous le savons bien, Dieu plus bricoleur que créatif a même raté Géluck, parce que comme ils disent à Charlie Hebdo « le chat est sans couille »


 

1881 N’EST PAS UNE COQUECIGRUE BELGE

N’a t-il jamais su réellement ce que signifie dans notre histoire nationale le droit au blasphème, pourtant Géluck adore caricaturer le catholicisme, le christ, le dieu des chrétiens, mais se trouve des excuses pour ne pas caricaturer Mahomet, un chef guerrier parmi les plus sanguinaires ;

César de la plus pure lâcheté, entendre Géluck publiquement déconsidérer les caricatures de Charlie Hebdo sous le prétexte chimérique que l’on doit ménager la culture des autres et qu’il convient de s’abstenir pour ne pas blesser les musulmans dans ce qu’ils ont de plus sacré.


Pris à la lettre, il faudrait brûler les livres de plusieurs centaines de penseurs occidentaux qui, durant des siècles, ont scrupuleusement désacralisés l’invention monothéiste racine du pire des sectarismes et déconstruit les religions du monothéisme y compris comme le fit si bien Montesquieu avec la mahométane ;

sans omettre de faire un autodafé de la production intellectuelle du féminisme universel qui a largement démontré que les religions monothéistes et leurs prophètes sacralisent les patriarcats d’Orient et d’Occident pour asseoir la domination des hommes sur les femmes.


" ….pourquoi le prophète... c’est quelque chose qui est complètement tabou chez nous, qui est le blasphème absolu " - oui, c’est où chez-nous, ici c’est la France.


Chrétien avant l’heure ou inventeur de la chrétienté, Platon renonça à faire un autodafé des livres de Démocrite parce qu’il y en avait trop et voilà que Géluck de concert avec les inquisiteurs musulmans entend rétablir, ici en France, ni plus ni moins l’interdiction de blasphémer.


Mais là où çà dépasse l’entendement, dans le Figaro, Géluck se dit « victime d’une fatwa de la part d’un type des Inrocks. »

Christophe Conte, toujours aussi acide, s'est contenté de commenter sur son compte Facebook, " je lui aurais donc lancé une fatwa. Géluck est encore plus con que je ne le pensais ".

Si j’ai bien compris, sans couille et con, Géluck a donc tout ce qu’il faut pour plaire au prophète !

CRAB


SUITES


ACTE

http://laicite-moderne.blogspot.com/2020/11/acte.html


MORALE ABSOLUE

https://laicite-moderne.blogspot.com/2017/12/morale-absolue.html


LA GRANDEUR DE L’OCCIDENT

https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/11/la-grandeur-de-loccident.html




RAPPEL - Le lien de redirection d’un de mes Blogs :

" Laïcité-moderne ", https://laicite-moderne.blogspot.com/, est toujours bloqué sur Facebook par Facebook depuis mi-août 2020.


5 commentaires:

  1. FRONTPOPULAIRE
    NATION Islamisme
    Ligue islamique mondiale : un double discours bien rôdé
    ARTICLE. Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale répondait hier aux questions du Journal du Dimanche, défendant à la fois la République, la laïcité, les valeurs françaises et la liberté de caricature. Un beau vernis républicain qui survit mal à une lecture approfondie.
    .
    L’interview de Mohammad Abdelkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale et porte-parole reconnu de l’islam sunnite est un véritable cas d’école, un quasi sans-faute de bonne parole républicaine. Mais le « quasi » a ici de l’importance car le double discours ne tarde pas à affleurer.
    On aurait tort de croire que le porte-parole de la LIM ne contrôle pas ce qu’il dit. Il contrôle au contraire parfaitement bien sa communication en s’adressant à la fois au grand public et à son propre public. Son point de vue sur l’assassinat de Samuel Paty et sur les caricatures de Charlie Hebdo paraît pleinement républicain. Notre homme condamne un « horrible crime terroriste » qu’il prend soin de détaché absolument de l’islam car « en aucun cas un musulman digne de ce nom ne pourrait commettre un tel acte. »Il ajoute que les savants de l’islam et la Ligue islamique mondiale ont « unanimement reconnu le droit aux libertés, sans aucune équivoque ». Que demander de plus ?

    RépondreSupprimer
  2. Problème : l’équivoque chassée est réintroduite presque instantanément lorsque Mohammad Abdelkarim Alissa ajoute, à propos des libertés : « à ceci près que le principe essentiel est qu’elles ne doivent pas servir de prétextes pour attiser la haine des uns envers les autres. » Et ce dernier d’arguer que les caricatures offensent tout de même la susceptibilité de près d’un milliard huit cents millions de musulmans. Outre le fait que la France n’est concernée qu’à hauteur des 6 millions de français musulmans sur son sol, on voit ici réintroduite l’idée – absurde compte tenu de la tradition française - que le débat public devrait être normé pour éviter d’heurter la « susceptibilité » de chacun.
    Mais il y a pire. Le double discours est tellement habile qu’il intervient parfois dans la même phrase, comme ici : « Nous ne sommes pas contre les libertés, c’est une évidence, seulement nous appelons à leur bonne utilisation, c’est notre vision des choses. » Oui… mais non, en somme. Ce genre de phrase pourrait être très drôle dans le prochain OSS 117, mais elle l’est moins dans la bouche d’un leader mondial de l’islam sunnite.
    Il est évident qu’une lecture distraite ou naïve ne permet pas nécessairement de démasquer ce double discours, tant le vernis républicain semble épais. « Nous avons toujours appelé les Français musulmans ainsi que les résidents musulmans en France à respecter la Constitution, les lois et les valeurs de la République française », déclare par exemple le représentant de la LIM. Saluant les musulmans intégrés à la France qu’il qualifie « d’honnêtes patriotes », il va même jusqu’à appeler au départ des séparatistes : « personne n’est obligé de rester dans un endroit où il ne veut pas vivre. »Discours parfaitement républicain et inattaquable en soi.
    Mais le double discours reprend de manière plus subtile encore qu’auparavant. Après avoir déclaré, là encore de manière inattaquable : « Celui qui vit dans un pays quel qu’il soit, en France ou ailleurs, doit obligatoirement en respecter les lois ou quitter ce pays », Mohammad Abdelkarim Alissa ajoute, dans le cadre d’une question sur le port du voile, de la burqa et de la polygamie : « Et s’il y a dans le cadre de la loi des possibilités juridiques de pouvoir bénéficier de spécificités religieuses ou autres, au niveau individuel ou collectif, c’est par la voie législative qu’il faut le demander. »Déclaration qui entre en contradiction manifeste avec le fait de défendre les « valeurs » de la République française. On ne peut pas prôner une assimilation aux mœurs d’un pays tout en ajoutant qu’il faut essayer de les faire modifier par voie législative, surtout lorsqu’il s’agit de burqa et de polygamie.

    RépondreSupprimer
  3. Ce double discours a été pointé du doigt hier par notre porte-parole Céline Pina qui a commenté l’entretien sur son compte Facebook : « Si on lit superficiellement ce papier, la propagande est parfaite. A première vue le discours est impeccable : il parait reconnaitre et admirer la laïcité française, en appelle au respect de la loi française et se dit révolté par ce qui est arrivé à Samuel Paty. Le problème c’est que l’idéologie des frères musulmans comme des salafistes a déjà posé les bases de ce que doit être le comportement d’un musulman dans un pays de kouffars. Se plier aux lois tant que l’on n’est pas assez puissant pour les renverser. C’est même la logique de la Taqiya. » Il faut en effet rappeler que derrière des atours proprets, la Ligue islamique mondiale, ONG fondée en 1962 en Arabie saoudite en opposition à la Ligue arabe de Nasser, est le bras prosélyte religieux de l'Arabie saoudite dont le but est de propager l'islam dans les pays où il est minoritaire, à grands coups de financements de mosquées.
    Bien que l’ONG s’en défendent, elle a des nombreux liens avec les Frères musulmans, comme l’explique dans un article érudit et intitulé « La Ligue islamique mondiale en Europe : un instrument de défense des intérêts stratégiques saoudiens », le sociologue et chercheur Samir Amghar : « Comme les Frères musulmans, ils pensent que l’islam a un rôle social et politique à jouer. À cet égard, la Ligue milite pour une intégration des musulmans dans le paysage politique et social européen, en appelant notamment les fidèles à s’inscrire sur les listes électorales et à voter. Elle vise donc, comme les Frères musulmans européens, à mettre en place une « citoyenneté islamique », se proposant d’être un interlocuteur privilégié auprès des acteurs publics locaux et nationaux sur des questions aussi diverses que la pratique religieuse des musulmans, le racisme ou les problèmes de banlieue. »
    Le procédé est donc aussi simple qu’il est pervers : montrer patte blanche et prospérer sur la victimisation en attendant les conditions favorables pour engager un rapport de force. Du reste, le prédicateur Youssef Al Qaradawi avait eu l’honnêteté de prévenir les Européens dès 2002 : « Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques nous vous dominerons. »
    FRONTPOPULAIRE

    RépondreSupprimer
  4. Je veux te révéler les principes des choses, te montrer où la nature puise les éléments dont elle crée, fait croître et nourrit toutes choses, où elle les ramène de nouveau après la mort et la dissolution. ( I, 55-57 )
    .../...
    J'ai voulu t'exposer cette doctrine à nous / en un chant possédant le doux accent des Muses, / et sur elle poser la douceur de leur miel, / dans l'espoir que nos vers sachent, par ce moyen, / te retenir l'esprit tandis que tu perçois / des choses la nature en sa totalité, / et te pénètres bien de leur utilité.
    LUCRÈCE
    98-55 av. l’ère commune.

    RépondreSupprimer
  5. RAPPEL : CENSURES et LIBERTÉ D’EXPRESSION
    Les ‘’ lois mémorielles ‘’ Gayssot et Taubira sont pernicieuses, intellectuellement malhonnêtes, nul besoin de réprimer qui ce soit pour révisionnisme quelques soient les modalités que peut prendre parfois le déni de faits historiques, le meilleur test est la puissance de la pensée dans un optimal libre échange.
    C’est seulement à l’issue d’un débat entre personnes ( policées et éduquées ) que doit ressortir la vérité, et non de l’interdiction des idées.
    .

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.